Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

Les brouillons d’écrivains : de la critique génétique aux applications en classe de français

20 / 06 / 2007 | le GREID Lettres


Objectifs :

  • Problématique : des brouillons au livre édité : quel est le travail du romancier ?
  • Objets d’étude :
    - le travail de l’écriture
    - écrire, lire, publier aujourd’hui

par Marie-Sylvie Claude,
professeur au lycée G. Apollinaire de Thiais


Pistes de travail à partir de quelques documents du site de la Bibliothèque Nationale de France, http://expositions.bnf.fr/brouillons/index.htm ; dans le cadre d’une séquence au niveau seconde : le travail de l’écrivain à travers ses brouillons.

Ces documents ont été élaborés pour le stage des mardi 20, mercredi 21, jeudi 22 janvier 2004.

Consignes pour un dossier en équipe

Naviguez sur le site pour faire un dossier selon les questions et consignes suivantes :

  • Pour chacun de ces trois auteurs :
      • Balzac,
      • Zola,
      • Aragon.
    • En navigant sur l’ensemble du site de la BNF, faites une présentation générale (une page) : dates, résumé de leur biographie, œuvres principales, quelques caractéristiques de leurs œuvres.
    • Expliquez la façon dont ces trois auteurs s’y prennent pour écrire leurs romans. Illustrez ceci par trois documents pour chacun d’eux.
  • On distingue en général deux types d’écriture, tout à fait opposées, l’écriture à programme et l’écriture à processus (ou en improvisation) ;
    - écriture à programme : l’écrivain suit un programme préétabli dont l’élaboration passe par des phases successives (on parle d’états du texte) : ébauche, notes documentaires, plans…
    - écriture à processus : l’écrivain se met d’emblée à rédiger, sans phase préparatoire, ni plan, ni ébauche, ni notes, puis retravaille au fur et à mesure sa rédaction.
    • Chacun des trois auteurs sur lesquels vous avez travaillé s’inscrit-il dans un de ces deux types ?
    • Cherchez aussi dans le site des documents concernant la façon d’écrire de Hugo, Flaubert, Proust, Sartre, et Pérec : comment les classeriez-vous ? Quel type d’écriture (justifiez)
 

 

Travaux sur des extraits du dossier préparatoire de Zola : Au Bonheur des Dames

http://expositions.bnf.fr/zola/bonheur/dossierprep/index.htm

L’idéal serait bien sûr que les élèves aient travaillé au cours d’une séquence précédente sur le roman ; mais il peut être profitable de se servir de ce travail sur le dossier préparatoire pour introduire (et peut-être motiver) la lecture (cursive ou analytique). Rien n’empêche d’ailleurs d’en rendre la lecture intégrale facultative.

Consignes pour un travail en équipe :

Deux possibilités de mise en œuvre :

- le professeur imprime les documents et les reprographie ; il es distribue en vrac, les élèves les classeront.

- les élèves travaillent sur le site en salle informatique et retrouvent en autonomie les documents nécessaires. Il sera bon alors de donner la liste suivante en vrac pour permettre l’activité de classement

Observez ces documents du dossier préparatoire pour le roman Au bonheur des Dames :

- l’arbre généalogique des Rougon Macquart

- la liste des romans des Rougon Macquart

- les quatre mondes des Rougon Macquart

- le début de l’ébauche de Au bonheur des Dames

- le plan d’ensemble de Au bonheur des Dames

- la liste des personnages de Au bonheur des Dames

- la fiche de Louise de Au bonheur des Dames

- le plan du quartier du magasin "le Bonheur des Dames"

- le plan du premier étage du magasin "le Bonheur des Dames"

- le " premier état " du magasin "le Bonheur des Dames" (exposition des nouveautés d’hiver)

- les notes sur la chambre des demoiselles du magasin "le Bonheur des Dames"

- les notes sur les voitures du magasin et la livrée des employés du magasin "le Bonheur des Dames"

     

  • Proposez pour chaque document une réponse aux questions suivantes : de quoi s’agit-il ? à quoi sert-il à Zola ? Justifiez vos réponses par des observations sur le document.
  • Proposez un mode de classement de ces documents et justifiez le.

Mise en commun

Il n’est pas impossible que certains élèves aient fait de grosses erreurs d’identification des différents documents, qu’on rectifiera au moment de cette mise en commun.
Suggestion pour le classement à retenir : on peut distinguer le projet d’ensemble des RM de ce qui concerne Au Bonheur des Dames. Puis regrouper ébauches et plans d’ensemble / travaux préparatoires sur les personnages / sur les lieux / sur le fonctionnement du magasin.

  • Analyse plus précise d’un document : la chambre des demoiselles, des notes préparatoires à la description dans le roman.
    Le professeur peut reprographier les documents du site ou laisser les élèves travailler sur le site. Nous recopions ici les documents nécessaires :

       

    • Transcription diplomatique du manuscrit (on peut aussi reprographier le manuscrit et faire réaliser cette transcription par les élèves, après leur avoir donné quelques règles : notamment les signes < et > pour la transcription des ajouts) :

      La chambre des demoiselles. Dans un couloir qui tourne. Des cellules. Le couloir planchéié, propre. <On couche environ 75 femmes.> Des numéros sur les portes. Chaque chambre plus ou moins grande ; les unes deux fenêtres, les autres une fenêtres (sic). Mansardée, basse de plafond, un petit de fer, quelques uns avec édredon rouge. Des couvre-pied bleu. Une armoire de noyer à porte pleine. Une table de toilette. Deux chaises. Des vetements derrière une porte. Pas de malles, defendu. Planchéiée. une descente de lit rouge. Dans quelques unes, un rameau de buis béni, ou un crucifix, au fond du lit. <Certaines chambres jour par le haut> - On doit y cuire en été et geler en hiver. - Quelques grandes chambres à deux lits.
      Un salon de reunion au milieu du couloir, rond, avec piano, gueridon central, fauteuils et canapés couverts de housses. Jour par le haut.

    • Extrait du roman :

      Chapitre 3.
      C’était une étroite cellule mansardée, ouvrant sur le toit par une fenêtre à tabatière, meublée d’un petit lit, d’une armoire de noyer, d’une table de toilette et de deux chaises. Vingt chambres pareilles s’alignaient le long d’un corridor de couvent, peint en jaune ; et, sur les trente-cinq demoiselles de la maison, les vingt qui n’avaient pas de famille à Paris couchaient là, tandis que les quinze autres logeaient au-dehors, quelques unes chez des tantes ou des cousines d’emprunt. Tout de suite, Denise ôta la mince robe de laine, usée par la brosse, raccommodée aux manches, la seule qu’elle eût apportée de Valogne. Puis elle passa l’uniforme de son rayon, une robe de soie noire, qu’on avait retouchée pour elle, et qui l’attendait sur le lit. Cette robe était encore un peu grande, trop large aux épaules.

 

Questions possibles pour un travail en autonomie.

Rappel : Zola a mené son enquête préparatoire au Bon Marché et au Louvre. C’est au Bon Marché qu’il a visité la chambre des demoiselles et qu’il a pris ces notes.

  • Comment distinguez-vous immédiatement le roman des notes préparatoires ?
  • Analysez comment Zola utilise ses notes et les fait évoluer pour la rédaction du roman.

 

Pistes de réponse possibles pour la mise en commun.

     

  • Question 1 : passage de la parataxe à la syntaxe ; abandon des phrases nominales ; passage du présent atemporel, caractéristique des notes de préparation, aux temps du récit au passé (passé simple, imparfait, plus que parfait). Insertion des éléments descriptif dans le cours du récit : Denise s’installe dans sa chambre et change de robe.
  • Question 2  :
    Suppressions :
    - des notations de couleur pour l’intérieur de la chambre (rouge, bleu) ;
    - de la descente de lit, du couvre lit (de tout ce qui couvre le bois du plancher)
    - des signes religieux : buis béni, crucifix
    - du mot " planchéié " (2 fois)
    - de tout ce qui est de l’ordre du commentaire : température, malles défendues…

    Transformations :
    - les chambres qui dans les notes étaient "plus ou moins grandes ; les unes deux fenêtres, les autres une fenêtres" dans le roman sont "pareilles".
    - le "couloir qui tourne", "planchéié, propre" devient "un corridor de couvent, peint en jaune".
    - la présentation du mobilier passe de plusieurs notations courtes et indépendantes à une seule phrase énumérative clôturée sur elle même.

=> Commentaire : Atmosphère clairement monacale même s’il n’en reste que deux mentions explicites : "cellule", "corridor de couvent". L’idée d’interdit est rendue implicite : le romancier adopte le point de vue de la vertueuse Denise qui n’a pas besoin d’interdit. La propreté, la vertu, l’humilité sont contenues dans la présence de Denise, par le motif de la robe en laine, par opposition à la soie de la nouvelle robe. La soie fait écho aux matières duveteuses présentes dans les notes et supprimées dans le roman, ce qui fait apparaître l’opposition paradoxale entre la métaphore du couvent et l’humilité de Denise d’une part ; et d’autre part le règne de la consommation que Denise s’engage à servir et pour le service duquel elle portera cette robe en soie. La concession à la frivolité n’est qu’apparente, le costume de travail est un leurre puisque c’est le dévouement vertueux de Denise qui lui permet d’accomplir avec efficacité sa tâche au service même de ce qui en apparaît comme l’antithèse.