Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > Enseignements artistiques > Histoire des arts > Lycée > Etudier "Le Pèlerinage à l’île de Cythère" (...)

Etudier "Le Pèlerinage à l’île de Cythère" de Watteau avec des élèves de lycée

20 / 06 / 2007 | le GREID Lettres

 

Objectifs : construire une analyse de ce tableau.

Toutes ces activités doivent vous permettre de mieux
regarder le tableau, de comprendre quels procédés
sont mis en œuvre et quelles émotions ils contribuent
à susciter.
Il serait normal et même souhaitable que les remarques
que vous auront permises ces différentes approches
se recoupent et se complètent ; comme lorsque vous
cherchez des idées sur un texte, gardez à l’esprit
le souci de faire apparaître quelques idées directrices
de commentaire qui pourront structurer votre étude.
Il n’y a pas bien entendu une seule réponse attendue
aux questions… le but étant d’amorcer votre réflexion,
de solliciter votre sensibilité, surtout pas de tester
si vous avez compris le tableau.

par
Marie-Sylvie Claude, professeur au lycée G. Apollinaire de
Thiais
et Geneviève Di Rosa

Jean-Antoine
Watteau
Pèlerinage à l’île de Cythère, dit
L’Embarquement pour Cythère

1717, [louvre.edu]

 

Faire confiance à son regard personnel...

  • Le
    lieu :
    décrivez en quelques mots le paysage
     ; dans quel lieu se trouvent d’après vous les personnages
    (plusieurs réponses sont possibles et même souhaitables…)
     ? Quels indices vous permettent de le penser ?
  • Le
    temps :
    à
    quelle époque de l’année et quel moment de la journée
    pourrait-on être ? Quels indices vous permettent de le penser
     ? Y a-t-il plusieurs possibilités ?
  • Les
    personnages :
    Pouvez-vous
    les classer en différents groupes ? (précisez vos
    critères)

    Lorsque
    vous regardez les personnages, d’où votre regard part-il
    et où va-t-il ? Décrivez à l’oral ce que
    vous voyez étape par étape.
    Souvenez-vous maintenant de la différence entre un récit
    et une description ; pourriez-vous raconter en quelques lignes
    (et non décrire) ce que vous voyez ?

    Si
    vous êtes parvenus à raconter ce qui se passe,
    essayez de vous souvenir comment le tableau vous a permis de
    concevoir ce récit. Connaissez-vous d’autres cas de récits
    en images ?

Donc
 ? Avez-vous des premiers éléments de commentaire ?
Quelles sont vos premières impressions sur ce tableau ?

Vous pouvez réfléchir par exemple au lien entre
le lieu, le temps, et les actions des personnages ; ou aux incertitudes
que tout ceci a peut-être suscitées chez vous (susciter
les interrogations, intriguer, n’est ce pas un des buts de l’art
 ?) ; ou à toute autre chose…

 

Faire confiance à sa culture personnelle...

  • Dans
    quel genre pictural classeriez-vous ce tableau : peinture d’histoire,
    mythologique ? Scène de genre ? Autre ? Songez à
    justifier votre réponse ; si vous hésitez entre
    plusieurs réponses, expliquez pourquoi.

  • D’après
    la date de réalisation de cette peinture, que savez-vous
    de cette période historique qui pourrait éclairer
    votre interprétation ?

  • Connaissiez-vous
    ce peintre ? D’autres œuvres de lui ? Ou des peintures qui
    lui sont contemporaines ? De quel écrivain pourriez-vous
    le rapprocher ?

S’informer à partir des documents donnés par le professeur

Lisez
cette fiche de présentation (vous répondrez aux questions
qui suivent en vous reportant aux informations données) :

Présentation
du peintre
 :
Jean Antoine Watteau est né à Valenciennes en 1684
 ; on sait très peu de choses de sa biographie : il semble
avoir eu une enfance malheureuse sous l’autorité de son père,
couvreur-charpentier ivrogne et brutal ; à 18 ans il est
apprenti chez un peintre qui travaille pour des décors de
théâtre et qui est appelé à Paris en
1702 pour travailler à l’Opéra ; Watteau le suit et
le quitte quelque temps après pour entrer dans l’atelier
de Claude Gillot, peintre spécialisé dans les sujets
de la Comédie-Italienne et du théâtre de foire.

Il devient ensuite l’élève du décorateur Audran,
conservateur du Musée du Luxembourg, où Watteau peut
contempler des toiles de peintres qui l’influenceront considérablement
 : Rubens, Le Titien, Véronèse.
En 1717, il est élu membre de l’Académie de peinture
comme " peintre de fêtes galantes " et connaît
alors une certaine notoriété. Il voyage un peu, notamment
en Angleterre, mais meurt précocement en 1721.

Présentation
de l’œuvre :

Watteau travaille beaucoup, et se spécialise dans deux thèmes
 : le théâtre et les fêtes galantes. D’après
le dictionnaire de Furetière en 1690, la fête galante
est une " réjouissance d’honnêtes gens "
 : Watteau, qui en a peint de nombreuses, représente des couples
dans des parcs, occupés à faire la belle conversation,
assis ou en se promenant, à danser, à jouer ou écouter
de la musique. Il mêle parfois ses deux thèmes de prédilection,
la fête galante et le théâtre.

Présentation
du tableau :
Ce tableau fut celui que Watteau présenta pour
postuler à l’Académie royale de peinture et de sculpture,
en août 1717 (ce qu’on appelait son " morceau de réception
").
L’illustre institution lui avait demandé un tableau depuis
1712 (on ignore les raisons du long retard de Watteau pour livrer
le tableau, dont on sait qu’il a été peint en huit
mois), le laissant libre de choisir le sujet, ce qui était
très rare ; on ne sait s’il faut comprendre que l’Académie
faisait ainsi honneur au talent du peintre ou si, déroutée
par les sujets le plus souvent pratiqués par Watteau, théâtre
et fêtes galantes, elle ne savait pas trop dans quelle catégorie
les faire entrer ; en tout cas, le tableau est enregistré
par l’Académie comme une " feste galante ".
Son succès fut immédiat ; Watteau en fit plus tard
une réplique qui est aujourd’hui à Berlin, appelée
" L’Embarquement pour Cythère ", et qui diffère
sensiblement du tableau du Louvre.
Pour les frères Goncourt ce tableau est " le chef d’œuvre
des chefs d’œuvre français " ; pour le grand peintre
impressionniste Monet, c’est le plus beau tableau du Louvre avec
ceux du Vénitien de la Renaissance Véronèse.
Quant à Verlaine, nul doute qu’il pensa à ce tableau
parmi d’autres de Watteau lorsqu’il écrivit ses Fêtes
galantes.

Présentation
du contexte :
Nous sommes sous la Régence de Philippe d’Orléans
(1715-1723) : les Nobles et les riches bourgeois recherchent plaisirs
et frivolités, en réaction contre l’austérité
de la fin du règne de Louis XIV ; ils donnent des fêtes,
à Paris mais aussi dans leurs folies, demeures de délassement
construites autour de Paris, dans les parcs desquelles on aimait
à se réunir lors des beaux jours. Ils s’adonnent aux
plaisirs d’une vie douce et sans souci. Ils recherchent une vie
sociale harmonieuse, des rapports humains pleins de compréhension
mutuelle et d’altruisme. On sait que les clients et protecteurs
de Watteau, Jullienne par exemple (qui tenta de rassembler tous
ses tableaux et tous ses dessins et les fit graver, la gravure en
noir et blanc étant alors le seul moyen de reproduire les
tableaux), faisaient partie de cette société : le
peintre connaît donc leurs fêtes, en a peut-être
été témoin ; cette riche société
s’appliquait à créer une sociabilité pleine
d’harmonie par l’entretien de parcs somptueux, par une élégance
irréprochable et des fêtes consacrées au plaisir
raffiné de la belle conversation.

=>
Donc ? Quels éléments de commentaire pouvez-vous
tirer de tout ceci ?

Répondez
aux questions :

  • Ce
    tableau vous semble-t-il répondre à la définition
    que donne Furetière d’une " fête galante "
    (justifiez) ?
  • Le
    tableau peut-il aussi vous évoquer l’autre thème
    favori de Watteau, le théâtre ?
  • Les
    riches bourgeois et les nobles qui constituaient le public de
    Watteau aimaient les beaux jardins : comment Watteau satisfait-il
    ici ce goût ?
  • Ils
    aimaient aussi l’élégance : comment Watteau satisfait-il
    aussi ce goût ? (observez vêtements, attitudes, postures…)

 

Se documenter par soi-même

1.
Cherchez des informations sur l’île de Cythère :

  • dans
    la réalité ;
  • dans la mythologie grecque ;

    =>
    Donc ? Commentez cette référence à la mythologie
    en répondant aux questions suivantes
     :

  • Regardez
    bien le tableau pour y retrouver tout ce qui renvoie au mythe
    gréco-romain : retrouvez les traces de la déesse
    liée à l’île (indice : un objet en lien avec
    sa naissance la symbolise toujours) ; retrouvez le fils le plus
    connu de cette déesse et l’arme qui symbolise son action.
  • Compte
    tenu du mythe gréco-romain, que symbolise le voyage à
    Cythère ? Quels autres éléments symboliques
    vont dans le même sens ?
  • Pourquoi
    peut-on donc parler d’une représentation allégorique
     ? (Si nécessaire, cherchez la définition du mot
    " allégorie " dans un dictionnaire).

2.
Cherchez des informations sur le thème du pèlerinage.

Sachez
d’abord que Watteau s’est probablement inspiré d’une comédie
à la mode, Les Trois Cousines de Dancourt, écrite
en 1702, et qui se terminait par la chanson suivante :

        "
        Venez à l’île de Cythère
        En pèlerinage avec nous
        Jeune fille n’en revient guère
        Ou sans amant ou sans époux "

Renseignez-vous
sur ce qu’est un pèlerinage au sens propre :

  • donnez
    quelques exemples de pèlerinages qui se font dans la réalité
     : que fait-on et dans quel but ? quels points communs et différences
    avec le pèlerinage ici représenté ?
  • quels
    sont les accessoires typiques du pèlerin ? les retrouvez-vous
    ici ? sous quelle forme ?

    =>
    Donc ? Commentez ce glissement du pèlerinage au sens
    propre à un pèlerinage au sens figuré…

Décalquer afin de mettre en relief la composition

Munissez
vous d’une feuille de papier calque découpée aux dimensions
de la reproduction sur laquelle vous travaillez.

  • Reportez
    sur votre calque l’espace dans lequel s’inscrit la farandole des
    couples (il faut passer à la limite supérieure
    des parties du corps les plus hautes et à la limite inférieure
    des parties des corps les plus basses) : quel type de lignes obtenez-vous
     ?

Retrouvez
aussi souvent que possible le même type de lignes dans le
tableau : ces lignes peuvent avoir une orientation et une taille
différente. Elles peuvent correspondre à une silhouette,
à un objet quelconque, à un élément
du paysage…Où les repérez-vous ?

=>
Donc ?…commentez en répondant aux questions ci-dessous

 :
Quelle impression visuelle vous donnent toutes ces lignes qui
se font écho ? Quelle atmosphère ceci donne-il selon
vous ?

  • Reportez
    sur votre calque tous les bâtons de pèlerin et
    observez le tableau en maintenant le calque.

    =>
    Donc ?…commentez
     :
    Que relient ces bâtons ? D’autres éléments
    ont-ils le même rôle ? Qu’en concluez-vous ?
    Suivez ces bâtons du regard : quel trajet suivez-vous
    des yeux ? Qu’en concluez-vous ?

  • Reportez
    sur le calque le point de fuite et les lignes d’architecture qui
    le rejoignent.
    => Donc ?…commentez :
    Vers où est attiré le regard du spectateur ? quelle
    impression en retirez-vous ?

Mobiliser ses connaissances des procédés picturaux

Observez
et interprétez la gamme des couleurs :

Observez les couleurs des vêtements : quels échos remarquez-vous
d’un personnage à l’autre ? quelle impression donnent ces
échos ?

Comment
Watteau travaille-t-il les reflets sur les étoffes ? De quel
type d’étoffe vous semble-t-il s’agir ? Que pouvez-vous en
conclure ?

Quelles
sont les couleurs dominantes dans les végétaux ? Quelle(s)
saison(s) ces couleurs vous évoquent-elles ? Et que vous
évoque cette saison (ou cette hésitation entre plusieurs
saisons…)

Quelles
zones du tableau vous semblent les plus éclairées
 ? Comment Watteau crée-t-il cet effet ? Quelles impressions
ces éclairages peuvent-ils vous donner ?

Observez
et interprétez l’occupation de l’espace

Les éléments représentés (personnages,
éléments du décor….) sont-ils équitablement
répartis dans l’espace du tableau ? Quelle(s) impression(s)
vous donne cette occupation de l’espace ?

En
fonction de la densité des éléments représentés,
quelles sont les différentes zones qui vous apparaissent
(zones plus ou moins pleines ou vides) ? Que vous évoque
ceci ?

Chaque
couple représenté occupe-t-il un espace clairement
délimité ? Y a-t-il des chevauchements ? Que pouvez-vous
en conclure ?

Observez
et commentez le dessin.

Quels sont les éléments dont le dessin fait apparaître
nettement le trait qui délimite le contour ?

Quels
sont ceux dont le dessin adopte une technique différente
 ? (expliquez)

Ce
contraste vous évoque-t-il quelque chose ?

 

Comparer

  • Les
    codes de la galanterie sont les règles que se donne une
    société pour régir les relations entre les
    hommes et les femmes, et permettre de profiter des plaisirs de
    la séduction amoureuse tout en évitant les débordements
    d’une sensualité libre, qui serait perçue comme
    une menace pour le bon ordre des relations sociales. Ces codes
    évoluent d’une époque à l’autre, et les artistes
    se chargent souvent d’en donner une représentation idéalisée.
    Nous vous proposons de comparer ces codes tels qu’ils apparaissent
    dans notre tableau avec deux autres époques de l’histoire
     :

Première
période
 : au 12° siècle, les hommes et les
femmes de différentes cours seigneuriales ou royales inventent
le code de l’amour courtois qui impose à l’homme de se soumettre
aux volontés de la dame : cette dernière, magnifiée,
divinisée même, est mise à une telle hauteur
que pour la mériter l’homme doit se surpasser ; quand il
l’approche, ce ne peut être que dans le respect de toutes
les marques de la soumission, comme un serviteur.

=
> Donc ? …commentez : dans quelle mesure retrouvez-vous
des traces de ceci dans notre tableau ?

Seconde
période
 : au début du 17°, les femmes de la
Noblesse, mariées trop jeunes et sans amour à des
soldats plus à l’aise sur le champ de bataille que dans un
salon, lassées du peu d’égards de leurs époux,
remettent les codes courtois au goût du jour : elles exigent
des hommes une longue cour pleine de respect et d’égards
 ; c’est la Préciosité : " la carte de Tendre
", dessinée par Mademoiselle de Scudéry en 1654,
fait apparaître ces codes de la séduction sous la forme
d’une topographie amoureuse. Observez ce document :
- où est représenté le couple nouvellement
formé ?
- lisez les noms des villages : que représentent-ils ?
- lisez les noms des fleuves : que représentent-ils ?
- comment est représenté l’échec de l’amour
 ?

=>
Donc ? Commentez : quels vous semblent être les points communs
et les différences entre la représentation de l’amour
dans la Carte de Tendre et la représentation de l’amour
dans notre tableau, presque un siècle après
(pensez
à la fois au mode de représentation et à
la vision qui en découle).

  • Observez
    la reproduction du " Martyre de Saint Denis " d’Henri
    Bellechose (peint entre 1415 et 1416). Que se passe-t-il ? Comment
    le peintre vous le raconte-t-il ?

Peut-on
trouver des points communs avec ces façons de raconter dans
notre tableau ?

 

Se nourrir du regard des autres pour enrichir son propre regard...

Les
frères Goncourt (romanciers naturalistes amis de Zola), qui
redécouvrirent Watteau à la fin du 19°, alors
que la peinture du 18° était délaissée
par la majorité, parlent ainsi de Watteau : " …le
maître des sérénités douces et des paradis
tendres, dont l’œuvre ressemble aux Champs Elysées de
la passion. Watteau, le mélancolique enchanteur qui met un
si grand soupir de nature dans ses bois d’automne pleins de regret
autour de sa volupté songeuse ! ". Quels sont les deux
champs lexicaux qui s’opposent dans ce jugement ?

Relisez
le poème de Verlaine, " Clair de Lune ", inspiré
de Watteau : retrouvez-vous cette ambivalence ?

=>
Donc ? Qu’en pensez-vous ? Voyez-vous vous aussi cette ambivalence
dans notre tableau ?

Le
tableau s’appelle aujourd’hui, " Pèlerinage à
l’Isle de Cythère " : dans l’acte d’enregistrement du
tableau par l’Académie, ce titre est indiqué, c’est
donc le titre que lui donna Watteau ; mais il est barré et
remplacé par " une fête galante " ; l’Académie
refusa donc le premier titre ; l’explication proposée aujourd’hui
est que la mention de Cythère, île mythologique, semblait
reconnaître que l’œuvre avait un sujet mythologique,
et risquait de faire entrer le peintre dans la catégorie
des peintres d’histoire : on appelait ainsi les peintres qui traitaient
les sujets historiques et les sujets mythologiques, et c’était
la peinture la plus prestigieuse ; les membres de l’Académie
ont sans doute pensé que les légers sujets galants
que traitait Watteau ne pouvaient entrer dans ce genre. A la fin
du 18° le tableau fut rebaptisé : " Embarquement
pour Cythère ". Mais au XX° siècle, plusieurs
historiens de l’art argumentèrent pour que le tableau retrouve
son titre d’origine et en 1961 ils obtinrent satisfaction. C’était
important pour eux parce que les termes " embarquement pour…
", contrairement à " pèlerinage à…
" imposent que les personnages quittent le monde réel
pour aller vers Cythère, ce qui est discutable selon eux….

=>
Donc ? Qu’en pensez-vous ?
Le sens du voyage (lieu de départ
et lieu d’arrivée) vous paraît-il en effet discutable
(expliquez) ? Si oui, quels sont les effets de cette ambiguïté
 ? Pouvez-vous la mettre en relation avec l’ambivalence ressentie
par les frères Goncourt et par Verlaine ?

Et
vous ? Voyez-vous d’autres ambivalences dans ce tableau ? Ou avez-vous
d’autres impressions qui n’ont pas encore été exprimées
dans vos commentaires ?