9 jui. 2010

Le traitement de texte et le travail de l’orthographe

Travailler l’orthographe avec le traitement de texte

Avec ou sans le correcteur ?

Le problème du correcteur et son usage non raisonné

Un correcteur orthographique et grammatical est généralement intégré au traitement de texte, mais on peut aussi trouver des logiciels de correction indépendants. Le correcteur orthographique est souvent utilisé par les élèves qui voient en lui la possibilité de rendre un travail exempt d’erreurs. Mais cet usage est quasiment toujours non raisonné. En effet, le correcteur orthographique souligne les erreurs d’orthographe d’usage qu’il relève et propose une liste de mots en remplacement du mot repéré comme "fautif". Cette liste est basée sur le lexique interne du logiciel et est établie selon des principes de ressemblance alphabétique ou phonétique. Ces correcticiels ne peuvent pas détecter ni résoudre les erreurs dues à une homophonie ou les erreurs dues au sens du texte (problème d’identification du référent d’un pronom personnel par exemple).

Les élèves imaginent que cet outil va totalement éradiquer les erreurs et choisissent en général le premier mot proposé dans la liste d’aide alors que cette liste est non discriminante. Le logiciel acceptera toute correction faite avec un mot existant dans son lexique. Evidemment, le choix de l’élève n’est pas toujours le bon : comment choisir entre la "mer", la "mère", "l’amer" et le "maire" ? Seuls les élèves ayant déjà une certaine maîtrise de l’orthographe pourront utiliser correctement le correcteur orthographique. Les élèves ayant de réelles difficultés ne trouveront dans cet outil que le risque d’ajouter des erreurs à leur texte.

Il faut donc apprendre aux élèves la démarche critique nécessaire à la bonne utilisation du correcteur et profiter de cet outil pour apprendre aux élèves à réfléchir sur les différentes propositions qui leur sont faites. Il faut comprendre pourquoi le correcteur repère une erreur qui n’en est peut-être pas une (quand le mot n’existe pas dans son lexique par exemple) et interroger chacune des propositions de remplacement qu’il fait afin de corriger ou non le mot repéré.

L’utilisation du correcteur orthographique permet de faire comprendre aux élèves que le sens d’un mot (et donc d’une phrase) dépend de sa graphie et que l’orthographe est importante dans la construction du sens.

Valider des items du B2i en utilisant le correcteur de façon raisonnée

Cette réflexion correspond à l’une des compétences du B2i : domaine 2 "Adopter une attitude responsable"

2 4. Je m’interroge sur les résultats des traitements informatiques (calcul, représentation graphique, correcteur...).

Des articles de réflexion

  • A ce sujet, on consultera avec profit le document proposé par la Commission "Français et Informatique" (qui dépend de la Fédération de l’Enseignement Secondaire Catholique Belge) :

http://users.skynet.be/ameurant/francinfo/correcteur/correcteur.html

 

Quelles ressources pour améliorer l’orthographe ?

A ce sujet, on consultera avec profit le document proposé par la Commission "Français et Informatique" (qui dépend de la Fédération de l’Enseignement Secondaire Catholique Belge) :

http://users.skynet.be/ameurant/francinfo/correcteur/correcteur.html

Le correcteur du traitement de texte : l’activer et le désactiver

  • pour activer et désactiver le correcteur de Word avant 2007 : 
    outils/options/grammaire et orthographe/cocher ou décocher la case "vérifier l’orthographe au cours de la frappe".
  • pour activer et désactiver le correcteur de Word 2007 : 
    bouton "office" (en haut à gauche) / options Word (en bas de la fenêtre, à droite)/vérifications/cocher ou décocher la case "vérifier l’orthographe au cours de la frappe".

Des outils - ressources en ligne

Un article de réflexion et de présentation de divers outils de la langue dans le DIE n°61 (mars 2008) :
http://www.cndp.fr/archivage/valid/129042/129042-16259-20867.pdf

Créer des exercices de travail de la langue avec le traitement de texte

Le traitement de texte peut aussi s’avérer un outil permettant de faire des exercices autour de la langue :

  • faire des exercices à trous pour demander aux élèves de compléter : pour la conjugaison, le féminin, le pluriel, ... Un exemple très simple
  • à partir d’un texte proposé par le professeur et comportant des erreurs. On peut travailler ainsi sur les accents, la ponctuation, le pluriel, les accords, les conjugaisons, les homophones. Un exemple sur le passé simple
    Pour cet exercice de correction de fautes, il peut s’avérer difficile pour les élèves de repérer les erreurs :
    • une première étape peut consister à leur surligner en rouge les mots à corriger (voir un exemple) et les élèves mettent leur correction en surligné vert (voir un exemple de copie corrigée).
    • dans un deuxième temps, on cesse de leur donner l’indication des erreurs.
  • utiliser la fonction couper-coller pour faire des déplacements : exercices sur la pronominalisation des GN, distinction complément essentiel/circonstanciel...