Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > Numérique et Lettres > Activités intégrant le numérique > Activité 2nde : Un prix littéraire interclasses

Activité 2nde : Un prix littéraire interclasses

16 / 06 / 2010 | le GREID Lettres

 

par Françoise Cahen , lycée Maximilien Perret, Alfortville

Niveau :
Seconde, en associant éventuellement quelques classes de Troisième des collèges environnants.
 
Objectifs :

Créer un support de travail commun qui facilite le lien entre les classes et enrichisse la qualité du débat dans le cadre d’un prix littéraire, stimuler l’écriture de critiques par les élèves.

 
Durée : 7 ou 8 semaines
 
Supports :
5 livres de poche parus dans l’année, choisis par les professeurs de Lettres et l’enseignant documentaliste, mais aussi par un comité de lecture composé d’élèves volontaires de Première et de Terminale, ayant participé au prix les années précédentes.
Pour cette année scolaire 2009-2010, les livres choisis sont No et moi de Delphine de Vigan, Dieu est un pote à moi de Cyril Massaroto, Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel, Le syndrome Godzilla de Fabrice Colin, et Les gens du Balto de Faïza Guène.
 
Outils TICE :
le site du prix Alfort, avec ses blogs intégrés (un blog par titre de livre). Salle informatique disposant d’une connexion internet.
 
Apport spécifique des TICE :
- Facilite le travail interclasses
- Médiatise le prix auprès de tous (élèves, parents, enseignants, écrivains…)
- Atténue l’aspect scolaire de la démarche pour accentuer le naturel des débats et de l’argumentation sur les livres.
 

 

 

Mise en oeuvre

Contexte

Ce travail sur le prix littéraire est intégré dans une séquence consacrée à l’objet d’étude « écrire, publier, lire » qui se situe au retour des vacances de février.

Depuis 10 ans, nous animons un prix littéraire, le « prix Alfort », dans le cadre de l’objet d’étude « lire, écrire, publier aujourd’hui », mais aussi pour approfondir l’étude de l’éloge et du blâme, à travers l’écriture de critiques. Il concerne toutes les classes de Seconde du lycée, et donc toutes les enseignantes de l’équipe de lettres y sont investies. Le professeur documentaliste, Michèle Cartelot, est la cheville ouvrière du site internet, le coordonateur du projet. Chaque professeur intègre le prix littéraire dans sa progression annuelle, en l’articulant sur une ou plusieurs séquences.

Démarches et activités

• Répartition des 5 livres sélectionnés et distribution du calendrier de lecture, dans toutes les classes (juste avant les vacances de février).
• Intervention du professeur documentaliste dans les classes, écriture des critiques par les élèves sur le site, au fil des semaines.
• Travaux en classe : étude de critiques littéraires, élaboration d’une grille d’évaluation pour leurs propres critiques, études d’éloges et de blâmes, groupement de textes thématiques sur les œuvres en lice
• Ecriture de lettres d’invitation des auteurs pour des rencontres avec les lycéens.
• Election dans chaque classe du livre préféré des élèves, puis dans le cadre du jury interclasses, élection du prix Alfort (généralement au retour des vacances de Pâques).

Déroulement de l’activité

• Les élèves de toutes les classes de Seconde doivent acheter un des cinq livres sélectionnés pour le prix littéraire. Les professeurs veillent à une bonne répartition des cinq titres au sein de leur classe. Ensuite, les élèves s’échangent les livres avec l’objectif de tous les lire : les titres sont donnés avant les vacances de février et les lycéens doivent avoir lu les cinq livres après les vacances de Pâques. Au CDI, sont achetées également des séries de ces cinq romans afin d’augmenter la souplesse des échanges.

• Le professeur-documentaliste intervient dans les classes, en prenant les élèves par demi-groupe dans la salle informatique pour leur montrer comment utiliser le site internet et y déposer leurs critiques des livres. Les professeurs de Lettres utilisent eux aussi le site durant toute la période du prix avec leurs classes. Les élèves doivent écrire une critique sur chacun des cinq livres. Ils peuvent également écrire les critiques depuis leur domicile. Le procédé est très simple, il s’agit d’ajouter un commentaire sur le site, en s’identifiant par son prénom et sa classe. Le professeur documentaliste donne une note à chaque élève pour l’ensemble de ses critiques sur le site. Cette année, le site a collecté plus de 600 critiques des élèves sur les différents livres.

Un exemple de critique faite par une élève :

texte d'élève

• Les professeurs, au sein de chaque classe, sont libres d’organiser leurs séquences de travail comme ils le souhaitent durant cette période. Souvent, ils étudient des critiques littéraires, élogieuses ou non, pour construire avec les élèves leur propre grille d’évaluation des critiques que les élèves vont élaborer. (voir pièce jointe en fin d’article) Une séquence sur les incipit des différents ouvrages ou sur un thème commun aux différents livres est également souvent choisie. Cette année, le thème de l’exclusion apparaît par exemple de façon frappante dans la quasi-totalité des ouvrages en lice : il a donné lieu à un travail de synthèse dans différentes classes… (voir pièce jointe en fin d’article) Certaines classes s’affrontent, deux à deux : les élèves élaborent des tests de lecture qu’ils soumettent à leurs camarades d’une autre Seconde.

• Les élèves écrivent chaque année des lettres d’invitation destinées aux écrivains, qui peuvent, s’ils le souhaitent, rencontrer les élèves au lycée. Ils donnent aux écrivains les références du site, pour qu’ils puissent consulter les critiques des élèves. Nous avons ainsi rencontré au lycée des auteurs assez prestigieux, comme Annie Saumont, Alain Monnier, Leïla Sebbar, Serge Joncour, Jean-Bernard Pouy, Xavier-Laurent Petit, Yun Sun Limet, etc…

• Les élèves volontaires réalisent des illustrations qui figurent ensuite sur le site.

• Des débats se déroulent régulièrement dans les classes au sujet des différents livres et un premier vote a lieu en fin de période pour qu’au sein de chaque classe les élèves déterminent quel roman ils ont préféré. Ensuite, deux délégués spéciaux sont élus pour représenter et défendre l’avis de la classe dans le jury interclasses qui se réunit ultérieurement au CDI.

Analyse et commentaires

- Le site, depuis qu’il a été créé, « donne corps » à ce projet qui concerne chaque année environ deux cents élèves. Il permet aux lycéens des différentes classes de dialoguer entre eux, de débattre avec naturel, par delà la barrière des classes. Il atténue l’aspect purement scolaire de l’argumentation littéraire, qui, dans le cadre du prix, devient spontanément passionnée à travers leurs échanges.

- Le site a permis d’élargir les débats liés au prix. Les parents, les enseignants des autres matières, les élèves des autres niveaux peuvent aussi y déposer des critiques.

- Les auteurs eux-mêmes consultent le site du prix : ainsi, Ludovic Roubaudi, l’an passé, a eu envie de venir au lycée rencontrer les élèves, uniquement parce que la réaction, très négative, de l’un d’eux, à propos de son roman, l’avait beaucoup ému. Il y a deux ans, le site a donné envie à Jessica Nelson de venir au lycée également : nous ignorions que cette jeune romancière était assistante de Patrick Poivre d’Arvor pour son émission « Vol de Nuit » et une équipe d’élèves s’est ainsi retrouvée invitée sur le plateau du dernier numéro de cette émission pour parler du prix Alfort. Depuis, nous sommes régulièrement invités par Michel Field, sur le plateau d’ « Au Field de la nuit » pour critiquer les livres, les pièces ou les films des invités. Deux numéros de l’émission ont même été enregistrés au lycée ! (laissez passer les 30 secondes de publicités qui ouvrent la retransmission)

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

 

Cette petite aventure du prix Alfort, née d’une idée entre quelques enseignants il y a dix ans, a donc connu d’importants développements…

Un site internet est finalement un facteur de médiatisation très simple et très efficace.


 

 

Fil twitter de @DANECreteil

0 | 5 | 10 | 15