Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > Lycées > Lycée d’enseignement général et technologique > Ressources > Seconde > Médée est-elle un personnage condamnable ? : une « twissertation (...)

Médée est-elle un personnage condamnable ? : une « twissertation »

13 / 03 / 2012 | F. Cahen

 par Françoise Cahen, lycée Maximilien Perret

Niveau(x) : Seconde

Durée : 2 ou 3 heures

Objectifs :

 - Prise de conscience de la construction nécessaire d’une dissertation en différentes étapes successives

- Apprentissage de la formulation de paragraphes argumentatifs

- Désacralisation de la dissertation par son rapprochement avec un devoir d’invention

Contexte :

-Evaluation finale dans le cadre d’une séquence sur Médée

-Les élèves doivent déjà avoir été entraînés à la méthode de la
dissertation, et vont prendre conscience des différentes étapes à
respecter. L’activité s’inscrit au moment où ils éprouvent des
difficultés à mettre en pratique les conseils de méthode, malgré des
exercices traditionnels.

-Le sujet proposé aux élèves a déjà été travaillé, la question du
plan doit avoir été résolue. C’est un sujet qui a fait l’objet d’un
devoir d’invention, préalablement corrigé, qu’on demande de transposer
sous forme de dissertation.

 Supports :

-un groupement de textes et d’images sur le personnage de Médée

 Outils TICE : -le réseau social « Twitter »

Démarches et activités :

  • La correction d’un devoir d’invention en fin de séquence
  • Transposition de ce devoir d’invention sous la forme d’un sujet de dissertation 
  • Un compte « Twitter » est créé pour la classe : mise en place d’un concours pour fabriquer un plan de « twissertation ».

 Apport spécifique des TICE :

-La nécessité sur Twitter de trouver une
formule en 160 caractères au maximum oblige les élèves à réfléchir à la
formulation de leurs phrases.

  • Le fait de lire ce que les autres écrivent, grâce au réseau social, favorise l’émulation
  • La forme courte du tweet les aide paradoxalement à développer et à aller vers la forme longue, car, par exemple, on les contraint à écrire 4 tweets pour un seul argument de la dissertation.
  • Le support original de cette activité « dépoussière » la dissertation.


 Détail de la séquence

-L’évaluation finale de la séquence sur Médée consistait en un devoir d’invention en deux étapes :

  1. Lors du procès (imaginaire) de Médée, inventez le réquisitoire que le procureur pourrait prononcer contre elle. Vous devrez développer au moins trois arguments différents, dans trois paragraphes distincts, en rappelant des épisodes précis de son histoire. (10 points)

 

  1. Lors du procès de Médée, imaginez le plaidoyer que son avocat pourrait prononcer pour sa défense. Développez également au moins trois arguments, dans différents paragraphes. Vous vous appuierez également sur des faits précis. (10 points)

 

 

Plaidoyer :

3 arguments différents, progressifs

/3

Exemples précis pour chaque argument, connaissances /3

Ton convaincant style /2

Orthographe, syntaxe, vocabulaire /2

 

 

 

 

 

 

Réquisitoire :

3 arguments différents, progressifs

/3

Exemples précis pour chaque argument, connaissances /3

Ton convaincant, style

/2

Orthographe, syntaxe, vocabulaire /2

 

 

 

 

 

 

- Lors de la correction du devoir, une reprise de leurs copies est proposée, avec des exemples photocopiés de bons paragraphes, et d’autres moins bons, mais aussi un corrigé-type, rédigé par le professeur. Les élèves ont pour consigne, après la lecture de celui-ci, d’en retrouver le plan sous-jacent.

 

  • La séance suivante, la « twissertation », annoncée de longue date à la classe, se déroule en salle informatique. Les élèves forment des groupes de trois par ordinateur. Chaque groupe est identifié par une lettre majuscule.
  • Le sujet donné est « Est-ce que Médée est un personnage condamnable ? » Pour le traiter, il faut reprendre le plan utilisé dans le corrigé du devoir d’invention, et le transformer en plan de dissertation. Les élèves doivent ainsi comprendre comprendre qu’un devoir d’invention s’appuie sur une argumentation construite, et que c’est bien cela qui fonde aussi la dissertation. Chaque élève du groupe est identifié par une lettre minuscule, a, b ou c et doit composer un tweet, à tour de rôle. Si un élève du groupe a du mal à formuler un tweet, les deux autres peuvent l’aider, mais ils ne doivent pas faire le travail à sa place. On surveille l’alternance réelle des élèves devant l’ordinateur.

Un tableau avec les consignes pour les 36 tweets est distribué. Il a été en partie réalisé par les élèves lors d’une des séances de préparation à la méthode de la dissertation. En suivant les pages d’un manuel qui expliquait la méthode de la dissertation, les élèves ont déterminé combien de tweets seraient nécessaires pour une introduction, et quels seraient leurs objets, combien pour un argument, etc. Notre propre méthode de la dissertation sous forme de tweets a ainsi été dégagée.

 

1

Introduction. Elève a

Entrée en matière générale, présentation de Médée

2

Introduction. Elève b

Reprise du sujet

3

Introduction. Elève c

Explication/reformulation du sujet

4

Introduction. Elève a

Annonce du plan

5

Début première partie Elève b

Rappel du thème de la première partie

6

Premier argument. Elève c

Première idée exposée

7

1er ex Elève a

Un ex pour illustrer le 1er argument

8

1er ex Elève b

Explication/développement de l’exemple

9

1er arg. Elève c

Bilan du 1er argument

10

2ème arg Elève a

2ème idée exposée

11

2ème ex Elève b

Un ex pour illustrer le 2ème argument

12

2ème ex Elève c

Explication/développement de l’exemple

13

2ème arg Elève a

Bilan du 2ème argument

14

3ème arg Elève b

3ème idée exposée

15

3ème ex Elève c

Un ex pour illustrer le 3ème argument

16

3ème ex Elève a

Explication/développement de l’exemple

17

3ème arg Elève b

Bilan du 3ème argument

18

Bilan de la première partie

El.c

Rappel des chefs d’accusation de la première partie

19

Transition Elève a

Phrase qui fait le lien avec la partie suivante

20

Début de la deuxième partie Elève b

Phrase de présentation de la 2ème partie : rappel de son thème général

21

Premier argument. Elève c

Première idée exposée

22

1er ex Elève a

Un ex pour illustrer le 1er argument

23

1er ex Elève b

Explication/développement de l’exemple

24

1er arg. Elève c

Bilan du 1er argument

25

2ème arg Elève a

2ème idée exposée

26

2ème ex Elève b

Un ex pour illustrer le 2ème argument

27

2ème ex Elève c

Explication/développement de l’exemple

28

2ème arg Elève a

Bilan du 2ème argument

29

3ème arg Elève b

3ème idée exposée

30

3ème ex Elève c

Un ex pour illustrer le 3ème argument

31

3ème ex Elève a

Explication/développement de l’exemple

32

3ème arg Elève b

Bilan du 3ème argument

33

Bilan de la deuxième partie. El.c

Rappel des « circonstances atténuantes » de la 2ème partie

34

Conclusion : Bilan. Elève a

Rappeler le thème des deux parties développées

35

Réponse synthétique au sujet. Elève b.

Phrase synthétique qui répond à la problématique

36

Ouverture. Elève c

Comparaison avec d’autres personnages, question plus générale soulevée… etc…

 

Les élèves doivent écrire au début de chaque tweet la lettre identifiant leur groupe : A/B/C/D

Ensuite, ils doivent écrire le numéro du tweet dans la twissertation. (A1, pour l’entrée en matière de l’introduction écrite par le premier groupe, etc)

Chaque paragraphe argumentatif donne lieu à 4 tweets : un pour exposer l’idée principale, deux pour développer un ou deux exemples, un autre pour faire un bilan de l’argument.

JPEG - 340.1 ko
Une image du compte twitter des élèves

Puis, le professeur attribue des points aux trois meilleurs groupes pour chaque tweet : 3 points au meilleur, 2 points au second, 1 au troisième. On prend en compte la pertinence des propos par rapport au plan choisi, l’élégance de la formulation, et l’orthographe. A la fin, avec un traitement de texte, nous remettons dans l’ordre les tweets pour relire les dissertations dans leur ensemble.

Il est intéressant de constater que le résultat final ne donne étrangement aucune impression de morcellement, comme on pouvait le craindre. L’autre avantage de l’exercice est l’aboutissement à un travail très équilibré : chaque paragraphe argumentatif est d’une longueur assez équivalente. D’habitude, on observe en effet de grands déséquilibres dans leurs dissertations, notamment avec un deuxième axe de développement beaucoup plus court que le premier. Ce n’est pas le cas ici, à cause du « calibrage » prévu par les tweets.

La twissertation la plus réussie (celle du groupe C) donne un résultat, vraiment très satisfaisant pour un devoir de seconde. (Voir pièce jointe). Il est ensuite proposé comme modèle à l’ensemble de la classe.

Bilan

Nous pouvons imaginer de nombreuses variantes à cette activité de la « twissertation », notamment avec des exercices plus ciblés, sur l’introduction, la conclusion ou bien encore un paragraphe argumentatif. L’ensemble de la dissertation, à rédiger en 36 étapes, peut en effet donner l’impression à certains élèves, parmi les plus faibles, d’un exercice interminable, et c’est son inconvénient. Le même genre d’exercice peut aussi se pratiquer sur un commentaire littéraire ou une partie de celui-ci. On peut ne créer qu’un seul compte Twitter pour la classe (au risque qu’il se bloque parfois si trop d’élèves écrivent en même temps) ou bien plusieurs, un par groupe de travail par exemple, et les faire se suivre entre eux. Beaucoup d’exercices nouveaux sont à inventer, notamment pour rechercher des arguments, faire des petits concours de formulation sur un point précis. On peut imaginer qu’après cet exercice, l’ensemble des élèves gardera un souvenir assez vif de la structure d’une dissertation : en tout cas, nous l’espérons !

 

Par rapport à un travail plus classique d’écriture collaborative en wiki, la limitation du nombre de caractères permet une réflexion accrue sur la formulation des phrases. J’ai notamment remarqué que c’était très profitable aux élèves qui, d’ordinaire, sont accoutumés aux « phrases fleuves » déstructurées et sans ponctuation. Elle permet, en imposant le nombre de tweets, de favoriser paradoxalement le développement du devoir, alors même que c’est une difficulté difficile à surmonter en classe de seconde. Ils comprennent ainsi que la construction d’un devoir de ce type est une accumulation d’étapes précises.

Bien sûr, cet exercice restera ponctuel dans l’année, la prochaine dissertation de la classe se fera sous une forme traditionnelle pour tester la réelle efficacité de cet entraînement préalable.

Par ailleurs, j’ai apprécié le fait de transposer, dans mon scénario pédagogique, une écriture d’invention en dissertation. En effet, l’écriture d’invention est un exercice qui fait naturellement moins peur aux élèves. Leur montrer que la dissertation n’en est pas si loin ne peut que les rassurer. En outre, cela leur montre que l’écriture d’invention réussie est elle aussi très structurée. L’image des deux exercices s’en trouve assez transformée, positivement.

Il est à remarquer que le réseau Twitter est moins pollué par la publicité que Facebook et que son usage en classe est moins compliqué, car il n’est pas souvent bloqué par les directions des établissements. Il est moins connu par les élèves, mais d’année en année, il commence à être de plus en plus populaire. Ainsi, mes élèves de terminale de l’an passé ignoraient presque tous l’existence de ce réseau, alors que sa simple évocation dans ma classe de seconde, cette année, a créé un certain enthousiasme, l’outil étant associé à quelque-chose de plutôt amusant et distrayant dans leur quotidien, même si tous ne le pratiquaient pas. Il convient néanmoins de penser à paramétrer le(s) compte(s) de la classe, notamment pour contrôler les personnes qui voudraient le(s) suivre.