Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > Archives > Espace Numérique des Savoirs (ENS) > Le mythe du déluge dans le Coran

Le mythe du déluge dans le Coran

20 / 06 / 2007 | le GREID Lettres

 

HOUD. LE DELUGE.

Il fut révélé à Noé : " Nul parmi ton peuple ne croit, à part celui qui croyait déjà. Ne t’attriste pas de ce qu’ils font. Construis le vaisseau sous nos yeux et d’après notre révélation. Ne me parle plus des injustes, ils vont être engloutis."

Les autres chefs se moquent de Noé, mais celui-ci les prévient du danger. La révélation se poursuit.
II dit : " Charge sur ce vaisseau un couple de chaque espèce ; et aussi ta famille - à l’exception de celui dont le sort est déjà fixé - et aussi les croyants. " Mais ceux qui partageaient la foi de Noé étaient peu nombreux.

Il dit : " Montez sur ce vaisseau : qu’il vogue et qu’il arrive au port, au nom de Dieu. " Mon seigneur est celui qui pardonne, il est miséricordieux. Le vaisseau voguait avec eux au milieu de vagues semblables à des montagnes. Noé appela son fils, resté en un lieu écarté : " O mon petit enfant ! monte avec nous ; ne reste pas avec les incrédules ! " Le fils répondit : " Je vais me réfugier sur une montagne qui me préservera de l’eau. " Noé dit : " Personne, aujourd’hui, n’échappera à l’ordre de Dieu, sauf celui à qui il a fait miséricorde. " Les vagues s’interposèrent entre eux et le fils de Noé fut au nombre de ceux qui périrent engloutis.

Il fut dit : " O terre ! Absorbe cette eau qui t’appartient ! O ciel ! Arrête-toi ! " L’eau fut absorbée, l’ordre fut exécuté : le vaisseau s’arrêta sur le mont Joudi.

Il fut dit : " Arrière au peuple injuste ! " Noé invoqua son seigneur en disant : " Mon Seigneur, mon fils appartient à ma famille. Ta promesse est sûrement vérité ; tu es le plus juste des juges. "
Il répondit : " O Noé ! Celui-là n’appartient pas à ta famille car il a commis un acte infâme. Ne me demande pas ce que tu ne connais pas ; si je ne t’exhortais pas tu serais au nombre des ignorants. "
Noé dit : " Mon Seigneur, préserve-moi de te demander ce que j’ignore. Si tu ne me pardonnes pas, si tu ne me fais pas miséricorde, je serai au nombre des perdants. " Il dit : " O Noé ! Descends avec la paix que nous te donnons et des bénédictions sur toi et sur les communautés de ceux qui sont avec toi. Il y a des communautés auxquelles nous accorderons une jouissance éphémère, puis notre châtiment douloureux les atteindra. "

Ceci fait partie des récits que nous t’avons révélés concernant le mystère. Ni toi, ni ton peuple ne les connaissiez auparavant.

Sois patient ! Une heureuse fin est destinée à ceux qui craignent Dieu.

Le Coran, Sourate XI