13 jui. 2011

Utiliser les outils formes du TNI pour lire l’image

Le TNI propose de nombreux outils qui peuvent aider à mener une séance de lecture d’image, comme les outils "formes". Voici un exemple de séance menée en classe de 4e, en deux heures.

Contextualisation

A la fin d’une séquence sur la nouvelle réaliste ayant pour support Aux Champs de Guy de Maupassant, on propose aux élèves une séance de lecture comparative texte / image prenant pour point de départ cette question :
Le tableau La Becquée de Jean-François Millet pourrait-il être une illustration de l’incipit d’Aux Champs ?

 

Activités

En découvrant l’œuvre (une reproduction du tableau est projetée sur le TNI), les élèves répondent d’emblée par l’affirmative car ils observent qu’il s’agit de la représentation d’une famille paysanne, ce que décrit le début d’Aux Champs.
Afin de vérifier cette hypothèse, on propose de mener une lecture d’image plus détaillée, en se servant des outils du TNI.


1ère étape

Avec le stylet, un élève vient encadrer les éléments communs aux deux œuvres : des enfants et leur mère, une maison de paysans, un laboureur.
Cette activité permet de faire apparaître et de repérer les 3 plans principaux du tableau.

 

2e étape

Le professeur propose ensuite de choisir la forme géométrique qui conviendrait le mieux pour mettre en valeur le personnage féminin situé au 1er plan. Sur un détail du tableau, un élève choisit de tracer un cercle.
On se demande alors si cette figure se répète et les élèves recherchent d’autres motifs de cercles ou demi-cercles : le panier, l’arc de cercle entre les pieds du tabouret, les visages joufflus et les mains potelées des enfants, les sabots aux bouts arrondis, etc.

On interroge la classe sur la symbolique de cette forme. On observe les gestes des personnages : les enfants qui se donnent la main, la petite fille qui tient sa poupée, la mère qui nourrit.
On conclut qu’il se dégage de ce premier plan une image de douceur, de bonheur, un sentiment de plénitude, mis en valeur par la répétition des lignes courbes. L’étude des couleurs complète cette analyse.

 

3e étape

Enfin, un élève vient tracer les lignes principales de la composition du tableau. Guidée par le professeur, la classe propose oralement des interprétations à ces lignes directrices.
Les lignes horizontales soulignent la perspective qui mène au paysan en train de bêcher. Elles dirigent le regard vers le 3e plan et le conduisent à ce personnage en plein labeur, qui est ainsi mis en valeur alors qu’il est à l’arrière-plan, sur le côté, difficilement repérable au premier coup d’oeil.
Les lignes verticales suivent essentiellement des éléments de la maison de pierre. Elles l’inscrivent dans le sol, l’ancrent dans la terre, donnant une impression de grandeur et de solidité.
 

4e étape

A chaque étape précédente, le professeur a veillé à rappeler la question de départ. Les élèves, qui se souviennent bien de l’ambiance décrite dans l’incipit du texte de Maupassant, soulignent les différences entre les deux représentations du monde paysan.

Afin de faire une comparaison plus précise, on propose un retour au texte étudié en début de séquence. Grâce à la fonction mémoire du TNI, on affiche ce qui avait été mis en valeur avec l’outil surligneur lors de la lecture de l’incipit d’Aux Champs :

  • les termes ou expressions illustrant la pauvreté et les difficultés de la condition paysanne
  • les termes désignant les enfants
  • les expressions comparant les enfants à des animaux

 


 

Pour compléter l’analyse d’image, la notice de l’œuvre proposée par le Palais des Beaux-Arts de Lille où est exposée l’œuvre est également exploitée car on y trouve une citation de Millet.
On utilise le même code couleur que celui utilisé pour le texte de Maupassant, afin de mettre en valeur les intentions du peintre :

 

La lecture comparative, au cours de laquelle on commente les connotations des expressions surlignées, peut alors être récapitulée dans un tableau grâce aux fonctions copier / coller.

 

5e étape

Afin de garder une trace écrite, on rédige collectivement une réponse développée à la question qui servait de point de départ à la lecture comparative (le tableau La Becquée de Jean-François Millet pourrait-il être une illustration de l’incipit d’Aux Champs ?).
Après avoir rappelé les points communs, le texte rédigé met en valeur les visions différentes du monde paysan dans ces deux œuvres réalistes du XIXe siècle.
On conclura en montrant que la visée des artistes n’est pas la même :

- Maupassant ouvre son récit par une description négative du monde paysan, ce qui lui permettra dans la suite de l’œuvre d’expliquer la réaction du fils qui reproche à ses parents de ne pas l’avoir vendu au couple qui recherchait un enfant.

- Millet a une toute autre intention : mettre en valeur le monde paysan à une époque de grande migration rurale vers les villes. Les conditions de vie sont très difficiles, comme dans le texte de Maupassant, mais une image de dignité s’en dégage. Pour finir, on pourra montrer d’autres œuvres de Jean-François Millet, souvent plus sombres, comme le célèbre Des Glaneuses, sur le site du Musée d’Orsay, grâce à l’accès à internet.



Pour travailler sur une image avec un TNI :

- Verrouiller l’image après l’avoir intégrée, de manière à l’empêcher d’être déplacée pendant le travail d’analyse.

- Créer des pages dupliquées de la page contenant l’image afin de garder les différentes étapes de l’analyse au fur et à mesure de la séance.


Les apports du TNI :

- L’image est présentée en grand format, on peut en sélectionner des détails

- Les outils formes mettent en valeur les choix de composition de l’œuvre

- La fonction mémoire permet un retour à des séances précédentes

- L’accès à internet permet d’exploiter des supports variés