20 jui. 2007

Elsa v.3

| Retour logiciels
|

 

 


Principes

ELSA : Entraînement
à la Lecture SAvante
. Ces trois mots signifient
d’une part qu’il ne s’agit pas d’un logiciel d’appoint, qu’on utilise
une fois de temps en temps, mais d’un logiciel à utilisation
fréquente. Une à deux fois par semaine seraient une
bonne mesure. D’autre part, il s’agit de lecture et pas d’autre
chose. Elsa vise à améliorer les compétences
de lecture des élèves. Enfin, il s’agit de lecture
savante : pas simplement ni uniquement de lecture au sens déchiffrement
d’un texte. Mais la lecture qui inclut la compréhension du
texte, y compris dans ses implicites.

C’est pourquoi si ce logiciel peut être utilisé
en remédiation, avec un projet réfléchi, on
ne pourra pas l’utiliser avec des classes en grande difficulté,
non francophones, des non lecteurs.


Sept séries d’exercices ...

Il y a sept types d’exercices, regroupés en
sept "séries" : A, B, C, D, E, F et T.

Les séries A, B et
C
travaillent sur la reconnaissance
visuelle
rapide des mots et groupes de mots.
Les études sur la lecture montrent que les lecteurs médiocres
utilisent un empan de lecture proche de l’empan de vision nette
et qui correspond en moyenne à la syllabe, alors que les
lecteurs experts procèdent par groupes de mots.
Les séries A et C ont pour objectif l’élargissement
et la précision de l’empan de lecture en présentant
un groupe de mots dont il faut compter les occurrences ou les synonymes
dans une liste qui défile à l’écran.
La série B mêle, sur un texte, les acquis des séries
A et C.

Les séries D et F
entraînent l’élève à se faire très
vite une idée du texte comme un
tout
à partir des éléments. La série
D présente un texte vu de loin dont on peut agrandir chaque
partie. Des questions dont les réponses sont explicites dans
le texte sont ensuite posées et l’élève doit
sélectionner la partie exacte du texte où se trouve
la réponse. Il doit également donner des titres et
attribuer des mots-clés aux différentes parties.
La série F travaille sur les mots eux-mêmes selon qu’ils
sont significatifs par leur rôle grammatical, par leur fréquence,
par leur thématique. On vérifie la compréhension
du texte en remplissant une fiche d’indexation décrivant
le texte.

La série E
travaille sur l’anticipation
des mots dans un texte, grâce au contexte (compréhension
de ce qui précède et prise en compte de l’entourage
immédiat).

La série T
pose des questions de compréhension
sur un texte
(questions sur l’écriture, l’interprétation
et l’analyse du texte, les liens avec d’autres textes
et les raisons éventuelles de son utilisation)

 


...dans
un ordre fixe

Les exercices apparaissent toujours suivant un ordre
fixe : le plan.
Un plan est constitué de spet exercices apparaissant dans
l’ordre suivant :
Série T - série A - série
D - série E - série B - série C - série
F.

L’ensemble du logiciel pour les jeunes élèves
propose un entraînement sur un maximum de 35 plans. (20 au
maximum pour les adultes).

 


Un niveau
de difficulté qui s’adapte aux résultats

Pour chaque plan, le résultat de la Série
T contribue à définir le niveau de difficulté
des exercices qui suivent. Ce niveau de difficulté est ensuite
réajusté au sein de chaque exercice en fonction des
réussites ou échecs de l’élève.

Chaque exercice représente 10 à 20 mn de travail.
Il est donc suggéré d’en enchaîner 2 à
chaque fois. À raison de 2, voire 3 séances d’entraînement
par semaine, le travail sur le logiciel peut s’étaler sur
une année scolaire.

 

Inscrire les élèves
pour pouvoir les suivre individuellement

Commencer le travail : faire
ses choix

Les différentes séries
d’exercices

Résultats (à venir)

 

 

| Haut
de page
| Retour
logiciels
|