Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > Œuvres en 1ère > Guide de lecture pour La Princesse de Clèves

Guide de lecture pour La Princesse de Clèves

23 / 03 / 2020 | le GREID Lettres

par Joachim Arthuys, professeur de lettres au lycée Léonard de Vinci, Tremblay-en-France

 
 
Le guide de lecture ci-dessous peut être adressé aux élèves par courriel et complété sous format numérique
 

La numérotation entre parenthèses correspond aux lignes dans l’édition GF ; pour ceux qui ont une édition différente, sont indiqués entre guillemets les premiers mots du paragraphe correspondant.

Pour un certain nombre de passages sont indiquées des activités à conduire dans le journal de lecture. 
 

Partie 1

1. Longue présentation de la Cour du Roi Henri II (l. 1-257)

Il s’agit d’une présentation élogieuse de la cour (« Jamais Cour n’eut tant de belles personnes et d’hommes admirablement bien faits ; et il semblait que la nature eût pris plaisir à placer ce qu’elle donne de plus beau dans les plus grandes princesses et dans les plus grands princes » l. 37). Cette présentation idéalisée prépare l’arrivée de Mademoiselle de Chartres, renforçant l’effet merveilleux de son apparition. C’est aussi une façon de montrer qu’à la Cour règnent les rivalités, les intrigues, l’ambition, la galanterie, les plaisirs : c’est dans ce contexte que s’inscrit l’intrigue du roman.

2. L’apparition de Mademoiselle de Chartres à la Cour du Roi (l. 258-300 ; « Il parut alors une beauté à la cour… »)

Dans votre journal de lecture : Que pensez-vous du portrait qui est fait de Mademoiselle de Chartes ? A-t-elle selon vous les qualités requises pour être une héroïne de roman ? Quelle actrice (contemporaine ou non) pourrait selon-vous incarner la Princesse au cinéma ? (Vous pouvez coller sa photo dans votre journal)

3. La rencontre avec le Prince de Clèves chez le bijoutier (l. 301-332 ; « Le lendemain qu’elle fut arrivée »)

Dans votre journal de lecture : imaginez quelles sont les pensées du Prince de Clèves sur le chemin de chez la sœur du Roi où il se rend le soir.

4. L’admiration du Prince de Clèves + seconde rencontre (l. 333-384 ; « Cette princesse était dans une grande considération… »)

Le prince rend visite à la sœur du Roi et lui raconte sa rencontre avec Mademoiselle de Chartres et l’effet qu’elle a produit sur lui ; le lendemain est organisée une seconde rencontre entre le Prince et Mademoiselle de Chartres.

5. L’admiration de la Cour pour Mademoiselle de Chartres ; la rivalité entre le Chevalier de Guise et le Prince de Clèves (l. 385-434 ; « Le Chevalier de Guise et lui, qui étaient amis, sortirent… »)

Dans votre journal de lecture : l’explication a lieu entre le Prince de Clèves et le Chevalier de Guise au sujet de Mademoiselle de Chartres. Imaginez leur dialogue en quelques lignes.

6. Intrigues, cabales de Cour (l. 435-482 ; « Madame de Chartres, qui avait eu tant d’application… »)

Madame de Lafayette peint le tableau d’une cour où règnent les intrigues et rivalités entre les proches de la Reine (Catherine de Médicis), ceux de la sœur du Roi, de la Reine Dauphine (Marie Stuart, qui a épousé le fils du Roi) et ceux de la Duchesse de Valentinois (Diane de Poitiers, favorite de Henri II, c’est-à-dire maîtresse du Roi). Ces conflits inquiètent Madame de Chartres qui veut protéger la vertu, l’honneur de sa fille.

Dans votre journal de lecture : Madame de Chartres promet à sa fille « de lui aider à se conduire dans des choses où l’on était souvent embarrassée quand on était jeune ». Pensez-vous qu’elle a raison d’agir ainsi ? Justifiez votre réponse.

7. Intrigues autour du mariage de Mlle de Chartres (l. 483-626 : « Le chevalier de Guise fit tellement paraître les sentiments… » )

À cause de rivalités entre sa famille et celle de Mlle de Chartres, le Chevalier de Guise est empêché d’espérer se marier avec celle-ci. Le parent du Prince de Clèves semble s’opposer lui aussi au mariage de celui-ci avec Mlle de Chartres. Madame de Chartres, vexée, pense à marier sa fille avec le Prince Dauphin (c’est-à-dire le petit-fils du Roi), le meilleur parti de la Cour. Elle essaye d’organiser ce mariage avec la complicité de la Reine Dauphine et de son parent, le Vidame de Chartres. Évocation de Chastelart qui joue les entremetteurs avec M. d’Anville, dont on apprend l’amour pour la Reine Dauphine. Mais le mariage bute sur le refus du Roi qui a été averti par Madame de Valentinois. La Reine Dauphine explique à Mlle de Chartres ce refus qui est selon elle une vengeance qui fait suite à d’anciennes rivalités amoureuses entre sa mère, les Médicis et Madame de Valentinois.

8. La demande en mariage du Prince de Clèves + les sentiments de Mlle de Chartres (l. 627-721 ; « Personne n’osait plus penser… »)

Le Prince de Clèves fait part de ses sentiments à Mlle de Chartres, puis fait officiellement sa demande en mariage. Il est heureux mais en même temps inquiet : il sent que Mlle de Chartres ne l’aime pas autant qu’il le souhaiterait. Il lui fait part de cette inquiétude dans un dialogue important. Analyse des sentiments de Mlle de Chartres pour le Prince et le Duc de Guise.

 
Dans votre journal de lecture : Madame de Chartres doit-elle, selon-vos, accepter cette demande en mariage ?

9. Le mariage (l.749-786 : « Ce mariage s’acheva… »)

Mlle de Chartres devient la Princesse de Clèves. Le Prince, malgré le mariage et l’attitude irréprochable de la Princesse à la Cour où elle pourrait être courtisée, éprouve une jalousie qui le ronge (cette jalousie douloureuse qui naît est essentielle, elle va se développer, s’aggraver durant tout le roman).

10. La rencontre avec le Duc de Nemours (l. 787-901 : « Cependant le Duc de Nemours était demeuré… »)

Présentation du Duc de Nemours qui a passé tout le temps du début du roman à Bruxelles ; son retour à Paris. Lors du bal de noces du Duc de Lorraine, il rencontre pour la première fois la Princesse, ils dansent ensemble et tombent amoureux. Ils se revoient les jours suivants, chaque rencontre confirme la première au grand dam de certains témoins de cet amour naissant : le Duc de Guise, Mme de Chartres...

Dans votre journal de lecture : en quoi s’agit-il d’une scène de coup de foudre ? ne trouvez-vous pas cette scène presque cinématographique dans la façon dont elle se déroule ? À quelle scène de rencontre amoureuse au cinéma ou dans une série vous ferait-elle penser ? Si vous retrouvez cette scène sur internet, indiquez le lien pour y accéder.

11. Les amours du Roi et de Madame de Valentinois (l. 902-1138 ; « La Duchesse de Valentinois… »)

La Princesse est témoin de l’amour du Roi et de Madame de Valentinois, sa favorite (c’est important : ils sont un exemple d’amour réciproque pour la Princesse, qui va éclairer ses sentiments et qui annonce la suite de l’intrigue). La Princesse reproche à sa mère, à qui elle demande de la renseigner, de ne pas l’avoir instruite des relations amoureuses à la Cour. Madame de Chartres, dans une longue digression, raconte à sa famille toute l’histoire de Madame de Valentinois et de ses amours, sous le règne de François 1er, dont elle fut la maîtresse avant que d’être celle de son fils, Henri II.

Une citation importante : « Si vous jugez sur les apparences en ce lieu-ci, répondit Madame de Chartres, vous serez souvent trompée : ce qui paraît n’est presque jamais la vérité. »

12. La passion réciproque de Nemours et de la Princesse (l. 1139-1177 ; « La passion de Monsieur de Nemours pour Madame de Clèves… » )

Analyse de la passion du Duc de Nemours pour la Princesse, dont il ne laisse rien transparaître (seuls le Chevalier de Guise et la Princesse elle-même s’en rendent compte). La Princesse le cache à sa mère (c’est son premier secret vis-à-vis d’elle), mais celle-ci n’est pas dupe.

Dans votre journal de lecture : Recherchez la définition du terme « inclination » : pourquoi ce terme est-il répété deux fois à la fin de l’extrait ?

13. Le bal chez le Maréchal (l. 1178-1332 ; « Le Maréchal de Saint-André… »)

Un bal est annoncé chez le Maréchal de Saint-André. Un soir, on rapporte à la Princesse les propos de Nemours, qui a exprimé ses sentiments sur le bal et son désarroi d’y voir la femme qu’il aime. La Princesse décide de ne pas aller au bal du Maréchal sous prétexte que celui-ci l’aime et veut en faire sa maîtresse (en réalité, elle ne veut pas y aller parce que Nemours n’y sera pas). Elle feint d’être malade. La feinte de la Princesse est devinée le lendemain du bal par la Dauphine, devant sa mère et Nemours qui devinent tous deux l’amour que celle-ci ressent pour lui, malgré l’alibi confirmé par Madame de Chartres.

14. Discussion entre Madame de Chartres et la Princesse (l. 1333-1380 ; « Quoique l’assemblée du Cercamp… »)

Madame de Chartres essaye de dissuader sa fille de continuer de voir le Duc de Nemours sous prétexte qu’il a avec la Dauphine une relation galante.

Dans votre journal de lecture : « L’on ne peut exprimer la douleur qu’elle sentit de connaître, par ce que lui venait de dire sa mère, l’intérêt qu’elle prenait au Duc de Nemours » : puisque les mots ne le permettent pas, trouvez une chanson ou une musique qui pourrait selon vous exprimer les sentiments de la Princesse.

15. Maladie et mort de Madame de Chartres (l. 1381-1509 ; « Elle alla le lendemain… »)

La Princesse est sur le point de tout avouer à sa mère, mais celle-ci tombe malade ; elle se rend chez la Dauphine qui raconte comme elle trouve le Duc de Nemours changé. La Princesse pense que ce changement est dû, comme le lui a dit sa mère, à ses sentiments pour la Dauphine, mais celle-ci la détrompe.

Madame de Chartres est gravement malade, ce qui donne à Nemours l’occasion de lui rendre visite et de voir la Princesse, que l’amour qu’elle ressent trouble, entre douceur et douloureuse culpabilité. Madame de Chartres se meurt ; derniers conseils à sa fille sur la conduite à tenir vis-à-vis du Duc de Nemours.

Dans journal de lecture : que pensez-vous des derniers conseils de Madame de Chartres à sa fille ? Quelles répercussions cette dernière discussion pourrait-elle avoir sur la suite de l’intrigue ?

16. Départ pour la campagne (l. 1510-1582 ; « Madame de Clèves était dans une affliction… »)

C’est à la campagne que la Princesse tente de se consoler de la mort de sa mère ; elle refuse de voir le Duc de Nemours qui leur rend visite ; le Prince, de retour de Paris, s’apprête à lui raconter les amours de Madame de Tournon.

Partie 2

 

1. Récit de M. de Clèves sur les amours de Mme de Tournon (l.1 – 338)

Mme Tournon joue la veuve éplorée, mais secrètement entretient une relation galante avec Sancerre. Récit enchâssé sur la jalousie du roi vis-à-vis de sa maîtresse, Mme de Valentinois (épisode de la bague). Ce secret est confié par le Prince de Clèves à Sancerre et répété par lui à Mme de Tournon, ce que Clèves découvre (il découvre ainsi leur relation). M. de Clèves conseille Sancerre, qui craint que Mme de Tournon ne s’éloigne de lui à la faveur d’un autre amant (ce qui est le cas, on le saura bientôt). Mort de Mme de Tournon, affliction de Sancerre qui veut mourir pour la suivre. Il ignore à ce moment-là qu’elle avait un autre amant, M. d’Estouteville qui est naïvement tout venu avouer a Sancerre (quiproquo). Il lui donne des lettres qui prouvent son infidélité.

Dans votre journal de lecture  : Relisez les lignes 136-142. Que pensez-vous des conseils que donne le Prince de Clèves à Sancerre ? Qu’est-ce que cela pourrait annoncer dans la suite du roman par rapport aux sentiments de sa femme ?

 

2. Retour de la Princesse à Paris (l. 339-487 ; « Madame de Clèves consentit à son retour… »)

À Paris, la Princesse retrouve la Dauphine, qui lui raconte comment le Duc de Nemours, à cause d’une passion secrète, renonce à épouser la Reine d’Angleterre, Elizabeth. Annonce du mariage du Roi d’Espagne avec la fille d’Henri II (462-487) : l’annonce de ce mariage, qui fait suite au traité de paix entre la France et l’Espagne, a un intérêt indirect par rapport à l’intrigue : il montre quel malheur peut frapper une femme qui ne se marie pas avec un homme aimé ; cela offre un reflet à la situation de la Princesse de Clèves.

 

3. Première visite du Duc de Nemours à la Princesse (l. 488-593 ; « Après ces paroles, Madame la Dauphine… »)

Le Duc de Nemours rend visite à la Princesse de Clèves ; il lui fait l’aveu détourné de ses sentiments pour elle. La Princesse est troublée. Le Prince, son mari, arrive et met un terme à la conversation. La Princesse se retire et prend conscience de son amour pour Nemours ; elle se jure de ne jamais le lui montrer, et évite de le rencontrer. Désespoir de Nemours.

Dans votre journal de lecture : À l’aveu de Nemours, la Princesse pense : « Il lui semblait qu’elle devait y répondre et ne point les souffrir. » (l. 545) Imaginez la réponse que pourrait faire la Princesse à Nemours.

 

4. La maladie du Prince de Clèves (l. 594-631 ; « Monsieur de Clèves fut malade… ») 

Le Duc de Nemours saisit le prétexte de la maladie du Prince de Clèves pour lui rendre visite. Celle-ci sort à chaque fois de la chambre, et s’en explique auprès de son mari que cette réaction étonne.

Dans votre journal de lecture : pensez-vous que la Princesse aurait dû avouer à ce moment-là la vraie raison de son comportement au lieu de se taire ? Comment pensez-vous que son mari aurait réagi ?

 

5. Nouvel aveu détourné de Nemours à la Princesse (l. 632-696, « Quelques jours après, le Roi était chez la Reine… »)

À l’occasion d’une conversation sur les horoscopes et l’astrologie, M. de Nemours murmure à la Princesse de Clèves un nouvel aveu détourné de son amour pour elle. 

 

6. La difficulté de cacher son amour (l. 697-752 ; « Comme il y avait déjà assez longtemps… »)

La Princesse de Clèves fréquente à nouveau la Cour, et se montre incapable de dissimuler son trouble face à Nemours. Évocation de la rivalité entre Nemours et le Duc de Guise, toujours amoureux de la Princesse. Celle-ci cherche à savoir où en est le mariage entre Nemours et la Reine d’Angleterre (Elizabeth 1ère, fille d’Anne Boleyn et Henri VIII d’Angleterre). 

Dans votre journal de lecture  : la Princesse ne réussit pas à dissimuler comme elle le voudrait ses sentiments : « il lui échappait certaines choses qui partaient d’un premier mouvement qui faisaient juger à ce Prince qu’il ne lui était pas indifférent » (l. 707). Quelles pourraient être ces « certaines choses » ?

 

7. Histoire d’Anne de Boulen et d’Elizabeth 1ère, sa fille (l. 753-842 ; « Elle était d’une bonne maison… »)

La Dauphine raconte à la Princesse l’histoire de la Reine d’Angleterre et les amours de sa mère Anne de Boulen (c-à-d Anne Boleyn) avec le roi Henri VIII d’Angleterre, qui par son divorce rompit avec le Pape et fondit l’Église anglicane et qui par jalousie finit par condamner sa femme à mort.

 

8. Le vol du portrait (l. 843-943 ; « La Reine Dauphine faisait faire des portraits... »)

Alors qu’un peintre est en train de faire le portrait de la Princesse de Clèves, son mari montre un autre portrait de celle-ci ; Nemours parvient à dérober ce petit portrait ; la Princesse le voit faire. Confusion des sentiments de la Princesse, qui hésite à tout avouer à son mari.

Dans votre journal de lecture : cherchez une définition du mot « dilemme » ; en quoi définit-il bien la situation dans laquelle se trouve la Princesse ? A-t-elle, selon vous, envie de sortir de cette situation ?

9. Préparatifs de mariages (l. 944-1001 ; « La paix était signée… »)

Sont annoncés les mariages de la Reine Elizabeth 1ère avec le Duc d’Albe (elle renonce donc au Duc de Nemours), et le mariage de la sœur du Roi Henri II avec le Duc de Savoie : ces mariages scellent la paix entre l’Espagne, la France et l’Angleterre. Une grande fête doit être donnée à Paris ; le Roi organise un tournoi.

 

10. La blessure de Nemours (1002-1077 ; « Peu de jours avant l’arrivée du Duc d’Albe… »)

Tandis que le Roi joue à la paume avec Nemours, Chastelart donne à la Dauphine une lettre tombée de la poche de Nemours. Un peu après, Nemours se blesse en tombant de cheval ; la Princesse éprouve une très vive émotion. Le duc de Guise, qui a tout vu, avoue à la Princesse son amour et son désespoir.

 
Dans votre journal de lecture : que ressentez-vous face au Duc de Guise ?
 

11. Chez le Roi + la lettre d’amour (l. 1078-1256 ; « Madame de Clèves, en sortant de la lice… »)

Chez le roi, Nemours remis de sa blessure confie à la Princesse qu’il a perçu ses sentiments ; la Dauphine donne à la Princesse la lettre que Chastelart lui a confiée, pour qu’elle essaye d’en reconnaître l’écriture (la question est : qui a écrit cette lettre ?). La Princesse lit la lettre, où il est question d’amour, de tromperie et surtout de la façon dont on dissimule, à la Cour, les sentiments que l’on éprouve. La Princesse éprouve une vive jalousie, et regrette de ne pas avoir mieux su résister.

12. Les amours du Vidame de Chartres avec les Reine (l. 1257-1518 ; « Madame de Clèves n’était pas la seule personne… » )

On apprend que cette lettre n’appartenait pas à Nemours, mais au Vidame de Chartres ; on apprend comment cette lettre est arrivée entre les mains de la Dauphine. Le Vidame se rend chez Nemours pour que celui-ci l’aide. Pour ne pas être compromis, éviter un scandale, il demande à Nemours de faire croire que cette lettre lui était destinée (confirmant ainsi le quiproquo). Il lui raconte son amour avec la Reine.

 

Partie 3

 

1. Suite du récit du Vidame de Chartres (l. 1-158)

Le Vidame explique que c’est Madame de Thémines, avec qui il entretenait une liaison, qui lui a écrit la lettre. Il lui raconte qu’il aime désormais Madame de Martigues, mais que la Reine le croit amoureux de la Dauphine, qu’elle hait. Sans l’aide de Nemours, la lettre peut avoir pour lui des conséquences dramatiques.

Nemours réprimande le Vidame, hésite à faire ce qu’il lui demande jusqu’à ce qu’il apprenne que la Dauphine croit déjà que la lettre est tombée de sa poche à lui. Le Vidame, qui devine que Nemours hésite parce qu’il craint de se brouiller avec sa maîtresse, donne à celui-ci un mot qui doit lui permettre de prouver que la lettre lui était bien adressée. Ainsi, tout le monde croirait que la lettre était à Nemours, sauf sa maîtresse.

Nemours accepte de l’aider.
 

2. Le Duc de Nemours et la Princesse se rapprochent à la faveur de l’épisode de la lettre (l. 159-428 ; « Monsieur de Nemours le promit au Vidame… »)

Nemours se rend chez la Princesse pour la détromper au sujet de la lettre. Le Prince de Clèves l’introduit dans sa chambre et les laisse seuls (pauvre M. de Clèves qui ne se doute de rien…)  ; Nemours raconte tout à la Princesse, qui accepte de l’aider pour protéger le Vidame. La Princesse de Clèves se rend chez la Dauphine qui réclame la lettre pour pouvoir la faire lire à la Reine qui l’a demandée, la soupçonnant d’appartenir au Vidame. Mais la lettre a été rendue à celui-ci. La Princesse de Clèves propose de la réécrire de mémoire, ce qu’elle fait une après-midi avec Nemours, durant laquelle ils éprouvent une profonde joie d’être ensemble. Mais le stratagème ne fonctionne pas, la Reine devine que la lettre appartient au Vidame : elle rompt avec lui et commence à persécuter la Dauphine qu’elle soupçonne d’être sa maîtresse.

 

3. Confusion des sentiments de la Princesse (l. 429-513 ; « Après qu’on eut envoyé la lettre… »)

La Princesse de Clèves, restée seule, analyse ses sentiments : elle est amoureuse de Nemours et en même temps honteuse de tromper son mari. Elle prend la résolution de quitter Paris et de s’éloigner de Nemours : tandis que son mari se rend à Compiègne avec le Roi, elle part à la campagne, à Coulommiers.

Dans votre journal de lecture  : il y a de nombreux passages du roman où la Princesse (et d’autres personnages également) analyse ses sentiments. Ce roman est connu pour être le premier roman d’analyse psychologique. Quel est l’intérêt pour le lecteur de ces passages ? Les trouvez-vous intéressants ?

4. L’aveu de la Princesse de Clèves (l. 514-806 ; « Monsieur de Nemours avait eu bien de la douleur… »)

Nemours prétexte une visite chez sa sœur près de Coulommiers accompagné du Vidame pour aller rendre visite à la Princesse. Lors d’une partie de chasse, Nemours se perd dans la forêt et en profite pour aller jusqu’au château de la Princesse. Il y rentre mais aperçoit soudain la Princesse de Clèves et son mari qui s’assoient pour discuter. Il décide de les espionner. Long aveu de Mme de Clèves à son mari. Elle ne prononce cependant pas le nom de Nemours. Désespoir du Prince de Clèves. Cet épisode est l’un des plus importants du roman : il scelle les destins des différents personnages, et à partir de là, la jalousie va commencer à consumer le Prince de Clèves.

M. de Nemours, de son côté, est tellement heureux qu’il confie imprudemment l’épisode au Vidame en faisant croire qu’elle concerne un de ses amis. Le Vidame n’est pas dupe.

 
Dans votre journal de lecture :
1/ Comprenez-vous que la Princesse fasse cet aveu à son mari ? L’auriez-vous fait, à sa place ? Et l’auriez-vous fait de cette manière ?
2/ Sans doute Nemours a-t-il raison de regretter d’en avoir trop dit au Vidame : imaginez quelles conséquences cela pourrait avoir dans la suite de l’intrigue.
 

6. Jalousie et soupçons de M. de Clèves (807-964 ; « Cependant, Monsieur de Clèves était allé trouver… »)

Retour de la Princesse de Clèves à Paris. Au cours d’une difficile discussion entre la Princesse et son mari, celui-ci lui fait part de ses soupçons sur l’identité de son amant. La Princesse rend visite à la Dauphine et se montre froide vis-à-vis de Nemours, présent. M. de Clèves parvient à deviner que l’homme que sa femme aime et dont elle est aimée est Nemours. Immense embarras de la Princesse.

 
Dans votre journal de lecture : trouvez une musique ou une chanson qui puisse exprimer les sentiments de M. de Clèves en expliquant votre choix.
Vous pouvez également trouver une chanson/musique pour les personnages de la Princesse et de Nemours, si vous le souhaitez.

7. L’aveu de la Princesse est divulgué (l. 965-1414 ; « Les préparatifs pour le mariage de Madame étaient achevés. »)

Préparatifs du mariage du Duc d’Albe. Le Vidame répète à sa maîtresse Madame de Martigues ce que Nemours lui a dit sur l’aveu (cf. III, 4) et lui demande de l’observer pour savoir de qui il est amoureux. Martigues le répète à la Dauphine (qui aime Nemours), laquelle le répète à la Princesse de Clèves sans savoir que c’est d’elle qu’il s’agit. Elles sont surprises par Nemours à qui la Dauphine demande des comptes par rapport à cette histoire. Il s’en sort par un mensonge ; la Princesse pense que c’est son mari qui a divulgué son aveu.

Affliction de la Princesse qui accuse son mari. Dispute, analyse des sentiments de la Princesse et de son mari. Nouvelles résolutions pour essayer d’étouffer cette histoire embarrassante. 

 

Dans votre journal de lecture : si vous comparez la Princesse aux autres personnages féminins du roman, ne pensez-vous pas qu’elle est différente ? Est-ce un personnage qui a vraiment sa place à la Cour ? Que pensez-vous du « petit jeu » de la Dauphine et des autres personnages de la Cour, en comparaison avec l’attitude de la Princesse ? 

 

8. La mort du roi (l. 1415-fin ; « Les fiançailles de Madame)

Fiançailles et mariage de Madame et duc d’Albe. Fête qui s’ensuit ; distance respectueuse de Nemours vis-à-vis de la Princesse. Tournoi et blessure du Roi qui meurt après cinq jours d’agonie.

 
 

PARTIE 4

 

1. Après la mort du Roi (1-59) 

Réorganisation de la cour après la mort du roi en fonction des conflits de personnes. Le voyage de la Princesse de Clèves en Espagne est annulé. 

 

2. Le départ pour Coulommiers (l. 60-280 ; « Peu de jours après la mort du roi… »)

Nemours souhaite rendre visite à Mme de Clèves en l’absence de son mari. Il est renvoyé mais son mari l’apprend. Discussion durant laquelle il lui fait de violents reproches. Il part à Reims pour le sacre du nouveau Roi (François II). Solitude de la Princesse, qui part pour Coulommiers. Elle apporte plusieurs tableaux dont un qui représente Nemours. Mme de Martigues lui rend visite.

 Dans votre journal : faites une petite recherche sur le Jacques de Savoie, duc de Nemours, sur sa participation au siège de Metz et ses amours avec Anne d’Este. Que pensez-vous de la façon dont Mme de Lafayette transforme le personnage historique dans son roman ? 

 

3. La scène du cabinet (l. 281-514 ; « Le sacre avait été fait à Reims… »)

Départ de la Cour pour Chambord, Mme de Martigues raconte à la Dauphine sa visite à la Princesse, ce qui donne à Nemours l’idée d’aller lui rendre visite en secret. Le Prince a deviné et décide de le faire suivre. 

Nemours espionne la Princesse dans son cabinet puis signale sa présence. Elle le fuit. 

Retour de Nemours au village, il pense à retourner à Coulommiers la nuit suivante. Pensées, réflexions sur son amour. Nouvelle tentative à Coulommiers pour voir la Princesse. 

Dans votre journal : qui regarde qui, dans cette scène ? pourquoi cette scène vous paraît-elle importante dans le roman ?

 

4. Visite à la Princesse (l. 515-590 ; « Il lui fut impossible de s’éloigner… »)

Nemours rend visite à sa sœur, Mme de Mercœur, à qui il donne l’idée d’aller rendre visite à la Princesse avec lui. Il lui avoue l’avoir espionnée, elle feint de n’en n’avoir rien su. Il échoue à se retrouver seul avec elle. Départ de Nemours pour Paris. 

 

5. Mort du Prince de Clèves (l. 591-768 ; « Le gentilhomme de M. de Clèves… »)

Le Prince de Clèves se meurt de jalousie. Dernière conversation, pleine de reproches et de douleur, avec la Princesse de Clèves. 

 
Dans votre journal de lecture : trouvez-vous les reproches du Prince (l.675-679) justes ?

Le Prince porte un jugement sévère sur Nemours (l.698) : qu’en pensez-vous ?

 

6. Le deuil (l. 769-848 ; « Madame de Clèves demeura dans une affliction… »

Deuil et regrets de la Princesse. 

 Dans votre journal de lecture : relisez les lignes 817-820 à quel autre épisode du roman celui-ci fait-il penser ? Quelle va être la suite de l’intrigue selon vous ?

 
 
 

7. Tentatives de Nemours (l. 849-976 ; « Le nom de M. de Nemours surprit… »)

Nemours tente de se rapprocher de la Princesse. Elle l’aperçoit. Sa passion s’en trouve ravivée, en même temps que son sentiment de culpabilité. C’est la lutte entre raison et sentiments qui l’accable de nouveau. Le Duc de Nemours cherche un moyen de la voir pour lui parler. 

 

8. L’entrevue chez le Vidame (l. 977-1301 ; « Le Vidame était alors à Paris »)

Le Vidame organise une rencontre à l’insu de la Princesse. Première longue entrevue durant laquelle la Princesse et Nemours s’avouent tout. 

Dans votre journal : Que pensez-vous des arguments que la Princesse avance pour justifier son renoncement au Duc de Nemours ? Les comprenez-vous ?

Dans une émission consacrée à la « sagesse du renoncement » dans La Princesse de Clèves sur France Culture, Adèle Van Reeth et Camille Esmein-Sarrazin discutent des raisons du renoncement de la Princesse. Écoutez l’émission à partir de la 34ème minute ([https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/sagesses-du-renoncement-34-la-princesse-de-cleves-) : selon vous, la Princesse fait-elle preuve de courage ou de lâcheté ?

9. L’épilogue (l. 1302-fin ; « Elle sortit en disant ces paroles »)

Douleurs et espoirs de Nemours ; combat intérieur de la Princesse. Elle décide de partir dans les Pyrénées pour s’éloigner de Nemours. Elle tombe gravement malade, et après avoir failli mourir, se résout à se retirer du monde, dans une maison religieuse. 

 Dans journal de lecture : cet épilogue correspond-il à vos attentes ? Auriez-vous pris la même décision que la Princesse ? Pensez-vous, rétrospectivement, que Mme de Clèves a eu raison de renoncer au Duc ?

Si l’on compare les dernières lignes du roman à l’extrait qui relate son apparition à la Cour, que constatez-vous ?