23 aoû. 2013

Écrire une nouvelle fantastique à l’aide des Tablettes Numériques

par Adeline Fernandes, collège R. Descartes, Le Blanc-Mesnil

Niveau  : 4e

Objectifs  :

  •  permettre à chaque élève l’appropriation personnelle d’un genre par la réalisation d’une nouvelle fantastique,
  •  rechercher des informations pour mieux appréhender un contexte historique à l’aide d’internet (les nouvelles étudiées en classe font référence à l’Antiquité),

Contexte :

A la suite d’une séquence sur la nouvelle fantastique au XIXe siècle, les élèves doivent écrire leur propre récit sur le modèle des textes lus et analysés en classe. Ce travail d’écriture fait l’objet d’une séquence et permet l’évaluation des compétences acquises sur le genre fantastique.

Supports  :
Les nouvelles étudiées en classe :

  • La vénus d’Ille de P. Mérimée,
  • Le pied de momie de T. Gautier,
  • Arria Marcella de T. Gautier.

Le documentaire Le dernier jour de Pompéi.

Durée  : 8 heures

Démarches et activités :

  •  recherches sur le site du musée du Louvre à l’aide des tablettes numériques
  •  imaginer une histoire à partir de l’œuvre choisie
  •  rédiger le récit


Outils TICE :

  • les tablettes numériques,
  • le traitement de texte,
  • des outils en ligne comme le site du musée du Louvre, Wikipédia, divers sites pour approfondir les recherches des élèves sur l’Antiquité égyptienne et gréco-romaine,
  • des sites pour les aider dans la rédaction de leur récit : le Bréviaire d’orthographe française, le dictionnaire des synonymes, le conjugueur.

Déroulement de la séquence

Préparation à l’écriture

Travail collectif : Les nouvelles précédemment citées sont étudiées en classe entière au cours de la séquence sur l’étude de la nouvelle fantastique au XIXe siècle. Les particularités d’écriture du genre ainsi que les références à l’Antiquité égyptienne et gréco-romaine sont mises en évidence. Ces nouvelles servent ensuite de modèles aux élèves pour la rédaction de leur propre récit fantastique. Pour s’imprégner de l’époque antique et en complément de la nouvelle Arria Marcella, les élèves ont visionné en classe le documentaire Le dernier jour de Pompéi.

Travail individuel : A l’aide des tablettes, les élèves font des recherches sur internet. Sur le site du musée du Louvre (www.louvre.fr) ils choisissent une œuvre dans la rubrique « œuvres et palais » / « antiquités égyptiennes » ou « antiquité grecques, étrusques et romaines ». A partir de cette œuvre, ils imaginent une histoire basée sur des faits authentiques comme dans les nouvelles étudiées en cours. En effet, ils doivent imaginer « la vie » de cette œuvre : à qui elle aurait pu appartenir s’il s’agit d’un objet ou quelle femme aurait pu inspirer les traits d’une statue (époque, lieu, nom ...)

Une visite au Louvre permettrait ensuite aux élèves de visualiser les lieux, ressentir l’atmosphère qui règne dans les différentes salles du musée et de voir en vrai l’œuvre qu’ils ont choisie

Pour faire prendre conscience aux élèves de l’utilité des tablettes numériques lors de ce travail d’écriture, j’ai décidé de varier les supports et activités. En effet, les élèves travaillent en classe avec les tablettes, en salle informatique et sans aucun outil TICE.
Ils donnent leur avis au fur et à mesure de cette expérience sur ces différentes situations de mise en activité sur une fiche individuelle qu’ils complètent à la fin de l’heure ou chez eux. Ils doivent les comparer et mettre en évidence les méthodes qui les aident de façon pertinente dans leur écriture.

Séances
Activités
Supports
Cours1 - 2hEn classe avec les tablettes.
- Découverte du sujet de rédaction.
Une fiche d’aide est distribuée et expliquée aux élèves (en annexe). Elle leur permet de noter les résultats de leurs recherches pour les aider dans leur écriture.
- Recherche sur le site du musée du Louvre d’une œuvre antique qui sera le point de départ de l’aventure fantastique. Les élèves prennent des notes sur la fiche-aide.
- Certains élèves commencent déjà à noter des idées pour leur récit dans un document Word à l’aide du traitement de texte sur les tablettes. Ils enregistrent ensuite leur travail sur le site « agora »
- fiche aide (papier)
- site du musée de Louvre (tablettes)
- sites divers pour construire l’identité de leur personnage antique (les élèves doivent imaginer un personnage qui aurait pu vivre à cette époque, ils recherchent donc les noms féminins de l’antiquité, les vêtements que l’on portait, etc.)
Cours 2 - 1hEn salle informatique.
- Suite des recherches et prise de notes des premières idées pour les uns sur la fiche-aide ou sur le document Word récupérer sur le site « agora ».
- Rédaction du début du récit fantastique en fichier Word pour les autres. Ils enregistrent ensuite leur travail sur le site « Agora » (cf note infra)
- fiche aide (papier)
- site du musée de Louvre (tablettes)
- sites divers pour construire l’identité de leur personnage antique.
Cours 3 - 1hEn classe, sans outils TICE.
Les élèves poursuivent la rédaction du début de leur nouvelle sur feuille.
- fiche aide (papier)
- le document Word qu’ils ont rédigé lors de la précédente séance imprimé
Cours 4 - 1hEn salle informatique.
Les élèves recopient leur travail sur leur document Word et le complètent (intervention du fantastique).
- fiche aide (papier)
- traitement de texte
- sites d’aide à l’écriture (le conjugueur, le B.O.F, le dictionnaire et dictionnaire des synonymes) qu’ils ont appris à utiliser lors d’un précédent travail d’écriture.
Cours 5 - 1hEn salle informatique.
Suite de la rédaction de la nouvelle
- fiche aide (papier)
- traitement de texte
 - sites d’aide à l’écriture (le conjugueur, le B.O.F, le dictionnaire et dictionnaire des synonymes)
Cours 6 - 2hEn classe avec les tablettes.
Suite et fin de la rédaction de la nouvelle
- fiche aide (papier)
- traitement de texte
 - sites d’aide à l’écriture (le conjugueur, le B.O.F, le dictionnaire et dictionnaire des synonymes)

Note sur l’"Agora" : Pour que les élèves puissent envoyer et récupérer leurs travaux, mon collègue de mathématiques a ouvert un compte « Agora ». Les élèves utilisent le même code que celui du collège pour y accéder. Ils ne peuvent donc pas modifier les devoirs de leurs camarades. Les professeurs qui participent à cette expérimentation peuvent visualiser et modifier les travaux de tous les élèves et envoyer des documents.

Retour des élèves sur l’expérience

1er Bilan (cours 1) : La majorité des élèves a préféré utiliser les tablettes aux ordinateurs. Ils avaient déjà rédigé une nouvelle réaliste lors d’une précédente séquence en salle informatique, ce qui leur a permis cette comparaison. Les raisons qui reviennent principalement :
- utilisation plus facile et plus agréable grâce à l’écran tactile
- ils préfèrent rester dans la salle de français plutôt que d’aller en salle informatique. C’est l’argument que je reprends en tant que professeur. Il est beaucoup plus facile de gérer le travail des élèves dans sa salle de cours. De plus, on ne perd plus de temps à se déplacer en salle informatique, allumer les ordinateurs...
- ils apprécient le fait d’utiliser un nouveau support (« ça change de l’ordinateur »)
- ils ont plus facilement partagé leurs idées en salle de français
- ils ont eu plus de facilités à se concentrer
Seuls 2 élèves ont préféré la séance en salle informatique car ils ont trouvé que c’était plus pratique. Toutefois, ils ont préféré être dans la salle de français lors de l’utilisation des tablettes.

2e bilan (séance 3) : Cette séance a mis en évidence l’efficacité des TICE dans la mise en écriture des élèves en difficulté. En effet, si tous les élèves ont écrit lors des précédentes séances, ça n’a pas été le cas pour celle-ci. Parmi d’autres facteurs, les problèmes de graphie, les ratures, entravent voire bloquent l’écriture chez certains. 

Bilan de l’expérimentation

Les élèves ont éprouvé des difficultés à travailler en autonomie : l’exercice demandé était-il trop ambitieux ? N’ont-ils pas l’habitude de travailler ainsi ? Bien qu’ils passent beaucoup de temps sur leur ordinateur personnel, ils ne maîtrisent pas vraiment cet outil. En effet, ils demandent l’intervention du professeur dès qu’ils se trouvent confrontés à un léger souci (ouverture d’un dossier, navigation sur internet, téléchargements,...).
Seule l’écriture à l’aide du traitement de texte semble vraiment maîtrisée.
Lors des séances de travail avec les tablettes s’est posé également le problème du stockage et de la récupération des documents des élèves. Le compte internet créé spécialement pour la gestion des documents élèves est très utile lorsque les élèves sont chez eux mais il ne fonctionne pas bien en classe. En effet, lorsqu’à la fin de l’heure ils souhaitent enregistrer tous en même temps leur récit, le serveur est dépassé par toutes les demandes et ne s’ouvre plus. Le moyen le plus efficace pour enregistrer leur rédaction et pouvoir la continuer à la maison ou en salle informatique au collège m’a semblé être la clé USB. Cependant, tous les élèves n’en avaient pas personnellement et il a fallu s’arranger entre nous.
Il me semble aussi très important que les élèves soient formés avant de vraiment travailler avec les tablettes. En effet, ils doivent tout d’abord apprendre à les manipuler pour ensuite vraiment s’en servir comme un outil pédagogique. Cet apprentissage a pris du temps et seules les séances de 2 heures étaient donc réellement productives.
Quoi qu’il en soit, bien maîtrisées, les tablettes sont des outils de travail très pertinents pour les élèves. Cela peut, sans aucun doute, améliorer leur autonomie et leur permettre d’acquérir de nombreuses compétences du socle.

Annexe

Word - 53 ko
Fiche distribuée aux élèves