Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > Lycées > Archives > Au bonheur des dames - Texte 2 (séance 4)

Au bonheur des dames - Texte 2 (séance 4)

20 / 06 / 2007 | le GREID Lettres

Retour à la séquence

Objectif : préparation au commentaire composé

Texte N°2 (chapitre V) :

D’abord, elle eut à surmonter les terribles fatigues du rayon. Les paquets de vêtements lui cassaient les bras, au point que, pendant les six premières semaines, elle criait la nuit en se retournant, courbaturée, les épaules meurtries. Mais elle souffrit plus encore de ses souliers, de gros souliers apportés de Valognes, et que le manque d’argent l’empêchait de remplacer par des bottines légères. Toujours debout, piétinant du matin au soir, grondée si on la voyait s’appuyer une minute contre la boiserie, elle avait les pieds enflés, des petits pieds de fillette qui semblaient broyés dans des brodequins de torture ; les talons battaient de fièvre, la plante s’était couverte d’ampoules, dont la peau arrachée se collait à ses bas. Puis elle éprouvait un délabrement du corps entier, les membres et les organes tirés par cette lassitude des jambes, de brusques troubles dans son sexe de femme, que trahissaient les pâles couleurs de sa chair. Et elle, si mince, l’air si fragile, résista pendant que d’autres vendeuses devaient quitter les nouveautés, atteintes de maladies spéciales. Sa bonne grâce à souffrir, l’entêtement de sa vaillance la maintenait souriante et droite, lorsqu’elle défaillait, à bout de force, épuisée par un travail auquel des hommes auraient succombé.
..... Ensuite, son tourment fut d’avoir le rayon contre elle. Au martyre physique s’ajoutait la sourde persécution de ses camarades. Après deux mois de patience et de douceur, elle ne les avait pas encore désarmées. C’étaient des mots blessants, des inventions cruelles, une mise à l’écart qui la frappait au cour, dans son besoin de tendresse.

 

Vers le commentaire composé

Correction du travail demandé aux élèves

- Analyse du champ lexical dominant : la souffrance (rappel méthodologique si nécessaire : observations à faire à partir du relevé )
souffrance physique / morale / intensité

- Les oppositions :
opposition entre le mal qu’elle subit et son attitude / accumulations

- Le pathétique = qui émeut fortement = Zola cherche à apitoyer le lecteur sur le sort de Denise et au-delà sur le sort de toutes les vendeuses (marques de la généralisation)

- Les fonctions du texte = description / argumentation => axes

 

Elaboration d’un plan détaillé

Introduction

- Présenter le texte :
Le texte que nous allons étudier est un extrait du Bonheur des Dames, roman de Zola publié en 1883

- Situer le texte :
Denise, pour ne plus être à la charge de son oncle vient d’entrer comme vendeuse au Bonheur des Dames, un grand magasin qui la fascine mais qui tue autour de lui tout le petit commerce.

- Présenter le thème du texte :
Le texte montre, à travers l’expérience de Denise, toutes les souffrances auxquelles sont soumises les vendeuses débutantes de ce grand magasin.

- Annoncer le plan :
Ce texte a une fonction descriptive (documentaire) que nous analyserons dans une première partie : il est le tableau des misères des vendeuses. Mais il a, on le verra dans une seconde partie, une portée argumentative : il met en relief la violence des rapports de force au sein du magasin.

 

Faire un plan

Au début de chaque partie, il est impératif de rappeler l’axe de lecture annoncer dans l’introduction

Ce texte a une valeur descriptive : il est le tableau de toutes les misères qui accablent les jeunes vendeuses du nouveau commerce.

Mais Zola ne se contente pas de faire voir la souffrance des vendeuses : il en dénonce la cruauté.

La rédaction du commentaire sera donnée à rédiger - tout ou partie selon l’avancement des apprentissages méthodologiques - assortie d’une fiche présentant ou rappelant l’organisation générale du commentaire et les "ingrédients" de chaque partie.

1 - Ce texte a une valeur documentaire : il est le tableau de toutes les misères qui accablent les jeunes vendeuses du nouveau commerce.

- Physique

Poids des paquets
Position debout
Maladies spéciales

- Morale

Persécution des camarades
Mise à l’écart
Forme des persécutions : sourdes / durée

- Intensité des souffrances

Accumulations
Adverbes : "terribles / plus encore"
Violence des mots "cassaient / criait / broyés / arrachée"

2 - Mais Zola ne se contente pas de faire voir la souffrance des vendeuses : il en dénonce la cruauté.

- Opposition : accumulation de souffrances physiques # être fragile : "fillette / pales couleurs / si mince, si fragile" # "torture / broyés "

- Opposition : accumulation de brimades morales # une fille héroïque : " sa vaillance / souriante / patience / tendresse"

- Fonction de ces oppositions : émouvoir et amener le lecteur à juger l’organisation du magasin = dénoncer la cruauté des conditions de vie = invitation à réfléchir : poids inévitable ? Position debout obligatoire ? Pourquoi persécutions => remèdes ?

 

Conclusion

- Faire la synthèse du développement :
Ce texte pathétique est donc un texte capital parce que révélateur de style de Zola : émouvoir le lecteur pour l’amener à partager les souffrances de Denise mais aussi à travers elle à s’interroger sur la cruauté injuste des conditions de travail des plus humbles.

- Faire une "ouverture" :
A cet égard Zola est pleinement de son temps : la seconde moitié du XIXème siècle découvre avec le développement de l’industrie et du nouveau commerce le triste sort des travailleurs. C’est la naissance du socialisme qui trouve dans ce texte une émouvante expression.

Retour à la séquence