20 jui. 2007

Séquence latin 5e : Gaulois et Romains

 

Objectifs et perspectives :

- Étudier les principaux aspects des rapports entre Romains et Gaulois du 1er siècle avant J.C. (58 av. J.C.) au 2ème siècle ap. J.C. : de l’invasion romaine en Gaule à la naissance de la civilisation gallo-romaine.

- Aborder quelques notions élémentaires d’épigraphie, de numismatique et d’archéologie

- Améliorer sa connaissance des origines locales et du peuplement français par un approfondissement du travail de cartographie (activité interdisciplinaire).

par Laurent Berté, collège Vasco de Gama, Nemours

Remarques concernant la séquence

Cette séquence est à forte dominante "Civilisation et Culture" ; elle est réalisée en classe de latin en 5ème. L’étude la Gaule étant au programme officiel de latin en 5ème, cette séquence ne se dissocie cependant pas de l’étude de certains faits de langue.

Elle se propose d’initier (rapidement) les élèves à la découverte des rapports entre les mondes celte et romain essentiellement par l’étude de documents illustrés présents sur le Web ou des encyclopédies. L’étude des documents numériques illustrés sur site Web pourra rendre le cours de civilisation plus vivant et attrayant.

Contenus

- Aspects de la civilisation celte et son évolution à travers le regard et l’action des Romains.

- Cartographie (interdisciplinarité avec l’Histoire et Géographie) - Initiation à l’archéologie, à l’épigraphie, et à la numismatique.

1. Compétences visées :

- Lecture et analyses fines de l’image

- Recherche d’informations bien précises dans des documents numériques

- Initiation à la toponymie (par étymologie accompagnée), à la numismatique et à l’épigraphie (sur monument)

- Travail sur un site Web (en local) : compétences B2 I validées

2. Notions à retenir

Langue

- Repérage des noms propres (noms de lieux) dans un texte latin

- Étymologie : repérage et déduction par l’analyse des graphies et phonèmes concordants de l’origine des noms de lieux célèbres

Culture et civilisation

- Notions d’architecture classique de base

- Toponymie et numismatique (initiations)

3. Travail de recherche personnelle à effectuer - facultatif

Les recherches toponymiques de la séance 1 et de la séance 4 pourront être données à faire tout ou partie (à terminer) en devoir à la maison.

4. Textes et images étudiés - Principaux objectifs

- Texte extrait de l’encyclopédie Tout l’Univers

- Carte en regard des principales "nations" gauloises en place sur le sol celte lors de l’invasion romaine

  • Séance 2 : J. César, commentaires sur la Guerre des Gaules I,1

- Le texte original en latin est consultable sur le site de l’Itinera Selecta à l’url suivante :
http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/caesar_dbgI

- En regard, ma traduction et une carte à faire compléter par les élèves à partir des informations recueillies dans les textes.

- Texte extrait de l’encyclopédie Tout l’Univers © 1974 - Hachette

- Carte en regard des principales "nations" gauloises en place sur le sol celte avant l’invasion romaine, commentée et annotée.

  • Séance 4 : La guerre en Gaule (2) : préparatifs devant Gergovie

- Travail sur le texte original de J. César, commentaires sur la Guerre des Gaules VII,9

- En regard, ma traduction.

- Questions de repérage, analyse simple, compréhension.

- Le texte original en latin est consultable sur le site de l’Itinera Selecta à l’url suivante :
http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/caesar_dbgI/texte.htm

  • Séance 5  : Colonisation de la Gaule : vers le monde gallo-romain :

Carte avec 10 noms de villes gallo-romaines :exercice : retrouver les noms actuels de ces villes.

  • Séance 6  : Vestiges gallo-romains : 3 monuments célèbres  : dessins et schémas personnels (+ commentaires) de :

- l’arc de triomphe

- théâtre antique d’Orange

- mausolée dit "des Iulii".

  • Séance 7  : Recherche documentaire (questionnaire) à partir d’un site web "aspiré".

 

Détail de la séquence

Séance 1 : Les "nations" celtes à l’arrivée des Romains

Dominantes : Étymologie (toponymie) / cartographie (1)

Travail à partir d’un texte extrait de l’encyclopédie de jeunesse Tout l’Univers et une carte afférente :

- Lecture en classe de l’extrait de l’encyclopédie ;

- Exercice : les élèves tentent de retrouver les étymologies des noms des villes actuelles qui rappellent par leurs ressemblances phonétiques et géographiques les noms des "nations" celtes citées.

N.B. : Il est préférable de commencer l’exercice en classe et de le donner aux élèves à terminer en devoir (pour leur permettre de confirmer leurs suppositions par des recherches plus précises avec des documents).

 

Cliquer sur l'image pour la voir à sa taille réelle

Carte établie d’après une carte d’atlas et la carte de redressement de la Table de Peutinger

( voir Bibliographie sommaire )

Si vous habitez Amiens, Reims, Soissons, Bourges, Chartres ou même Paris, vous vous êtes peut-être déjà demandé d’où vient le nom de votre ville. Il vient des Ambiens, des Rèmes, des Suessions, des Bituriges, des Carnutes, des Parisii - les noms des anciennes " nations " gauloises qui les ont fondées.
 La Gaule, est effet, n’était pas un pays de type moderne, avec un gouvernement central et une capitale : elle était divisée en " nations " ou " cités ", indépendantes les unes des autres, mais unies entre elles par des identités de langue, de race, de moeurs, de croyances. Le territoire de chaque " nation" était généralement délimité par des frontières naturelles : fleuves, chaînes de montagnes, forêts ou marécages. Les plus grandes s’étendaient sur trois ou quatre de nos départements ; les plus petites en représenteraient aujourd’hui le quart.
 On a évalué à 10 ou 15 millions d’habitants la population totale de la Gaule à l’époque de l’invasion romaine. Quoique chaque région ait eu son caractère propre, nous pouvons cependant décrire la vie des Gaulois dans ses traits communs à toutes les "nations".

© Tout l’Univers 1974 - Hachette

NB : C’est moi qui souligne les noms latinisés des "nations " gauloises.

Séance 2 : "La Gaule selon ...César"

Dominantes : Langue (interprétation) / cartographie (2)

Travail à partir du texte latin authentique de J. César, commentaires sur la Guerre des Gaules I,1

- lecture en classe du texte latin original par les élèves avec en regard, la traduction

[1,1] Gallia est omnis diuisa in partes tres, quarum unam incolunt Belgae, aliam Aquitani, tertiam qui ipsorum lingua Celtae, nostra Galli appellantur. Hi omnes lingua, institutis, legibus inter se differunt. Gallos ab Aquitanis Garumna flumen, a Belgis Matrona et Sequana diuidit. Horum omnium fortissimi sunt Belgae, propterea quod a cultu atque humanitate prouinciae longissime absunt, [...], proximique sunt Germanis, qui trans Rhenum incolunt, quibuscum continenter bellum gerunt ...

C. Jullius Caesar, commentarii de bello Gallico, I, 1

http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/caesar_dbgI

L’ensemble de la Gaule comprend trois parties : les Belges habitent première, les Aquitains la seconde, et les Celtes ( que nous les Romains, nous appelons les Gaulois ) la troisième. Tous ont une langue, des coutumes et des lois différentes ; la Garonne sépare les Gaulois des Aquitains, tandis que la Seine et la Marne les séparent des Belges.
 De tous ces peuples, les plus courageux sont les Belges, parce qu’ils occupent le territoire le plus éloigné de la civilisation et de la culture et aussi parce qu’ils les plus proches des Germains qui habitent sur l’autre rive du Rhin et avec qui ils font continuellement la guerre...
____________

Traduction : Laurent Berté

 

Cliquer sur l'image pour la voir à sa taille réelle

Carte établie d’après un atlas - [Document élève]

Cliquer sur l'image pour la voir à sa taille réelle

Résultat final sur carte attendu [corrigé]

- les élèves entourent successivement dans le texte latin de couleurs différentes les noms des (5) fleuves cités en s’aidant des indications en latin données sur la carte (ex : Liger = Loire) ; ils font ensuite correspondre les couleurs attribuées aux noms latins aux couleurs attribuées aux noms français de la traduction ;

- les élèves localisent les 4 principaux peuples celtes cités César au moyen des frontières fluviales naturelles et les représentent sur la carte en complétant la légende par des couleurs appropriées.

Séance 3 : La guerre en Gaule

Dominantes : Lecture - compréhension / cartographie (3) /Initiation à l’épigraphie (1) - Initiation à la numismatique -

Travail à partir d’un texte extrait de l’encyclopédie de jeunesse, Tout l’Univers - très légèrement modifié et annoté par moi - et une carte afférente :

- lecture en classe de l’extrait de l’encyclopédie : on dégage les grands axes de la campagne puis on procède, en groupe, à la reconstitution de l’itinéraire de J. César lors la campagne de la "Guerre des Gaules", à l’aide des indices donnés dans l’extrait du texte de Tout l’Univers et d’indications additionnelles du professeur (notes additionnelles - Laurent Berté).

- ensuite, on analyse rapidement la pièce de monnaie (statère) représentant Vercingétorix ; on pourra approfondir l’analyse par l’étude des références complètes du statère du le site de la BNF : http://gallica.bnf.fr ( réf : FRBNF38639968)

- en regard, on analyse le denier représentant J. César, pièce dont la date est estimée vers 44 av. J.C. : on fait porter l’attention des élèves sur l’inscription - CAESAR. IMP - qu’il décryptent assez facilement et on leur explique la symbolique religieuse (pontificale) du lituus à gauche du général en rappelant sa survivance actuelle dans la crosse ecclésiastique.

- enfin, on fait colorier les dessins calqués du statère et du denier en mettant en valeur les inscriptions.

 Les foudroyantes victoires de César avaient suscité la terreur parmi les populations de la Gaule ; celles-ci s’étaient, pour la plupart, résignées à subir la domination de Rome plutôt que d’affronter à nouveau ses légions.
 Mais Vercingétorix, le jeune roi de Arvernes, ne partage pas du tout cette opinion. À l’idée que les Gaulois ont décidé de renoncer à la lutte, son sang bout dans ses veines. Il a en tête un programme : inciter toutes les populations de Gaules à se soulever contre les Romains, puis les mener à une guerre de libération. Le voici à l’œuvre : pendant des mois, le jeune roi parcourt la Gaule pour convaincre les chefs de tribus de pousser leurs sujets à l’insurrection*. Il veut que soit partout répétée la devise : " Mieux vaut mourir sur le champ de bataille que renoncer à la liberté. "
 Son appel ne reste pas sans réponse : beaucoup de jeunes arrivent au pays des Arvernes pour s’enrôler dans l’armée de Vercingétorix. Mais au début de l’an 52 av. J.C., avant même qu’il ait pu rassembler complètement son armée, Jules César le rejoint et décide de l’affronter sous les murs d’Avaricum (près de la ville de Bourges actuelle). Vercingétorix, voyant qu’il ne peut repousser l’assaut de la cavalerie romaine, décide de se replier près de Gergovie (près de l’actuelle ville de Clermont-Ferrand), ville centrale et la plus importante du pays des Arvernes. Là, après une bataille savamment conduite, Vercingétorix inflige aux Romains un dur échec.

 Mais, aux environs de Dijon, César prend sa revanche : poursuivie par la cavalerie romaine, l’armée gauloise est contrainte de se réfugier dans la forteresse d’Alésia que César entoure aussitôt de fortifications infranchissables.
 Vercingétorix ne se rend pas pour autant. De nuit, il envoie quelques cavaliers chercher de l’aide auprès des populations voisines. Mais les jours passent, et les vivres commencent à manquer : il décide d’abord de renvoyer tous ceux qui ne sont pas aptes à porter les armes. Vieillards, femmes et enfants sont donc chassés de la forteresse. La situation s’aggrave d’heure en heure. Les notables de la ville proposent la reddition**, mais Vercingétorix ne cède pas : il compte sur l’aide des populations voisines. Et voici qu’au moment même où les assiégés vont être réduits à la famine, une puissante armée de secours arrive à Alésia, prête à cerner les légions romaines.
Dans la forteresse, Vercingétorix encourage ses soldats, assure que la victoire est désormais entre leurs mains. Au son des trompes, assiégés et troupes fraîches passent simultanément à l’attaque. La bataille dure cinq jours, violente, désespérée. À la tête de ses hommes, Vercingétorix, s’élance, recule, contre-attaque, tente d’ouvrir une brèche. Mais en vain : les Romains ne cèdent pas et les Gaulois se heurtent aux pièges et aux fossés établis par César.
 La cavalerie romaine a réussi à briser l’étreinte des Gaulois qui les encerclaient et les contourne maintenant. Lentement, les Gaulois doivent céder ; puis soudain, pris de panique, ils se dispersent dans une fuite éperdue. C’est à la fois la fin de la bataille et de la guerre…

d’après (Encyclopédie) Tout l’Univers © 1974 - Hachette
_____________________

* l’insurrection : révolte d’un peuple
** reddition : le fait qu’une armée se rende, accepte la défaite.

Cliquer sur l'image pour la voir à sa taille réelle

Résultat final sur carte attendu

Texte complémentaire : extrait du site Web de J-F Mangin

Le contexte Après la défaite romaine du siège de l’oppidum (place forte) de Gergovie durant lequel Vercingetorix a bénéficié de la trahison des Eduens vis à vis de César, les armées romaines fuient à la recherche de renforts en 52 avant JC. Vercingetorix tente de couper le contact des romains avec les troupes germaines prêtes à appuyer César en échange d’une part du butin : le choc a lieu près de Montbard et la cavalerie gauloise est décimée : l’organisation et la stratégie de défense romaine aura eu raison des attaques anarchiques des gaulois. Le chef gaulois met alors de reste de ses troupes en retraite vers l’oppidum d’Alésia avec 80000 soldats et envoie des cavaliers à la recherche de renforts dans toute la Gaule.

(Gergovie est situé près de Clermont-Ferrand, avec 2 hypothèses qui s’affrontent depuis des années : au nord ou au sud de la ville).

Le dispositif défensif romain César décide d’assiéger les gaulois en profitant de cette retraite improvisée des gaulois. Afin d’éviter la tenaille dont il fut victime lors du siège de Gergovie, César fait preuve d’une exceptionnelle maîtrise de l’art du siège en entreprenant une double protection de lignes fortifiées : l’une de 15km orientée vers l’oppidum pour résister aux tentatives de sortie des 80000 gaulois retranchés : la contrevallation, l’autre de 20km orientée vers l’extérieur pour résister à l’armée de secours demandée par Vercingétorix aux autres peuples gaulois pour lui venir en aide : la circonvallation.
L’armée romaine est alors composée de 10 à 12 légions, soit près de 70000 légionnaires (dont certains étaient d’ailleurs des Gaulois !). Afin de gêner au maximum l’approche des enceintes, une série de pièges sont établis : des pointes de fer sont enfoncées dans le sol,
des trous profonds de 90 cm sont disposés en quinconce avec au fond de chacun d’eux un pieu pointu. Les trous sont ensuite camouflés par des broussailles, 5 lignes de fossés profonds de 1,50m sont creusées, dans lesquels sont fixés des grosses branches attachées les uns aux autres, 2 autres fossés de 4,50m de large et profonds de 2,50m sont creusés, et dont l’un est rempli d’eau, enfin, les branches pointues sont fixées au rempart de terre pour en compliquer l’escalade.

La bataille 250 000 gaulois appuyés de 8000 cavaliers arrivent au secours de Vercingetorix environ 2 mois plus tard. Les 2 premiers assauts sont repoussés et le 3ème voit une implication de toutes les forces disponibles : les défenses sont enfoncées mais les cavaliers germains alliés des romains chargent et les troupes de secours, décimées, s’enfuient.

La reddition de Vercingétorix  Acculé, Vercingetorix se rend à César et sera assassiné en prison en 46. Cette défaite accélère la progression romaine : César se rend maître de la Gaule dans les mois qui suivent cette victoire.

© J-F Mangin 27/10/2004

 

Cliquer sur l'image pour la voir à sa taille réelle

statère (52 av. JC) http://gallica.bnf.fr

Cliquer sur l'image pour la voir à sa taille réelle

dessin à partir du statère ci-contre

Cliquer sur l'image pour la voir à sa taille réelle

denier estimé vers 44 av. JC

source : http://www.perseus.tufts.edu

Cliquer sur l'image pour la voir à sa taille réelle

dessin à partir du denier estimé vers de 44 av. JC

 

Séance 4  : La guerre en Gaule : préparatifs devant Gergovie

Dominantes : Langue - repérage/ analyse / compréhension

- Cette séance à dominante "Langue" complète la précédente.

Travail à partir du texte latin authentique de J. César, commentaires sur la Guerre des Gaules, VII,9

- lecture en classe du texte latin original par les élèves avec en regard, ma traduction.

[VII,9] At Caesar biduum in his locis moratus, quod haec de Vercingetorige usu uentura opinione praeceperat, per causam supplementi equitatusque cogendi ab exercitu discedit ; Brutum adulescentem his copiis praeficit ; hunc monet, ut in omnes partes equites quam latissime peruagentur : daturum se operam, ne longius triduo ab castris absit. His constitutis rebus suis inopinantibus quam maximis potest itineribus Viennam peruenit.

 Ibi nactus recentem equitatum, quem multis ante diebus eo praemiserat, neque diurno neque nocturno itinere intermisso per fines Aeduorum in Lingones contendit, ubi duae legiones hiemabant, ut, si quid etiam de sua salute ab Aeduis iniretur consili, celeritate praecurreret. Eo cum peruenisset, ad reliquas legiones mittit priusque omnes in unum locum cogit quam de eius aduentu Aruernis nuntiari posset. Hac re cognita Vercingetorix rursus in Bituriges exercitum reducit atque inde profectus Gorgobinam, Boiorum oppidum, quos ibi Heluetico proelio uictos Caesar collocauerat Aeduisque attribuerat, oppugnare instituit.

C. Jullius Caesar, commentarii de bello Gallico, VII,9

http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/caesar_dbgI

 Or César ne s’arrêta dans le pays que deux jours, prévoyant le parti que prendrait Vercingétorix ; et il quitta l’armée, sous le prétexte de rassembler des renforts et de la cavalerie. Il laisse le commandement des troupes au jeune Brutus, et lui recommande de pousser en tous sens et le plus loin possible des partis de cavalerie ; il aura soin de ne pas être absent du camp plus de trois jours. Ces dispositions prises, il arrive le plus vite qu’il peut à Vienne, sans y être attendu.

 Il y trouve la nouvelle cavalerie qu’il avait envoyée depuis plusieurs jours, et sans s’arrêter ni de jour ni de nuit, il se rend à travers le pays des Éduens chez les Lingons, où deux légions étaient en quartiers d’hiver : il voulait, si les Éduens avaient eux-mêmes des desseins contre sa personne, en prévenir l’effet par sa célérité. Arrivé chez les Lingons, il dépêche des courriers aux autres légions, et les réunit toutes avant que les Arvernes puissent être instruits de sa marche. À cette nouvelle, Vercingétorix ramène son armée chez les Bituriges, et de là va mettre le siège devant Gergovie, ville des Boïens, que César, après les avoir vaincus dans la même bataille que les Helvètes, avait établie sous la dépendance des Éduens.

____________

Traduction : Laurent Berté

 

On procédera d’abord à des repérages et des analyses courtes :

1 - Repérage et analyse :

a - Les personnages principaux : relever les 2 occurrences des 2 noms latins des personnages principaux ; à quels cas sont-ils ?

b - Les lieux : relever les noms latins des principaux lieux (2 villes) cités ; à quels cas sont-ils ?

Puis des questions de compréhension plus approfondies :

2 - Compréhension :

a- Préparatifs décisifs

Ce texte parle des préparatifs d’une grande bataille entre les Gaulois et les Romains ; laquelle ? d’après les indications du texte, lequel des chefs ennemis a pris l’initiative du combat ? Citer la phrase du texte latin et sa traduction qui le montre.

b - Les forces en présence :

À la veille de cette bataille décisive, chacun des chefs ennemis réunit ses troupes et ses alliés qui sont bien divers ; à l’aide d’un tableau synthétique, relevez les noms latins (et leur traduction entre parenthèses) des alliés de chacun des chefs : exemple :

Alliés du chef romain (César)

Traduction

Alliés du chef gaulois (Vercingétorix)

Traduction

Brutum adulescentem (l.4)

(au) jeune Brutus

Aruernis (l.21)

les Arvernes

etc.

...

etc.

...

c- Quels indices du texte nous laissent présager que pour cette bataille,malgré les précautions du chef romain, le chef gaulois a pris un avantage certain et a plus de chances de remporter la victoire ?

 

Séance 5  : Colonisation de la Gaule : vers le monde gallo-romain

Dominantes : Étymologie topographique / cartographie (4) / Recherche encyclopédique

Cette séance, très courte, est simplement une séance d’aide à la recherche, voire de confirmation des acquis (de la séance 1) des méthodes de recherches d’étymologie.

On donnera donc la carte suivante aux élèves en commençant le travail de recherche en classe - par exemple, les noms de villes "transparents" comme "Lutetia" ou "Tolosa" - puis, il sera à terminer en devoir chez soi.

Carte établie d’après un atlas (à faire compléter)

  • Lutetia : Lutèce

  • Vesontio : Besançon

  • Lugdunum : Lyon

  • Arausio : Orange

  • Nemausus : Nîmes

  • Massilia : Marseille

  • Narbo : Narbonne

  • Tolosa : Toulouse

  • Burdigala : Bordeaux

  • [Portus] Namnetum : Nantes
  • résultat final de la recherche attendu

    Séance 6  : Vestiges gallo-romains : 3 monuments célèbres

    Dominantes : Initiation à l’épigraphie (2) et à l’architecture classique

    cette séance a pour objectif de familiariser les élèves à certains termes usuels de l’architecture classique et de confirmer leurs connaissances acquises lors de la 1ère séance d’initiation à l’épigraphie (voir séance 3).

    On présentera donc 3 monuments célèbres de l’art gallo-romain, dont 2 monuments publics et 1 monument privé à savoir :

    1. l’arc de triomphe - 2. le théâtre d’Orange - 3. le mausolée dit "des Iulii" sur le site archéologique de Glanum

    schéma d’après photo (à faire compléter) - [ document élève ]

    Résumé du commentaire de ce monument :

    1) Historique et symbolique de l’arc :

    - date d’édification du monument :1er s. ap. JC sous Tibère suite à sa répression de la révolte des premiers "gallo-romains" sous la conduite de C. Julius Sacrovir

    - symbolique sous-jacente de l’arc de triomphe : la soumission au "joug" romain.

    2) Description sommaire : on notera :

    - les dimensions générales du monument : la hauteur (19 m.) et la largeur (19,5 m.) sont données oralement, les élèves les complètent sur leur schéma - les scènes de combats entre Gaulois et Romains - les montrant vainqueurs - sculptées sur l’entablement.

    Schéma d’après planche de reconstitution par Cavalleri - à faire compléter -

    Commentaire du monument (Doc. 1) :

    1) Description sommaire : on notera :

    - le diamètre (103 m.) et la hauteur (36 m.) sont données oralement, les élèves complètent sur le schéma ; contenance : 7.000 spectateurs ;

    - l’inscription sur des gradins du 1er rang : "EQ." "GR." pour "Gradins réservés aux Chevaliers" ; avec l’aide du lexique (de leur manuel), on pourra faire chercher (et trouver) par les élèves le sens de cette inscription ;

    - le mur de scène en 3 parties ; dans la niche du sommet se trouvait une statue monumentale de l’empereur Auguste.

    2) Bref historique : datation - (doc. 2)

    - La statue d’Auguste (3,5 m.) - en tenue de général en chef - placée dans la niche centrale du sommet - permet de dater l’édification du théâtre : il fut construit dans les dernières années de règne d’Auguste, c.à.d. entre 5 et 14 ap. JC

    Cliquer sur l'image pour la voir à sa taille réelle

    [ Document élève - à faire compléter ]

    Schéma d’après photo - à faire compléter -

    1) Description sommaire : on fera noter :

    - la hauteur générale du monument : 18 m.

    - l’emplacement : sur le site archéologique de Glanum près de St-Rémy-de-Provence ;

    - la date (estimée) de sa construction : vers 30 av. J.-C ;

    - la particularité du monument : un cénotaphe = un tombeau sans corps.

    2) Analyse de l’inscription :

    - On fera décrypter aux élèves l’inscription : l’analyse des abréviations sera l’objet d’un rappel sur les prénoms romains les plus courants - on rappellera aux élèves l’abréviation courante de F. pour "Filius" ("Filii", en l’occurrence) ; enfin, on donnera la traduction complète de l’inscription : “Sextus, Lucius et Marcus, fils de Caius, de la famille des Julii [ont fait ce monument] à leurs parents”.

    > Trois frères honorent, donc, la mémoire de leur père et grand-père - le premier sans doute de cette famille à porter le prestigieux nom des Iulii, sans doute un vétéran de légion du célèbre général auquel ce privilège fut accordé.

    Séance 7  : Recherches approfondies à partir d’un site web "capturé"

    Puisque les élèves sont désormais familiers de certaines réalités du monde celte et gallo-romain, on leur propose maintenant d’affiner leurs recherches et d’extraire des informations bien précises par une navigation réfléchie à travers un site web que le professeur a "capturé" au préalable puis installé sur les postes de la salle informatique.

    Quels sont les intérêts du travail de recherche à partir d’un site web "capturé" et pourquoi la nécessité d’une "capture" ?

    Les intérêts :

    - en cas d’absence de connexion Internet momentanée ou prolongée le jour où l’on a prévu cette séance, on peut néanmoins parfaitement accéder aux documents capturés ;

    - la sécurité est maximale, les élèves sont limités au seul site capturé et n’accèdent pas à tout le web : la navigation reste locale - on pourra même débrancher le câble réseau pour la séance ; mais la navigation peut éventuellement devenir externe si le professeur le permet ou le demande expressément aux élèves.

    - autre intérêt : on a consacré du temps à l’élaboration d’une séquence sur un site intéressant ; on l’a exploitée en classe puis on est passé à autre chose ; puis, quelque temps après (6 mois,un an, ou plus), on voudrait de nouveau retravailler sur ce site avec une nouvelle classe ;or, le site "a disparu", a changé d’adresse ou d’hébergeur, et on ne le retrouve plus ! Si on a pris la précaution de l’aspirer auparavant, le problème est réglé...

    - dernier avantage (pour les spécialistes) : si l’on a quelques connaissances en matière de création de pages web, on peut très bien modifier à sa guise le contenu des pages ou les pages entières du site capturé pour l’adapter à ses besoins, tout en conservant l’architecture initiale du site !

    Les nécessités :

    - dans le cas présent, et bien souvent, on trouve dans nos recherches personnelles, des sites Web développés par des particuliers ou des collègues ; ces sites sont très intéressants, synthétiques et peu "lourds" et on souhaiterait faire travailler les élèves dessus ; mais on ne peut pas toujours y accéder dans un établissement scolaire,s’il se conforme aux restrictions d’accès ou options de sécurité mises en place par des serveurs de type SLIS ;

    - le seul moyen d’accéder alors à un de ces sites est de "capturer" au préalable le site concerné, de copier le contenu de la capture sur un CD (ou une disquette, si c’est parfois possible !) puis de le transférer en local sur les disques des ordinateurs de l’établissement.

    Le logiciel de capture utilisé :

    Pour capturer un site, nous utiliserons l’excellent gratuiciel - totalement libre (licence G.P.L.) - "WINHTTRACK (Web site copier)" dans sa dernière version 3.32-2 (05/08/2004) que vous pouvez télécharger à l’adresse suivante : http://www.httrack.com.

    Par ailleurs, ce logiciel est recommandé par l’excellent site Framasoft (site basé sur la philosophie G.P.L. - des logiciels libres - et qui en fait la promotion).

    La capture en pratique :

    Exploitation pédagogique du site capturé :

    - Une fois le site capturé et copié sur les postes de la salle informatique, on proposera aux élèves un questionnaire de ce type (modifiable bien-sûr, selon vos exigences). Ce questionnaire demandera aux élèves des recherches un peu précises et leur permettra d’explorer les différentes informations contenues non seulement dans les textes mais aussi à travers les images du site de J-F Mangin.

    - Il me semble important de ne pas trop multiplier les questions sur plusieurs pages trop différentes ou éloignées de la page d’accueil pour ne pas perdre des élèves de 5ème peu rodés à la recherche documentaire sur Internet.

    QUESTIONNAIRE sur le site Web : http://perso.wanadoo.fr/jean-francois.mangin

     

    1) Citer une des raisons de la défaite des Gaulois tombés sous la domination romaine - selon l’auteur du site.
    2) citer le nombre d’habitants estimés en Gaule.
    3) Pourquoi les Romains furent-ils habiles après avoir conquis les Gaulois ?
    4) En quelle année la citoyenneté fut-elle accordée à tous les hommes libres de l’Empire ?
    5) Vers quelles années le Pont du Gard fut-il édifié ?
    6) Sur quelle longueur ce pont enjambe-t-il le fleuve ?
    7) Combien de niveaux ce pont comporte-t-il ?
    8) Quelle est la pente moyenne de ce pont ?
    9) citer le nombre de m3 écoulé par jour par ce pont ?
    10) De quelle manière et pourquoi les canaux étaient-ils recouverts ?
    11) citer les noms des villes de départ et d’arrivée de l’eau conduite autrefois par ce pont ?
    12) À partir de quel siècle ce pont devint-il inutilisable ?
    13) citer le nombre d’habitants à Lyon à l’époque gallo-romaine ?
    14) Dans quel but les voies romaines furent-elles conçues ?
    15) Tous les combien de mètres les bornes miliaires étaient-elles placées sur les voies romaines ?

    Bibliographie sommaire :

    Auteurs / Textes anciens

    Auteurs / Articles modernes

    César, De Bello Gallico, I, II, VI, VII
    Cicéron, Pro M. Fonteio, 16,31,33
    Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, V, 28,30
    Dion Cassius, Histoire de Rome, XL 40
    Florus, I,45,22 à 25
    Orose, VI, XI
    Pline l’Ancien, De visco historiaca, XVI,249,95 sq.
    Plutarque, Vie de César, XXVII
    Polybe, Histoires, II
    Posidonios, Histoires, XXIII
    Strabon, Geographia, IV,4
    Suétone, Vie de César, LXXXl
    Tite Live, Histoire romaine, V
    Virgile, Eneide, VIII, v.620

    - L’Europe des Celtes, Découverte Gallimard
    - La Gaule retrouvée
    - Dossiers de l’archéologie, ndeg.35 Juin 1979
    - Les Gaulois en savoir plus, Hachette éducation
    - Archéologie de la France Casterman
    - Sous nos pas, la Gaule Hatier
    - Les gallo-romains, TDC ndeg.407
    - Entrez chez les Celtes, Gründ
    - Les sources historiques dans l’antiquité Belin

    Liens utiles et directement exploitables sur ce thème :

    - La carte de redressement de la Table de Peutinger est visible en son entier sur le site bibliotheca Augustana :

    - http://www3.ac-clermont.fr/pedago/lettres/latin/rtf/gauloismusees.rtf (séquence parcours de visite au Musée gallo-romain)

    - http://www3.ac-clermont.fr/pedago/lettres/latin/rtf/vercingetorix.rtf (séquence Latin/Grec sur la reddition de Vercingétorix)

    - http://www.ac-rouen.fr/pedagogie/equipes/lettres/Latin/gallo_ro/une.html (La Haute Normandie gallo-romaine)

    Télécharger le dossier complet - textes et images - de cette séquence (au format .zip, 458 Ko)