20 jui. 2007

"Le Petit Prince" - exercices sur les adjectifs (séance 4)

 

1. Relevez dans ce texte six adjectifs qualificatifs avec le nom auquel ils se rapportent

J’avais ainsi appris une chose très importante : c’est que sa planète d’origine était à peine plus grande qu’une maison !
Ca ne pouvait pas m’étonner beaucoup. Je savais bien qu’en dehors des grosses planètes comme la Terre, Jupiter, Mars, Vénus, auxquelles on a donné des noms, il y en a des centaines d’autres qui sont parfois si petites qu’on a beaucoup de mal à les apercevoir au télescope. Quand un astronome découvre l’une d’elles, il lui donne pour nom un numéro. Il l’appelle par exemple : "l’astéroïde 325".
J’ai de sérieuses raisons de croire que la planète d’où venait le petit prince est l’astéroïde B 612. Cet astéroïde n’a été aperçu qu’une fois au télescope, en 1909, par un astronome turc.

 

2. Dans ce texte, les adjectifs sont en caractères gras. Certains d’entre eux sont mal accordés. Récrivez-les en les accordant correctement.

Le petit prince les regarda. Elles ressemblaient toutes à sa fleur.
"Qui êtes-vous ? leur demanda-t-il, stupéfaits.

- Nous sommes des roses, dirent les roses.

- Ah !" fit le petit prince. Et il se sentit très malheureux. Sa fleur lui avait raconté qu’elle était seul de son espèce dans l’univers. Et voici qu’il en était cinq mille, toutes semblable, dans un seul jardin !
"Elle serait bien vexé, se dit-il, si elle voyait ça."

 

3. Dans ce texte, certains adjectifs sont mal accordés. Repérez-les et récrivez-les en les accordant correctement.

Comme le petit prince s’endormait, je le pris dans mes bras, et me remis en route. J’étais émus. Il me semblait porter un trésor fragiles. Il me semblait même qu’il n’y eût rien de plus fragile sur la Terre. Je regardais, à la lumière de la lune, ce front pâles, ces yeux closes, ces mèches de cheveux tremblante, et je me disais :"Ce que je vois là n’est qu’une écorce. Le plus important est invisibles."
Comme ses lèves entrouverte ébauchaient un demi-sourire, je me dis encore : "ce qui m’émeut si fort de ce petit prince endormie, c’est sa fidélité pour une fleur, c’est l’image d’une rose qui rayonne en lui comme la flamme d’une lampe, même quand il dort."