Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > Lycées > Lycée d’enseignement général et technologique > Ressources > Seconde > Séquence 2nde : "Un Parricide" de Maupassant (...)

Séquence 2nde : "Un Parricide" de Maupassant en 2nde

20 / 06 / 2007 | le GREID Lettres


Objectifs :

  • faire acquérir des outils narratologiques et rhétoriques pour analyser cette découverte des zones d’ombre d’une pathologie et percevoir les procédures du renversement de perspective opéré par l’auteur.

  • faire percevoir comment les apports du naturalisme sont réinvestis dans le cadre de la nouvelle.

  • écriture : réutiliser la dispositio de l’ancienne rhétorique et des procédés de l’ elocutio (cf. évaluation finale).

  • oral : prestations oratoires.

par Denis Lejay, lycée François Couperin de Fontainebleau (77)


 

La nouvelle comme "plongée"

Ici, une " plongée " (Paul Morand) dans les profondeurs psychologiques d’un parricide.
La nouvelle présente un triple intérêt : historique, générique et rhétorique.
En effet, à la manière des écrivains naturalistes, Maupassant évoque un cas pathologique. Le parricide souffre d’un traumatisme d’abandon qui le pousse au meurtre.
Mais, dans le cadre étroit de la nouvelle, l’histoire de ce parricide, face à ses juges, est d’autant plus saisissante qu’elle est racontée par le criminel lui-même.
Le plaidoyer autobiographique de l’accusé enrichit et réoriente l’argumentation politique et sociologique présentée dans un premier temps par l’avocat.

 

Déroulement de la séquence

Séance 1 : étude de l’ensemble de la nouvelle

Objectif : analyse de la structure et de la temporalité : une esthétique de la concentration et une remontée aux origines

Déroulement (en fonction des réactions des élèves) :

- les deux analepses (étude des temps verbaux) et reconstitution de la chronologie : structure de la nouvelle

- structure du plaidoyer autobiographique : de l’abandon au crime

= l’effacement du narrateur et première approche de la nouvelle comme descente dans le drame intime.

 

Séance 2 : étude de l’incipit, l’exposé des faits

Objectifs :

- narratologie : l’effacement du narrateur premier (approfondissement) et l’effet recherché

- histoire littéraire : la détermination naturaliste par l’hérédité

Déroulement : lecture analytique

- la neutralité du narrateur-témoin

- l’ambiguïté du personnage central : statut social vs hérédité bourgeoise

= l’art de capter l’attention du lecteur

Séance 3 : la plaidoirie de l’avocat

Objectif : une rhétorique classique et convenue discrètement satirisée

- disposition : les cinq parties du discours dans la rhétorique ancienne (exorde - narration - confirmation - digression - péroraison)

- élocution : figures de rhétorique

Déroulement :

- marques de subjectivité et procédés d’insistance (continuité : distance du narrateur vs implication de l’avocat)

- écriture : rédaction de l’exorde (la captatio benevolentiae) et de la narration

- travail oral : restitution de la grandiloquence

= une perspective politique et sociale indifférente à la singularité de l’individu.

Séance 4 : la première partie du discours de l’accusé

Objectif : la stratégie argumentative

- le plaidoyer par un réquisitoire contre des parents indignes

- les arguments implicites

- langue : l’adjectif ( catégories et syntaxe )

Déroulement : étude de la langue : les adjectifs et leur fonction oratoire :

- les catégories d’adjectifs (classifiants/objectifs - non-classifiants/subjectifs) = les jugements de valeur : un réquisitoire contre des parents dénaturés

- la place de l’adjectif = étude de l’implicite

- les participes passés = l’accusé comme victime

- les degrés de l’adjectif : la dévalorisation des parents

Séance 5 : approfondissement de l’étude du passage précédent

Objectifs :

- historique : le personnage victime d’un traumatisme catastrophique

- rhétorique : disposition et élocution : la recherche de l’émotion.

Déroulement :

- analyse de la composition : une facture classique (approfondissement)

- repérage de figures connues (réemploi)

- oral : lectures du texte suivies du repérage de figures nouvelles

= une névrose traumatique évoquée sans le retrait clinique des naturalistes

Séance 6 : le soir du crime

Objectifs :

- historique et générique : le traumatisme avivé et les circonstances agissent comme une double fatalité,- interne et externe. Dans le cadre restreint de la nouvelle, la psychologie des profondeurs génère un pessimisme tragique angoissant

- rhétorique : le plaidoyer par le récit

Déroulement :

- l’expression du rejet : l’abandon initial revécu

- la progression de la violence

- la progression temporelle (la reprise de alors ) : la perte de repères et la folie (une autre folie vs le discours de l’avocat)
= l’argumentation implicite par le récit personnel

 

Séance 7 : évaluation finale

" Rédigez le plaidoyer que prononcerait un second avocat, plus averti et plus clairvoyant que le précédent. Ce discours explicitera et développera les arguments de Georges Louis, l’accusé. Vous adopterez la disposition de l’ancienne rhétorique. "

Oral : possibilité d’un réinvestissement oral du texte produit

Image : caricatures de Daumier représentant des juristes ou des scènes de prétoire.