Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > En classe > Lecture > Séquence 3e : "Boule de Suif", un texte et un film

Séquence 3e : "Boule de Suif", un texte et un film

20 / 06 / 2007 | le GREID Lettres


Objectifs :

  • Faire étudier une oeuvre narrative et son adaptation cinématographique.
  • Faire étudier une nouvelle comme prélude à l’étude d’un roman.
  • " Revigorer " l’étude des romans du XIXe s. en montrant comment un metteur en scène y puise son inspiration et les adapte à son contexte personnel.
  • En classe de Troisième, en début d’année, faire le lien entre le programme d’Histoire de Quatrième et celui de Troisième.
  • En classe de Quatrième, en fin d’année, "coller" au programme d’Histoire.

Points de langue :

  • les temps du récit
  • l’expression du temps
  • le champ lexical


par Brigitte Réauté, Collège Joliot Curie - Fontenay-sous-Bois

Textes : Boule de Suif et Mademoiselle Fifi de Maupassant.

Edition utilisée : je recommande l’édition "Librio" d’une part à cause de son prix mais aussi parce qu’elle ne comporte pas, dans les autres nouvelles qui y sont regroupées, "Mademoiselle Fifi" dont l’effet de surprise est donc ménagé.

Film de Christian-Jaque en 1945 avec Micheline Presle. On en trouve aisément la version dans la collection des Classiques de " René Chateau vidéo " .

Plan de la séquence

  • Préparation : Lecture d’images ; comparaison des couvertures des différentes éditions de BS. Donner à lire "Boule de suif" en édition "Librio"
  • Séance 1 : Le début du récit / Le repérage chronologique
  • Séance 1 bis : Point de langue / L’expression du temps
  • Séance 2 : Les personnages / Le portrait
  • Séance 3 : La notion de scène / La notion de point de vue Donner à lire les autres nouvelles du recueil "Librio".
  • Séance 4 : Les autres nouvelles du recueil " Librio " :
    - résumer celle qu’on préfère ;
    - avancer trois arguments justifiant son choix ;
    - la comparer à " Boule de suif " (longueur, lieu et époque, thème, propos ...).
    donner à lire " Mademoiselle Fifi " jusqu’à " ... moi, je suis une putain ; c’est bien tout ce qu’il faut à des Prussiens"
  • Séance 5
    - Contrôle de lecture sur " Mademoiselle Fifi " ;
    - Sujet de rédaction / type " Suite de récit " : Imaginez la suite et la fin de ce récit en tenant compte des éléments donnés dans le texte. Marquer la progression chronologique en employant au moins trois expressions du temps de nature grammaticale différente. Employer trois expressions du champ lexical de la désolation.
  • Séance 5 bis : Correction des deux contrôles (lecture et rédaction).
  • Séance 6 : Projection de séquences du film de Christian-Jaque.
    Donner le questionnaire sur l’adaptation cinématographique.
  • Séance 7 : La critique de film
    donner le sujet de rédaction / type "Argumentation" : Faire la critique d’un film.

Déroulement de la séquence

Préparation : Le début du récit 1.

Objectifs :

  • Etudier les différents types de DEBUT DE RECIT (question 1).
  • Faire acquérir (ou réviser) la notion de CHAMP LEXICAL (question 2).
  • Faire revoir l’emploi des TEMPS DU RECIT (imparfait, passé simple, plus-que-parfait, présent de vérité générale ... question 3). En tirer la différence entre DESCRIPTION et ACTION.
    Introduire une leçon sur L’EXPRESSION DU TEMPS (Grammaire).

Aborder la CHRONOLOGIE D’UN RECIT, la différence entre TEMPS NARRATIF et TEMPS REEL (question 4).

1. Dans les pages 9 à 13 (jusqu’à "On partit."), quelles informations nous sont données sur

  • le lieu
  • l’époque
  • les personnages
  • les circonstances du récit (que s’est-il passé avant ? pourquoi ?) ?

2. Relever, dans ces premières pages, le champ lexical de la désolation, de la détresse physique et morale des hommes.

3. Dans les pages 9 à 13 relever les temps du récit qui apparaissent.

  • Quel temps domine au début ? Pourquoi ?
  • Quel temps apparaît page 12 et devient plus fréquent à partir de là ? Pourquoi ?

4. Au cours de la lecture, relever toutes les indications de temps.

  • Les récapituler par écrit en prenant soin de noter : la page à laquelle chaque repère temporel apparaît et ce qui se passe à ce moment-là.
    ex. p. 12 à 4 h 30 du matin Départ de la voiture
  • Reconstituer ainsi la durée totale du récit.

Séance 1 : Le début du récit 1 - correction.

Question 1

o Le lieu est d’abord une"ville" (deuxième ligne du texte). On apprend ensuite (3e §) qu’elle se situe en "France" et au 4e § qu’il s’agit de "Rouen".

o L’époque n’est à aucun moment précisée mais la vie de Maupassant (1850-1893), les termes "Prussiens", "uhlans" (= cavaliers), "garde nationale" permettent de situer le texte à la fin du XIXe siècle.

o En fait il s’agit du contexte immédiat de la "Défaite" (le mot figure à la ligne 17, 2e§) de la Guerre de 1870 entre la France de Napoléon III et la Prusse, menée par le chancelier Bismarck. La France, qui croyait abusivement l’emporter facilement, est écrasée lors du désastre de Sedan (2 sept 1870) et cette défaite entraîne la chute du Second Empire. Paris est envahi dès le 18 sept puis tout le Nord de la France.

o Les personnages : aucun personnage individualisé n’apparaît dans ces premières pages. On nous présente des groupes, "une masse", éventuellement un "général" mais sans nom. C’est le signe que l’histoire proprement dite n’a pas commencé. D’ailleurs, en page 12 (3e et 4e §), l’auteur emploie le pronom "on" qui est indéfini.

Question 2
Le CHAMP LEXICAL de la désolation se constitue des mots ou expressions suivants, relevés dans les pages 9, 10 et haut de la page 11 (édition "Librio") :

- des lambeaux, déroute, hordes débandées, barbe longue et sale, guenilles, allure molle, sans chapeau ;

- accablés, éreintés, incapables d’une pensée ou d’une résolution, tombant de fatigue ;

- pliant sous le poids du fusil , débris d’une division moulue ;

- France agonisante, désespéré, ces loques, éperdu, grande débâcle, désastreusement battu ;

- attente épouvantée, anxieusement, tremblant, boutiques closes, rue muette, filer, angoisse ;

- maisons mortes et désertes, affolement, cataclysmes, grands bouleversements meurtriers, brutalité inconsciente et féroce, massacrer ;

- fléaux effrayants, terreur.

Question 3
o L’imparfait domine dans le début du texte (était, avait, avançaient, s’arrêtaient ...). C’est le temps qui permet de décrire la situation, l’ambiance, de planter le décor.
o Apparition furtive du passé simple en page 10 (suivit, traversèrent, descendit, se joignirent) mais l’imparfait reprend ensuite : il s’agissait seulement d’un événement ponctuel : l’invasion de l’armée allemande.
o Apparition du présent de vérité générale (ou éternelle) aux pages 10 et 11 (sont, reparaît, est renversé, existe ...) : c’est l’auteur qui introduit son commentaire, qui juge la situation.
o s’établit et travailla (page 11) marquent un autre tournant dans l’action.
o Page 12, le passé simple devient majoritaire (voulurent, employa, fut obtenue, résolut, se réunirent ...) : signe qu’on entre dans le récit proprement dit, que l’action commence après la description.

Question 4

page 9
o pendant plusieurs jours de suite
Description de la déroute française
o depuis deux mois
o parfois
o quand un petit lapin remuait sous des broussailles

page 10
o enfin ..., puis ..., quelquefois ...
o dans l’après-midi du jour qui suivit L’invasion allemande le départ des troupes françaises
o puis, un peu plus tard
o tandis que deux autres flots envahisseurs apparaissaient par les routes de D .et B.
o juste au même moment
o tandis que, derrière les volets fermés, des yeux guettaient ces hommes victorieux ...
o chaque fois que l’ordre établi des choses est renversé, que la sécurité n’existe plus ...

page 11
o Au bout de quelque temps, L’occupation et ses habitudes
o une fois la première terreur disparue
o parfois ..., puis ..., enfin ...
o un jour ou l’autre o chaque soir
o l’année d’avant

page 12
o souvent ..., toujours ... Actes de vengeance
o Enfin, comme les envahisseurs ... n’avaient accompli aucune des horreurs ...
o un mardi matin, avant le jour DEPART prévu
o depuis qq temps déjà
o le lundi, vers trois heures ... Chute de neige pdt tte la soirée et tte la nuit
o A quatre heures et demie du matin Rassemblement des voyageurs

page 13
o de temps à autre ..., parfois ..., puis Attente
o comme il allait chercher la seconde bête
o pendant quelque temps ..., depuis longtemps
o enfin DEPART de Rouen

page 14
o Mais le jour imperceptiblement grandissait.
o cette aurore Description des personnages

page 16
o Aussitôt qu’elle fut reconnue Discussion entre les passagers
o Mais bientôt dits "honnêtes"

page 17
o à dix heures du matin Retard de la diligence
o avant la nuit
o quand la diligence sombra dans un amoncellement de neige deux heures (durée)
o vers une heure de l’après-midi La faim se fait sentir
o depuis longtemps
o De temps en temps

page 18
o enfin, à trois heures Repas de Boule de suif
o lorsqu’on eut débouché la première partagé avec les autres bouteille de bordeaux voyageurs démunis

page 21
o La nuit tombait.
o On avait marché onze heures, ce qui , Arrivée à l’auberge de Tôtes avec les deux heures de repos laissées aux chevaux, faisait quatorze.

page 23
o enfin on allait se mettre à table Premier appel de BS par l’officier

page 24
o au bout de dix minutes Refus de BS

page 25
o Le souper à peine achevé Coucher général
o au bout d’une heure environ BS se relève

page 26
o Comme on avait décidé qu’on partirait à huit heures le lendemain Lever général
page 28
o comme dix heures sonnaient Attente causée par le refus de
o On achevait le café quand l’ordonnance l’officier vint chercher ces messieurs
page 29
o L’après-midi o deux heures avant le dîner
o comme on allait se mettre à table 2e refus de BS à l’officier

page 30
o Les dames se retirèrent de bonne heure.
o Quand on vit bien qu’on n’en pourrait Coucher rien tirer
o On se leva d’assez bonne heure Désir de s’en aller le lendemain

page 31
o le déjeuner Attente et ..
o Dans l’après-midi ... promenade dans la campagne

page 32
o Une fois rentrés ..., le dîner ... Attente
o le lendemain Baptême pour BS
o aussitôt qu’elle fut partie Conspiration pour les autres

page 34
o jusqu’au déjeuner
o à table Argumentation
o pendant toute l’après-midi

page 35
o au moment où l’on servit le potage 3e refus de BS à l’officier
o au dîner Argumentation de la soeur

page 36
o aussitôt le repas terminé Coucher
o le lendemain, assez tard Attente dans la matinée
o déjeuner ..., dans l’après-midi 2e promenade et 2e argumentation
o aussitôt rentrée
o L’heure du dîner sonna Soumission de BS

page 38
o toute la nuit "Troubles" du sommeil

page 39
o Le lendemain, DEPART de l’auberge un clair soleil d’hiver

page 40
o au bout de trois heures de route Repas des voyageurs non partagé avec BS démunie

page 41
o pendant les longues heures mornes "Marseillaise" de Cornudet ... du voyage..., par la nuit tombante, puis dans l’obscurité profonde de la voiture
o toujours ... et pleurs de BS
o parfois sanglot

Séance 2 : les personnages.

1. Relevez les informations données sur les personnages de la voiture :

a) o A quel moment nous sont-ils présentés la première fois ?
o De quelle manière ?
o Qu’apprend-on sur eux ?

b) o A quel moment nous sont-ils à nouveau présentés ?
o Quelles indications sur la lumière accompagnent ce premier et ce deuxième moment ?
o Que pouvez-vous en déduire ?

c) o Ces personnages sont au nombre de dix en tout : quels points communs présentent certains ?
o Comment s’organise leur répartition ? quels regroupements peut-on supposer ?
o quelles différences peut-on cependant relever ?
o quelles expressions révèlent les points faibles de chacun ?

 2. Boule de suif (portrait p. 16 de l’édition "Librio") :

a) Comment son portrait se différencie-t-il de celui des autres personnages ?

b) o Relevez le CHAMP LEXICAL de la nourriture présent dans ce portrait.
o Quelle peut être l’intention de l’auteur en l’utilisant ?
c) o Parmi les autres renseignements donnés sur cette femme, lesquels en donnent une image sympathique et favorable ?
o quels préjugés pourraient cependant lui être défavorables ?
o Qu’est-ce qui, dans cette présentation, laisse supposer qu’elle sera l’héroïne du récit ?

Séance 3 : La notion de scène / La notion de point de vue

o Lire les pages 25 et 26 (édition "Librio") depuis "Le souper à peine achevé ..." jusqu’à "M. Follenvie dormait.".

1. Une scène :

a) Précisez le lieu, la durée, les personnages de cette scène : qu’est-ce qui la distingue de ce qui précède et de ce qui suit ?

b) quelles conséquences peut avoir cette scène sur la suite de l’histoire ?

c) o quels renseignements apporte la dernière phrase ?
o Sont-ils utiles au déroulement du récit ? Pourquoi ?
o Quelle peut être la motivation de Maupassant en l’écrivant ?

2. Le point de vue :
a) Par qui est racontée cette scène ?
b) quelles indications nous montrent que le point de vue est ici restreint ?

3. Cette scène est à nouveau racontée, plus loin (pages 38/39) :
a) Par qui ?
b) quels détails du premier récit sont ici respectés ? Qu’est-ce qui est modifié ?
c) Quel effet a ce deuxième récit sur les auditeurs ?

4. Le décor : comment apparaît le corridor à travers ces deux passages ?

Séance 4 : Bilan

Objectifs :

  • connaître les caractéristiques de la nouvelle
  • comparer différentes nouvelles à cette définition
  • savoir identifier une nouvelle QU’EST-CE QU’UNE NOUVELLE ? Nouvelle : récit de fiction répondant à certains critères. Court et concentré, il peut se lire en une seule fois, sans interruption, pour éviter que l’effet ne se dissolve dans le temps.

o La brièveté : Longueur variable mais généralement inférieure à celle du roman.

o L’histoire : Une action rapide, centrée sur un noyau (crise, événement extraordinaire, effet psychologique ...) autour duquel s’organise la structure du récit. Les faits racontés sont en général présentés comme vraisemblables.

o Les personnages : Souvent décrits à un moment de leur vie ; leur portrait est réduit à quelques traits significatifs. Leur comportement est surtout étudié face à l’événement.
o L’originalité : L’auteur cherche à impressionner le lecteur en cherchant un sujet ou une narration originaux.
o Le décor : Organisé autour de l’événement central, il se limite souvent aux renseignements utiles pour comprendre le déroulement du récit ou pour s’imprégner d’une ambiance.
o La chute : Le récit s’achève parfois sur une (ou quelques) phrase(s) courte(s) qui ménage(nt) un effet de suspense, de surprise ou assène(NT) un trait de réflexion (cf. le message).
o Le "message" : Fréquemment l’auteur veut inciter le lecteur à réfléchir.

o Travail en classe : faire repérer les mots importants de cette définition.
o Travail final (à l’oral ou par écrit ; en classe ou à la maison) : vérifier si la nouvelle Boule de Suif et les autres nouvelles lues (Mademoiselle Fifi ...) répondent bien aux critères de définition de la nouvelle ci-dessus énoncés (tirés de M. Gellereau, Boule de Suif, éd. Bertrand-Lacoste).

Séance 5 : contrôle de lecture

I. Lignes 1 à 118 : LE DEBUT DU RECIT.

1. Récapitulez les renseignements contenus dans ce début : où ? quand ? avec qui ? dans quelles circonstances ? cette histoire commence-t-elle ?
2. Quelle est la situation météorologique ? Pourquoi est-il important de le mentionner ?
3. Relevez le champ lexical du vandalisme dans les lignes 1 à 18 ? Pourquoi Maupassant insiste-t-il sur cette attitude ?

II - Lignes 118 et suivantes : LES EVENEMENTS.

4. Lignes 118 à 256 : Quelle décision prennent les personnages à partir de la l. 118 ? Pourquoi ?
5. a) En quoi consistent le "courage inoffensif" et le "patriotisme muet" (l. 236 et 238) ? Qui est concerné par ces expressions ?
b) Pourquoi l’auteur mentionne-t-il ce personnage et son comportement ? Qu’est-ce que cela peut annoncer ?
6. Quels nouveaux personnages arrivent à partir de la ligne 256 ? Pourquoi sont-ils là ?
7. Comment se passe la "rencontre" entre les personnages du départ (question 1) et les nouveaux (question 6) ? Que peut-on imaginer pour la suite du récit ?

III - LES PERSONNAGES PRINCIPAUX.

8. a) Qui est Mademoiselle Fifi ? Pourquoi est-il appelé ainsi ?
b) En quoi ce personnage se distingue-t-il des autres Prussiens ?
9. a) En quoi consiste "faire la mine" ?
b) Qu’est-ce que ce passe-temps révèle sur le personnage qui l’utilise ?
c) Quel jugement le lecteur est-il amené à porter sur ce personnage ?
10. a) Qui est Rachel ? Citez toutes ses caractéristiques.
b) En quoi se distingue-t-elle de ses autres "collègues" ?
c) Quel jugement pouvait avoir sur elle le lecteur à son arrivée ? Ce jugement évolue-t-il ? Pourquoi ? Si on donne à lire la fin de la nouvelle (page 4) et qu’on veut faire un contrôle global, ajouter :

IV - LA FIN DU RECIT.

11. Quels rebondissements successifs Maupassant ménage-t-il dans la fin de sa nouvelle ?
12. Comment peut-on interpréter l’attitude du prêtre aux lignes 494-495 ? Quelle en est la vraie raison ?
13. a) Le titre "Mademoiselle Fifi" vous paraît-il bien choisi ? Pourquoi ?
b) Proposez un autre titre que vous justifierez.
14. Quelle morale peut-on tirer de cette nouvelle ? Vous paraît-elle optimiste ou pessimiste ? Justifiez votre réponse.
15. Quels points communs et quelles différences cette nouvelle présente-t-elle avec Boule de Suif ?
16. La fin vous a-t-elle surprise ? Qu’a-t-elle de commun avec celle que vous aviez imaginée pour votre rédaction ?

Séance 6 : Questionnaire sur l’adaptation cinématographique de Boule de suif par Christian-Jaque (1945)

  • 1. Christian-Jaque tourne ce film en 1945 : en quoi cette date peut-elle expliquer le choix du réalisateur de mêler les histoires de Boule de Suif et de Mademoiselle Fifi ?
  • 2. a) quelles scènes a-t-il gardées de Boule de suif ? quelles scènes de Mademoiselle Fifi ?
    b) quelles scènes a-t-il ajoutées de son propre choix ?
    c) Que pensez-vous de sa sélection ? En quoi modifie-t-elle le sens des nouvelles de Maupassant ?
  • 3. a) Dans quelle scène sont présentés les personnages du film (autres que Boule de suif) ? quels renseignements Christian-Jaque a-t-il gardés sur eux ? Quelle impression générale en ressort ?
    b) Comment sont traités les personnages féminins entre les deux nouvelles et le film ? Qu’a modifié Chritian-Jaque ? Dans quelle intention à votre avis ?
    c) Quel personnage de la nouvelle voit son rôle considérablement développé ? Dans quel sens ? Commentez ce choix du réalisateur.
  • 4. a) En utilisant les termes cinématographiques appris, décrivez les premiers plans du film qui suivent le soldat français jusqu’à son arrivée à la porte de la chambre.
    b) Comment Christian-Jaque a-t-il transposé la description de Maupassant au début ? quels renseignements a-t-il conservés ? De quelle manière les transmet-il ?
  • 5. a) Dans les derniers plans du film, repérez un gros plan, un effet de plongée et de contre-plongée. Commentez leur effet.
    b) En utilisant les termes cinématographiques appris, décrivez le dernier plan du film.
    c) Pourquoi Boule de suif est-elle heureuse ? Comment le son amplifie-t-il l’expression de cette joie ?
  • 6. Exprimez votre jugement personnel sur le film : avez-vous été déçu par l’adaptation de Christian-Jaque ou plus séduit que par la nouvelle de Maupassant ? pensez-vous que la fusion des deux nouvelles (cf. question 2) soit pertinente ? comment appréciez-vous le choix des acteurs ? ... etc.

Corrigé du questionnaire sur l’adaptation cinématographique

1. 1945 marque la fin de la Seconde Guerre mondiale et la victoire des Alliés (dont la France) sur l’Allemagne. Cette date permet à Christian-Jaque d’imaginer une fin plus flatteuse pour le patriotisme français que celle de Boule de suif qui ne nous montre que des Français abattus (les soldats au début), prêts à se soumettre pour sauvegarder leurs biens (les Loiseau, les Carré-Lamadon et les de Bréville), ou une femme bafouée autant par l’ennemi que par les siens. Dans le film, la femme bafouée prend sa revanche en tuant et en tournant en dérision l’officier prussien (lors de l’enterrement) : elle peut symboliser la France, d’abord écrasée en 1940, qui finit par triompher de la botte nazie. o Les points communs entre Boule de suif et Mlle Fifi : même époque, même région, même personnage de prostituée courageuse, même tyrannie des officiers prussiens.

2. a) Scènes gardées de BS :
1. La traversée des uhlans dans Rouen.
2. Le voyage en diligence (attente, voyage, repas, incidents de . parcours ...)
3. L’attente à l’auberge.
4. Le nouveau départ et le mépris pour BS.
o Scènes gardées de Mlle Fifi :
1. L’ennui des officiers prussiens.
2. Leur vandalisme, en particulier celui de Mlle Fifi.
3. Le banquet et les beuveries.
4. L’assassinat de Mlle Fifi.
5. La rédemption de la meurtrière (clocher, cloches, mariage).

b) o Ajouts :
o la rencontre du soldat et de BS (-> informations sur le contexte)
o la réservation des places dans la diligence (-> équivalant à une scène de présentation)
o les francs-tireurs (-> ajoutés pour faire allusion à la Résistance)
o la prise d’otages par les Prussiens et leur exécution(-> allusion aux exactions et à la
o les scènes du curé (2) et de la vieille femme torture nazie) (-> allusion à la Résistance, à la cruauté des nazis et souligner le sadisme de Mlle Fifi)

c) La sélection de Christian-Jaque donne une fin positive aux nouvelles, plus flatteuse pour le patriotisme français (cf. question 1) mais aussi plus conforme à la morale traditionnelle : la cruauté, le vice sont toujours punis et le cours de l’Histoire lui-même (cf. la victoire des Alliés lors de la Seconde Guerre mondiale) prouve que les "méchants" (= les nazis) ne peuvent pas triompher.

3. a) Le dialogue entre le soldat et BS permet de découvrir Cornudet, montré juste après dans une scène où son dialogue avec le soldat montre bien ses convictions patriotes et démocrates. La scène de réservation des places dans la diligence permet la présentation des autres personnages : le spectateur apprend leur nom, leur situation sociale, le motif du voyage et découvre partiellement leur mentalité. Ce sont des "nantis", des bourgeois "frileux", hypocrites et prêts à "collaborer" avec l’ennemi - qu’ils ne trouvent pas si désagréable que cela - pour préserver leurs intérêts. Comme dans la nouvelle, c’est dans la diligence que se précisera leur "portrait".

b) Les femmes : dans le film, BS/Rachel reste une prostituée mais les femmes amenées aux Prussiens sont les bourgeoises et les aristocrates décrites dans BS : elles sont donc considérées comme des prostituées. Plusieurs interprétations possibles (que le spectateur connaisse ou ignore les deux nouvelles de Maupassant) : - comme leurs maris ont été montrés ne pensant qu’à l’argent, prêts à "collaborer" avec l’ennemi, on peut penser qu’elles aussi sont vénales et donc assimilées à des prostituées ; - mais on peut aussi l’interpréter comme le signe que la condition féminine a évolué de 1871 à 1945 : les femmes sont toutes exposées aux mêmes dangers, leur classe sociale ne les protège plus, il y a eu une sorte d’égalisation des conditions par le passage au XXe siècle ; - enfin il s’agit peut-être de montrer que la guerre - en particulier le 2e GM - touche n’importe qui : plus personne n’est à l’abri d’un obus, d’une prise d’otages, d’un massacre ... C’est l’aspect terrifiant des guerres modernes qui n’épargnent plus les civils.

c) Le personnage de Cornudet est considérablement enrichi et rendu sympathique : il fait effectivement figure de "patriote" face aux nantis prêts à "collaborer" avec l’ennemi pour préserver leurs intérêts. Il peut passer pour "le patriote" qui épousera Rachel comme il est dit à la fin de Mademoiselle Fifi.

4. a) Première séquence
o Plan 1 : Plan d’ensemble d’une rue de Rouen. Un soldat français arrive au loin et s’avance en se cachant. Lorsqu’il est au niveau de la caméra, celle-ci effectue un panoramique qui le suit. Puis le panoramique continue pour recadrer, à 180°, l’autre côté de la rue. Des soldats allemands, à cheval (les uhlans), apparaissent et parcourent la rue de bout en bout. La caméra poursuit son mouvement pour les suivre en effectuant un nouveau panoramique à 180°.
o Plan 2 : Travelling latéral, en plan américain, sur le soldat français qui s’avance puis entre dans un immeuble.
o Plan 3 : Travelling complexe qui suit le soldat français entrant dans le hall de l’immeuble et montant l’escalier sur plusieurs étages. Le soldat est toujours cadré de profil en plan taille ; tout en grimpant l’escalier, il explique la situation militaire. Il s’arrête devant la porte de BS. Premier gros plan sur BS -> l’héroïne.

b) A l’image, Christian-Jaque a gardé l’idée d’une ville déserte, abandonnée par la population, que seuls parcourent quelque soldat en fuite ou des cavaliers ennemis menaçants. Il traduit ainsi la désolation qu’évoquaient les premières pages de Maupassant. Le dialogue qui suit entre le soldat et les personnages anxieux qui l’interrogent, puis entre le soldat et BS, nous donne les informations nécessaires sur l’époque, le lieu et la situation (défaite). Le soldat fait cependant mention d’une résistance qui s’organise pour "actualiser" cette histoire en faisant allusion à la Résistance de la 2e guerre mondiale. Maupassant aussi en parlait mais comme étant le fait de quelques gens isolés qui "se vengeaient" de l’occupant, pas comme d’un mouvement qui s’organisait sur tout le pays.

5. a) Dernière séquence
o Plan 1 : Plan d’ensemble fixe des soldats allemands qui marchent au pas en portant le cercueil et qui se rapprochent de la caméra. Un panoramique très rapide recadre sur le "patriote" (insert) et la caméra amorce un travelling avant qui finit en gros plan. Au son : bruit régulier et rythmé des pas des allemands qui se mêle au son de la cloche qui sonne le glas. Le son de la cloche s’accélère, le "patriote" sourit et regarde vers le haut. La caméra suit le regard et fait un panoramique qui recadre sur le clocher de l’église (en contre-plongée).
o Plan 2 : Gros plan de la cloche, puis un panoramique et un travelling arrière nous montre BS heureuse en train de sonner avec vigueur la cloche. La cloche symbolise la religion, la présence de Dieu qui veille à ce que la morale soit respectée. Un nouveau panoramique nous montre, à travers la fenêtre du clocher, la procession des soldats allemands marchant toujours au pas : prise de vue en plongée pour souligner la "défaite" de Fifi.. Un panoramique inverse revient sur BS qui sonne la cloche. Puis un travelling avant resserre sur la cloche.

b) BS/Rachel est heureuse d’avoir accompli sa vengeance jusqu’au bout et d’avoir fait "payer" à l’officier allemand son mépris. Plusieurs signes indiquent son triomphe :

- elle est en position dominante, en haut du clocher qui surplombe le reste du village et des hommes, comme une statue sur son piédestal ;

- toutes les lignes qui l’entourent sont à la verticale (y compris le mouvement de la caméra pour la rejoindre) alors que Mlle Fifi est définitivement couché à l’horizontale dans son cercueil ; la marche des soldats est aussi filmée à l’horizontale ;

- le son de la cloche s’emballe, le glas se transforme en sonnerie à toute volée, évoquant un mariage, puis le son se mêle à la musique qui se transforme en l’hymne "La Marseillaise".

Séance 7 : Texte argumentatif à thèse unique : La critique de film

1. Travail préparatoire
o Recherche sur les Oscars, les Césars :

- qui ou que récompense-t-on ?
>> répertorier les différents titres de récompenses (meilleur acteur, meilleure mise en scène, meilleur décor ...)

- retrouver le palmarès complet d’une année pour les Oscars ou les Césars.
o En tirer les différents points à envisager pour critiquer un film
>> établir une grille d’évaluation
>> établir une échelle de "notes" (points, étoiles, lettres ...)

2. Analyser une critique de film
 A partir de trois critiques de films récents (voir feuille) :
o Apprécier la différence de jugement : la critique élogieuse (à quelques réserves près), la critique mitigée, la critique négative.
o Distinguer les composantes d’une critique de film :

- présentation du film : distribution, durée, origine ...

- le contenu : résumé de la fiction

- le jugement : les différents points envisagés (cf. travail préparatoire).
o Etudier l’écriture : rapidité, voire ellipse, du style ; ton ...

3. Argumenter : rédiger une critique de film

Sujet de rédaction :
En tenant compte des composantes nécessaires observées à partir des exemples étudiés, rédigez votre critique d’un film (ce peut être le film de Christian-Jaque Boule de Suif, un film récent vu au cinéma ou un film moins récent vu à la télévision ou en cassette vidéo).