20 jui. 2007

La description

Par Céline Dunoyer , professeur au collège E.Carrière de Gournay-sur-Marne (93)

 

La description donne à voir un paysage, un objet ou un personnage (le portrait) avec plus ou moins de détails. La chronologie narrative s’arrête pendant la description.

 

I - Le temps utilisé

Si le texte est aux temps du passé, la description sera à l’imparfait. Si le texte est aux temps du présent, elle sera au présent.

 

II - L’organisation de la description

La description est organisée selon un ordre qu’il vous faut observer. Repérez les indicateurs spatiaux pour mieux voir la progression.
De bas ou haut, de gauche à droite, du premier plan à l’arrière-plan. Si la description est vue des yeux d’un personnage et que celui-ci avance, alors, la description suit son regard et son avancée.
Il ne faut pas oublier de vérifier le point de vue narratif utilisé pour mieux saisir la portée de la description. Le narrateur omniscient peut tout voir, tandis que le narrateur utilisant un point de vue interne nous fait découvrir en même temps que lui.

Pour le portrait d’un personnage, on distingue le portrait physique (l’extérieur) qui suit aussi une organisation logique et sélectionne des détails plus significatifs et le portrait moral (les traits de caractère, la personnalité). On parle aussi de portrait en action, quand les actions du personnage (dans un texte narratif donc) permettent de mieux déterminer sa personnalité. Cela permet de rendre le texte plus vivant.

 

III - Outils de la langue

La description doit mettre en valeur certains points plus importants : il faut donc bien regarder les champs lexicaux dominants. Le vocabulaire utilisé y est précis. La description utilise le champ lexical de la perception à travers les cinq sens.

Pour mieux caractériser ce qu’on décrit, pour donner plus d’informations, on utilise beaucoup d’expansions du nom : adjectifs qualificatifs en fonction d’épithètes du nom, groupes nominaux prépositionnels (introduits par une préposition) en fonction de compléments du nom, subordonnées relatives en fonction de compléments de l’antécédent et aussi les adjectifs épithètes détachés (séparés par une virgule).
La maison maternelle. La maison de ma mère. La maison qui appartient à ma mère. La maison, verdoyante, apparaissait au loin.

 

IV - Décrire, dans quelle intention ?

Observez la progression et les champs lexicaux pour connaître l’intention de l’auteur : veut-il valoriser ce qu’il montre, le critiquer, etc... Que veut-il souligner de particulier ? A quoi cela sert-il dans la narration ?