12 nov. 2015

Argumenter autour de la page 111


par Thomas Guyard, professeur au Lycée Léonard de Vinci de Melun


Niveaux  : Seconde, Première


Durée  : 2 ou 3 heures


Objectifs  :
- Faire émerger le sujet lecteur.
- Argumenter à l’oral : convaincre, persuader, délibérer
- S’entraîner à la prise de parole dans un cadre établi : lire un extrait en public


Supports  :
Une large sélection de romans (de plus de 111 pages),
la plus variée possible, choisie avec les documentalistes de l’établissement.


Outils numériques :
- Dictaphone numérique
- Audacity


Démarches et activités :
- Choix d’une oeuvre
- Enregistrement d’une “émission radio” avec :
- Lecture expressive
- Plaidoyer
- Délibération


Apport spécifique des TICE :
Exigence de clarté et d’efficacité liée à l’enregistrement du propos : respect du temps imparti, clarté du propos, qualité de la lecture, pertinence des arguments…


Détail de la séquence


Ce travail est inspiré de l’émission de Richard Gaitet (que je tiens à remercier) sur radio Nova.
Il s’agit d’enregistrer une émission de radio : un groupe de dix élèves - qui forme un jury littéraire - est donc constitué et convoqué sur un temps spécifique (nous avons profité de la journée porte ouverte du lycée, mais ce travail peut sans doute être mené en accompagnement personnalisé).
Une trentaine de romans (de plus de 111 pages) est proposée à ce groupe. Chaque élève doit choisir un livre. La sélection peut comporter aussi bien des classiques (Le Lys dans la vallée, Germinal, Voyage au bout de la nuit…), de la littérature jeunesse (Lian Hearn, Le Clan des Otori, Florence Cadier, Je ne t’oublierai jamais...), des contemporains, de la littérature étrangère, le coup de coeur du professeur documentaliste, des récits plus originaux… (Schmitt, Ulysse from Bagdad, Zafon, L’Ombre du vent, Pennac, Chagrin d’école, Druon, Les Rois maudits…). Le choix de l’édition entre naturellement en compte, puisque d’une édition à l’autre, la page 111 n’est pas la même ! L’idée principale reste évidemment de choisir des livres susceptibles de déclencher la lecture.


Le professeur explique alors que, arbitrairement, les élèves ne devront s’intéresser qu’à la page 111. Ils ne devront rien lire d’autre et même ignorer volontairement tout ce qu’ils savent ou ce qu’ils auraient pu découvrir en dehors de cette page.
Chaque élève doit alors préparer la lecture expressive de cet extrait (Les élèves ne doivent pas lire l’éventuel début de phrase p.110 ou la fin de la phrase p.112.). L’émission de radio (en direct ou enregistrée) peut alors débuter.

Première partie : les lectures


Le professeur annonce le concours qui va suivre : les élèves vont remettre le prix de la meilleure page 111 de l’année.
A tour de rôle, les élèves présentent succinctement l’oeuvre : auteur et titre, et lisent leur extrait.

Deuxième partie : premier débat sur la sélection des critères d’une bonne page 111


Le professeur invite chacun à s’interroger : “qu’est-ce qu’une bonne page 111 ?” en soulignant éventuellement l’aspect arbitraire voire farfelu de l’exercice, il amène les élèves à définir les critères qui leur permettront d’apprécier la meilleure page 111 (une tonalité, un style, l’évasion immédiat dans un autre monde, l’attachement immédiat à un personnage dont on veut connaître l’histoire, au contraire l’imperméabilité de l’extrait...)
Les élèves doivent pouvoir réaliser que ces critères sont libres, très nombreux, et que chacun peut chercher ce qu’il veut dans une oeuvre. Dès lors, ce n’est plus tant le choix d’une liste de critères précis qui importe que la prise de conscience affinée de ses propres goûts…

Troisième partie : Plaidoyers


Les critères du jury sont donc connus (nous avons par exemple débattu autour de la vitesse d’entrée dans la fiction, l’intensité du dépaysement, la curiosité d’un personnage, la surprise linguistique etc.) mais ils sont laissés volontairement assez vagues pour laisser la place à un exercice de rhétorique. Chaque élève doit à présent défendre sa page 111 et expliquer au public ses qualités.

Quatrième partie : Délibération


Le professeur anime les débats et demande à chaque élève de voter pour sa page 111 préférée en dehors de la sienne pour laquelle il ne pourra pas voter. Le prix est alors attribué et une nouvelle lecture de l’extrait gagnant est faite. En collaboration avec le professeur documentaliste, les élèves pourront repartir avec l’oeuvre de leur choix.

Bilan


Cet exercice permet de donner un temps de parole important à chaque élève, et pas uniquement aux élèves les plus enclins à prendre la parole en cours. Un élève qui n’est pas lecteur peut non seulement s’investir dans cette activité orale, mais aussi découvrir un intérêt nouveau pour la lecture et s’en emparer. Aussi, le choix d’oeuvres “jeunesse” ou que l’on sait particulièrement appréciées des lecteurs peu aguerris doit trouver une large place dans la sélection. Les élèves déjà lecteurs vont également pouvoir tirer profit de l’activité en affinant leur goût.
Dans la perspective des épreuves orales du baccalauréat, le travail sur la lecture orale de l’extrait est particulièrement profitable car les élèves ont l’occasion de percevoir l’importance de la qualité et de l’expressivité de leur lecture.
L’enregistrement radiophonique permet à la fois de créer un cadre d’exigences essentielles sur la qualité de l’oral (au début les élèves peuvent être parfois un peu impressionnés ou timides face au micro), et en même temps de libérer la parole dans la mesure où le public n’est pas physiquement présent.
La dimension ludique de l’exercice enfin, en particulier lors de l’exercice rhétorique (pouvant laisser une certaine place à la mauvaise foi), peut permettre aux élèves de mieux cerner les enjeux de la justification dans une argumentation. Cette activité présente enfin une certaine souplesse et peut être adaptée ou prolongée dans des contextes très différents, avec un public très hétérogène, par exemple dans le cadre d’une liaison troisième / seconde.

 
Document(s) joint(s) :