24 mai. 2010

Activité 4e : Ecrire à partir d’une image


par Sarah Pépin, professeur de français au collège Jean de Beaumont, Villemomble


 

Objectifs :
• Analyse d’image :
- définir sa nature,
- repérer, nommer et interpréter sa composition (cadrage, plans, lignes dominantes),
- acquérir une culture cinématographique en analysant une image de l’une des scènes les plus emblématiques du suspense au cinéma.
• Rédiger un récit au passé, ayant pour point de départ cette image, qui joue avec le traitement du temps (retour en arrière, suspense) et présente une fin inattendue (ellipse et/ou chute).
• Préparer collectivement le travail d’écriture : échanger, argumenter à l’oral pour définir les hypothèses et contraintes d’écriture.
• Produire un travail d’écriture utilisant les TICE : ENT, traitement de textes, outils en ligne. Valider des compétences b2i.
 
Durée : 3 heures
 
Supports : Photogramme extrait du film La Mort aux trousses d’Alfred Hitchcock (scène de l’avion).
 
Démarches et activités :
Lecture d’image (travail collectif)
Le travail d’analyse, mené avec le TNI, doit permettre de comprendre comment la composition de l’image crée un effet de mouvement et de suspense. La question sera alors pour les élèves de savoir par quels procédés créer ce même effet à l’écrit.
 
Préparation à l’écriture (travail collectif)
Production, avec les élèves, d’un document synthétisant les hypothèses d’écriture qu’ils formulent en observant l’image. Identifier les contraintes narratives que ces hypothèses impliquent.
 
Rédaction (travail individuel)
Rédiger une histoire comportant un retour en arrière et des éléments de suspense ayant pour point de départ l’image étudiée.
Le travail d’écriture proposé a pour finalité d’évaluer la capacité des élèves à réinvestir, au service de l’écriture, les notions acquises par l’analyse de textes et d’images lors d’une séquence précédente sur le traitement du temps dans le récit (groupement de textes).
 
Outils TICE :
TNI pour le travail collectif.
Un PC par élève, avec logiciel de traitement de textes et accès Internet pour le travail individuel.
 
Apport spécifique des TICE :
Le TNI :
- permet l’annotation et la mise en valeur des caractéristiques de l’image étudiée, par le professeur et les élèves,
- facilite la schématisation et l’organisation de la réflexion collective.
 
Le traitement de textes :
- facilite la réécriture,
- permet de prendre conscience et de comparer les étapes de rédaction.
 
Les liens vers les outils en ligne : aident à l’auto-correction.


 

Déroulement de l'activité

 

Séance de préparation à l’écriture (1 heure), avec le TNI

 
Première étape : lecture d’image (objectif : comprendre comment la composition de l’image crée un effet de mouvement et de suspense)
 
En l’absence délibérée de toute contextualisation, projection d’un photogramme extrait du film La Mort aux trousses d’Alfred Hitchcock (la scène de « l’avion »).
 
Analyse de cette image par un questionnaire oral :
 
1. De quel type d’image s’agit-il (dessin, photographie, œuvre picturale) ?
Aussitôt, certains élèves croient reconnaître une photographie de James Bond… Cette proposition permet de confirmer qu’il s’agit d’une photo tirée d’un film, mais pas de l’espion 007. On leur indique qu’ils observent une image du maître du suspense dont un court-métrage a été étudié dans la séquence précédente : Alfred Hitchcock.
 
2. Quelle est la composition de cette image (cadrage, plans, lignes) ?
Avec le stylet, on met en évidence les différents plans en dessinant le contour de la silhouette de l’homme et celui du biplan. Par étape (1er plan, 2e plan, 3e plan), les éléments objectifs constitutifs de l’image sont ainsi décrits par la classe :
  au 1er plan, un homme court. On le voit notamment au mouvement de ses bras et à sa cravate. Il a l’air de transpirer, d’avoir peur. Il est bien habillé car il porte un costume.
  au 2e plan, derrière l’homme, il y a un avion. Celui-ci vole bas, comme s’il voulait rattraper l’homme.
  le 3e plan est celui du ciel et des champs. On ne voit rien à part des poteaux. L’homme est isolé. Certains élèves remarquent que c’est la tombée de la nuit. Pour d’autres, c’est l’aube.
 
 
Cette rapide analyse d’image permet de formuler l’action qui servira de point de départ commun au récit : un homme visiblement apeuré court pour fuir l’avion qui le poursuit dans un lieu qui semble désertique.
 
Pour approfondir l’analyse, un élève vient au tableau tracer les lignes dominantes. La classe remarque que la ligne d’horizon n’est pas horizontale, ce qui renforce l’impression de mouvement. Les ailes du biplan forment encore d’autres lignes obliques qui donnent un effet de perspective fuyante sur le côté droit.
 
 
Deuxième étape : Hypothèses d’écriture
 
Production, avec les élèves, d’un document synthétisant ce que l’on pourrait appeler les « hypothèses d’écriture » qu’ils formulent en observant l’image.
 
Un document est projeté et complété sur le TNI : image au centre, il permet d’organiser les idées autour et de définir ainsi, avec les élèves, ce que seront les consignes d’écriture.
 
Le travail commence par cette question orale :
 « A quelles questions devrons-nous répondre pour être en mesure de raconter une « histoire noire » à partir de cette image ? »
 
En réponse, les questions proposées par les élèves permettent au professeur de mettre en évidence quatre « pôles » de réflexion :
Qui est l’homme ? ➱ Le personnage
Pourquoi est-il poursuivi par l’avion ? Qui est dans l’avion ? ➱ Le retour en arrière
Où est-il ? Quand ? ➱ Le cadre spatio-temporel
Que va-t-il se passer ? ➱ La chute
 
Ces « pôles » impliquent des éléments attendus (étudiés lors de la séquence précédente) pour l’écriture d’un récit au passé, figures imposées en quelque sorte.
 
Les couleurs, utilisées comme un code, permettent de distinguer la nature des apports : grammaticaux en rouge, lexicaux en vert, exemples et idées personnelles en noir.
 
Par exemple :
Le personnage ➱ description de son apparence physique, ses sensations et ses sentiments
Retour en arrière ➱ J’utilise le plus-que-parfait / indication temporelle
Le cadre spatio-temporel ➱ à quelle époque ? à quelle heure ? en quel lieu précis ? description du décor, un lieu désertique
La chute ➱ quel élément inattendu va créer la surprise ? Ellipse ?
 
 
Pendant la séance, les élèves complètent ce même document, qui leur est distribué sous forme d’un document papier.
 
Deux types d’informations sont notées par les élèves :
• les questionnements communs à la classe et les consignes d’écriture, déduits de l’analyse de l’image.
 = ce qui est noté sur le TNI sur proposition des élèves.
• les idées personnelles de chacun, en réponse à ces questions, qui alimenteront l’écrit d’imagination lorsque l’on passera à la phase de rédaction.
= prise de notes personnelles.
 
 

Séance de rédaction (2 heures) en salle multimedia :

 
La séance suivante, qui se déroule en deux heures, est consacrée à la phase de rédaction, en salle multimedia. Chaque élève dispose d’un PC et rédige sur le logiciel Open Office Writer.
 
Sur le réseau du collège, dans leur ENT, les élèves trouvent un dossier contenant plusieurs documents :
 
- l’image qui doit servir de point de départ au récit.
- des liens internet menant à des outils en ligne utiles à la rédaction et à l’auto-correction :
- un fichier intitulé « réserve de mots », banque de mots élaborée par le professeur à partir de l’étude des textes précédents, pour enrichir la description des sensations et sentiments du personnage.
 
Enfin, ils ont apporté le document de préparation complété en classe, sous forme papier. Certains élèves ont d’ailleurs pu l’enrichir entre les deux séances.
 
A l’issue de la première heure de rédaction, on imprime et annote les premiers jets (sans corriger, en signalant seulement le type de fautes). Les élèves doivent ensuite se servir du dictionnaire ou des tableaux de conjugaison en ligne pour corriger un maximum de fautes.
 
Les devoirs finalisés sont relevés par le biais de l’ENT, imprimés et notés par le professeur. 
 

Précisions et Commentaires

 

Place de l’activité dans la progression pédagogique

 
Cette courte séquence d’écriture fait suite à une séquence d’étude de textes s’intitulant « Temps et récit - Histoires noires » (support manuel Belin Lectures et expression, 1998) pendant laquelle ont notamment été abordés les points suivants :
• l’ordre non chronologique du récit.
• le suspense dans le récit écrit. Le lexique des sensations et des sentiments. Les procédés de dilatation du temps.
• le suspense au cinéma (extrait d’un court-métrage d’A. Hitchcock : Pris au piège). Les procédés du suspense au cinéma (valeur des plans, montage, bande-son).
• activités d’écriture avec emploi du passé simple, de l’imparfait, du plus-que-parfait et du conditionnel présent.
Il s’agissait du premier travail d’écriture longue de l’année.
 
 
 

Les apports de l’utilisation du TNI dans la première séance

 
D’une manière générale, le TNI est un outil très intéressant pour mener une séance d’analyse d’image :
- parce que l’image, qui est un objet d’étude, mais aussi parfois une œuvre d’art, est mise en valeur par la projection : en couleurs, en grand format, en bonne définition.
- parce que le professeur, qui est souvent le seul à intervenir sur une image (par exemple lorsque ces séances se déroulent avec un rétro-projecteur sur un support transparent), peut laisser la place à l’élève. L'utilisation du stylet permet de tracer des contours, marquer les plans, tirer les lignes dominantes et il autorise l’erreur car on peut gommer et refaire. Les couleurs mettent en valeur les observations.
 
 
Plus particulièrement, le TNI permet une articulation aisée entre analyse de l’image et préparation collective à l’écriture.
La réflexion s’organise comme un schéma autour de l’image. Les propositions des élèves sont inscrites au tableau, comme sur un tableau noir, mais en ayant toujours sous les yeux l’image qui est au point de départ, placée au centre. Le TNI facilite la conduite et l’organisation de ce brouillon collectif.
 
Cette séance aurait pu être présentée sous la forme d’une carte heuristique, en utilisant un logiciel de type Freemind. Mais cela aurait demandé plus de temps et nous paraissait moins spontané : il aurait fallu utiliser le clavier au lieu d’écrire directement sur le tableau, la mise en couleur aurait été moins aisée. De plus, même si cela n’a pas été assez fait lors de cette séance, la participation des élèves est plus facile avec l’utilisation du stylet que du clavier.
 
La fonction « créer une page dupliquée » donne la possibilité de travailler plusieurs fois sur le même document, sans perdre l’original, tout en enregistrant les différentes propositions des élèves. On peut revenir à la proposition qui paraît la plus intéressante.
 
Enfin, le document créé par la classe pourra être imprimé.
 
 

Quelques précisions concernant l’utilisation des outils TICE lors de la séance de rédaction

 
L’ENT : Les élèves y trouvent un dossier contenant les fichiers nécessaires à leur travail. Ils déposent leurs productions qui sont récupérées par le professeur.
 
La banque de mots : elle a été proposée par le professeur sous la forme d’un fichier PDF, placé dans l’ENT. Après réflexion, il aurait été plus judicieux de la constituer lors de la séquence précédente, à l’occasion des séances de lecture de textes, en collaboration avec les élèves. Le TNI aurait d’ailleurs été un outil très utile, en permettant de compléter et d’enregistrer une page modifiable au fur et à mesure de la découverte de nouveaux textes et exportable ensuite, afin d’être partagée.
 
Les liens vers les outils en ligne : ils sont utilisés librement par les élèves. La liste de liens est collée dans un fichier, placé dans l’ENT. Les élèves cliquent directement sur le lien qui les intéresse. L’objectif est ici de les rendre les plus autonomes possible, sans perdre de temps à leur demander de taper une URL ou de faire une recherche, ce qui pourra être proposé à l’occasion d’un autre type de travail.
En revanche, on pourra profiter du fait que les pages web sont ouvertes pour les faire enregistrer en tant que favoris dans le navigateur utilisé.
 
L’utilisation du traitement de textes est particulièrement intéressante pour ce sujet de rédaction (notamment pour travailler la chronologie) car il permet de déplacer des paragraphes sans avoir à tout récrire. Ainsi, quelques élèves qui avaient du mal à commencer leur récit par la scène de l’avion ont rédigé leur texte dans l’ordre chronologique. Ils ont ensuite déplacé les paragraphes pour trouver le bouleversement du temps qui leur permettrait de faire un retour en arrière. On a alors été attentif à leur montrer les changements qui s’imposaient : introduire un indice temporel, modifier les temps verbaux (en passant du passé simple au plus-que-parfait notamment).
 
 

Pour conclure :

 
L’image est une source d’idées et une aide pour des élèves qui ont du mal à se lancer dans l’écriture. La lecture d’image et la constitution d’un brouillon collectif avec les outils spécifiques du TNI ont permis de nourrir la réflexion sur le personnage et sur le traitement du temps dans le récit de façon interactive avec les élèves, en amont du travail de rédaction.