Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > Langues et culture de l’Antiquité > Latin > 20.Quatrième > Séquence latin 4e : Autour du thème de la beauté

Séquence latin 4e : Autour du thème de la beauté

10 / 01 / 2008 | le GREID Lettres
 
par Karine JUILLIEN, Collège Pablo Picasso, Champs sur Marne


Ovide (43 av. J.C. – 18 ap. J.C.), Medicamina faciei femineae

Le texte suivant est le tout début d’un petit manuel de beauté à l’usage des jeunes filles.

Discite quae faciem commendet cura, puellae,

et quo sit vobis forma tuenda modo.
Cultus humum sterilem Cerealia pendere jussit
munera, mordaces interiere rubi ;

cultus et in pomis sucos emendat acerbos,
fissaque adoptivas accipit arbor opes.
Culta placent : auro sublimia tecta linuntur ;
nigra sub imposito marmore terra latet.
Vellera saepe eadem Tyrio medicantur aëno ;

sectile deliciis India praebet ebur.
Forsitan antiquae Tatio sub rege Sabinae
maluerint, quam se rura paterna coli,
cum matrona, premens altum rubicunda sedile,
assiduo durum pollice nebat opus

ipsaque claudebat, quos filia paverat, agnos,
ipsa dabat virgas caesaque ligna foco.
At vestrae matres teneras peperere puellas :
vultis inaurata corpora veste tegi,
vultis odoratos positu variare capillos,

conspicuam gemmis vultis habere manum :
induitis collo lapides oriente petitos,
et quantos onus est aure tulisse duos.
Nec tamen indignum : sit vobis cura placendi,
cum comptos habeant saecula nostra viros :

feminea vestri poliuntur lege mariti,
et vix ad cultus nupta, quod addat, habet.

Apprenez, jeunes filles, quels sont les soins qui embellissent le visage, et les moyens à employer pour conserver votre beauté. La culture ordonne à la terre stérile de se parer des dons de Cérès, aux ronces épineuses de disparaître. La culture adoucit les sucs amers dans les fruits, et l’arbre greffé accepte ses richesses adoptives. Les produits de l’art nous plaisent : les superbes palais se couvrent d’or, et le sol noir se cache sous le marbre qu’on lui applique. Souvent les mêmes peaux sont traitées dans le chaudron tyrien, et l’Inde procure à nos gouts raffinés l’ivoire taillé. Peut-être que sous le règne de Tatius, les antiques Sabines aimaient mieux prendre soin des champs paternels que de leur propre personne. Alors, en effet, la matrone au teint rouge, écrasant son haut siège, tissait son grossier ouvrage de son pouce opiniâtre et enfermait elle-même au bercail les troupeaux que sa fille avait fait paître ; elle-même encore mettait au feu les broussailles et le bois fendu. Mais vos mères ont enfanté des filles délicates ; vous voulez porter un vêtement couvert d’or ; vous voulez varier les coiffures pour vos cheveux parfumés ; vous voulez montrer une main étincelante de pierreries ; vous portez au cou des pierres ramenées d’Orient, et si grosses, qu’elles sont un fardeau pour vos oreilles. Cela n’est pas révoltant, cependant, que vous ayez ce soin de plaire, alors que notre siècle voit des hommes soignés. Vos maris suivent la mode féminine, et l’épouse n’a rien à ajouter à la toilette de son époux.

 

 
 

Démarche

Le texte peut être proposé dans le cadre d’une courte séquence sur la femme centrée sur les cosmétiques et la beauté, pour servir de support à un travail sur les adjectifs (1re classe seulement ou 1re et 2e classes).

 

L’extrait est présenté aux élèves avec sa traduction, éventuellement accompagnée de notes. Si ce n’est pas le cas, un travail d’explication et de reformulation du texte français est à prévoir.

 

Séance 1 : travail sur la langue

  • Les adjectifs signalés dans la traduction (en gras ou soulignés) sont retrouvés dans le texte latin.
 
  • Les groupes nominaux sont reconstitués, ce qui permet de faire réviser toutes les déclinaisons et de montrer des exemples des très nombreuses « combinaisons » de désinences possibles. Les élèves comprennent en effet souvent mal que les adjectifs d’une classe puissent s’utiliser avec des noms d’une déclinaison dont les désinences ne leur correspondent pas.
 
  • On peut se contenter dans un premier temps des adjectifs de première classe (en gras) et travailler ensuite sur les adjectifs de deuxième classe (soulignés), ou garder ces derniers, moins nombreux dans l’extrait, pour une séquence ultérieure.
 
  • Il est également possible de limiter le travail à la première partie du texte et d’utiliser la seconde pour faire une évaluation écrite.
 

 

 

Séance 2 : civilisation

 

 

 
  • On relit et réexplique la traduction.
 
  • On élucide les références (historiques, géographiques ou mythologiques).
 
  • On complète par un exposé ou une recherche.
 
  • On termine par une présentation iconographiques d’objets retrouvés par les archéologues (peignes, miroirs, balsamaires, bijoux, coffrets à parfums) et de bustes de femmes romaines montrant l’évolution des coiffures de la République à l’Empire.
 
  • On peut lire ou montrer d’autres extraits du texte d’Ovide, comme par exemple une recette de crème de beauté ou de masque, ou bien se contenter de citer leurs ingrédients, parfois très pittoresques (orge, œuf, oignon de narcisse, corne de cerf (« de celle qui tombe au commencement de l’année »...), miel, épeautre, glaïeul, « ciment issu du nid des alcyons », etc.). Il faut penser, dans ce cas, à déconseiller aux jeunes filles de tester à la maison les conseils d’Ovide...
 

On peut concevoir une évaluation finale reprenant grammaire et civilisation, à partir d’un extrait de L’Art d’aimer, par exemple.

 
 
 
 

Fil twitter de @DANECreteil

0 | 5 | 10 | 15 | 20