20 jui. 2007

Nos collègues publient

Trois journaux intimes : Jules Renard, André Gide, Catherine Pozzi


Une anthologie de journaux intimes proposée par trois professeurs de lettres de l’académie de Créteil.


Textes choisis et lecture accompagnée par Jean Bardet, Josée Yonnet et Julien Harang
352 pages, Collection « La Bibliothèque Gallimard » (N° 185), Gallimard.


Trois journaux intimes avec des plumes sensiblement différentes et un accompagnement pédagogique en 5 parties : des ouvertures pour définir le genre du journal intime et faire connaissance avec les trois auteurs, des arrêts sur lecture autour de trois problématiques et des bilans sur les questions de style.


Connaissez-vous un confident qui ne dit rien mais retient tout, qui jamais ne se déplace mais toujours vous attend ? Jules Renard, André Gide et Catherine Pozzi, trois fortes personnalités du début du vingtième siècle, l’ont trouvé et aujourd’hui vous pouvez le rencontrer... En ouvrant leur journal, plongez dans l’intimité de ces trois êtres tour à tour drôles et tourmentés, attachants et désespérés. Vous découvrirez aussi de manière originale une période du passé bien agitée, une autre façon de se plonger dans l’histoire !


L’accompagnement critique revient d’abord sur l’histoire et la singularité d’un genre littéraire problématique. Chaque Arrêt sur lecture vient ensuite éclairer de manière biographique et historique les pages des trois journaux regroupées en trois thèmes : « Un journal pour se dire », « Un journal pour dire les liens affectifs », « Un journal pour dire ce que l’on voit ». Enfin une réflexion stylistique et de nombreux exercices permettent un entraînement solide à l’épreuve anticipée de français du baccalauréat.


http://www.gallimard.fr/catalog/html/actu/index/index_gallimard-education.html

Le corps de Liane


 Un roman de Cypora PETITJEAN-CERF, professeur au collège Dulcie September d’Arceuil, paru chez Stock.


Liane se demande parfois pourquoi elle ne se sent pas tout à fait une fille. Parce qu’il n’y a pas d’homme à la maison, lui répond son amie Roselyne. Liane grandit en effet dans un univers de femmes, qui ont appris depuis toujours à vivre sans les hommes. Aucune trace de regret, aucune rancune de leur départ. Un jour, Christine, la mère de Liane, s’arrête brusquement de travailler, dérive vers la dépression, et c’est Liane qui la prend en charge, devient la mère de sa mère, en compagnie d’Eva, la femme de ménage. Puis Huguette, la grand-mère de Liane, renaît auprès de Christine, dont elle finit par s’occuper. Comme si la force de l’une était faite de la faiblesse de l’autre, dans une sorte de solidarité naturelle de la chair. Le lien entre elles, c’est aussi Dallas, dont toutes regardent les épisodes, même Liliane, l’arrière-grand-mère qui survit à peine dans sa maison de retraite, même Ghania, la femme soumise et silencieuse de l’épicier Hassan. Le corps de Liane est un livre où l’on se pose inlassablement une question grave et simple : c’est quoi une fille ? Avec une discrétion bienveillante et lucide de grande sœur invisible, l’auteur suit la jeunesse de Liane, son chemin naturel vers la féminité. Cypora PETITJEAN-CERF a également publié d’autres livres chez Stock : voir sa fiche d’auteur et tous ses livres sur le site de l’éditeur.

Les Cahiers pédagogiques N°440 : Orthographe


Coordonné par Hélène Eveleigh et Jacques Crinon, professeurs associés à l’IUFM de Créteil.


Certains s’alarment régulièrement de la baisse du niveau des élèves en orthographe ; d’autres dénoncent un instrument de sélection sociale qui n’aurait rien à voir avec la compétence à manier la langue écrite. Dans des débats où il est facile de verser dans l’excès et la caricature, ce dossier essaie d’apporter quelques clarifications sur les enjeux historiques et sociaux de l’orthographe, et s’interroge sur la réalité des compétences et des pratiques orthographiques. Une part importante des articles est consacrée à l’apprentissage et à l’enseignement de l’orthographe. Dans le processus d’apprentissage de la langue écrite, quel est le rôle des règles et quel est celui de la mémorisation directe des formes écrites des mots ? Comment développer, dès le plus jeune âge, la curiosité des élèves pour qu’ils prêtent attention au fonctionnement du code orthographique ? Comment concevoir des interventions et des remédiations efficaces ? La variété des propositions témoigne de la volonté de prendre au sérieux cet apprentissage, à tous niveaux de l’enseignement et dans toutes les disciplines. Donnons donc à l’orthographe, dans l’apprentissage de la langue écrite, toute sa place et rien que sa place ! Alors que les programmes scolaires ambitieux, voire encyclopédiques d’aujourd’hui ont réduit le temps disponible, l’objectif de maîtrise de l’orthographe reste d’actualité. C’est tout l’enjeu d’une didactique de plus en plus efficace. Elle le sera d’autant plus que tous les enseignants se sentiront partie prenante de ce travail, non en déplorant les « fautes d’orthographe » de leurs élèves, mais en leur montrant, chaque fois que possible, l’utilité de ce code pour mieux communiquer.


Sur le site des Cahiers pédagogiques
L’affichette pour la salle des profs


 

École, langues et modes de pensée


Coll. "Repères pour agir", 2005, Josianne Gabry,Anne Moreau,Claire Teninges.


Quelle attention les enseignants portent-ils aux diversités linguistiques et culturelles de leurs élèves ? Comment répondent-ils à ce formidable défi ? Avec quel regard et quelles stratégies ? Telles sont les interrogations qui ont animé les concepteurs de cet ouvrage et auxquelles ont répondu, au cours d’entretiens, des acteurs de terrain de tout niveau d’enseignement.


Pascale JALLERAT est professeure de français et de philosophie en lycée professionnel. Elle a participé à cet ouvrage en écrivant l’article "Vers le FLA, une nouvelle notion dans l’apprentissage du français langue étrangère ?"
"Il s’agit d’un article mettant en place une nouvelle notion que j’ai "découvert" en enseignant auprès des ENA*. Cette notion, que j’ai appelé FLA*, prend en compte le fait que quand on apprend une langue, dans le cadre d’une langue seconde, par laquelle on découvre d’autres savoirs, il est nécessaire d’adapter sa propre pensée à cette langue. J’ai alors rajouté le fait qu’enseignant la philosophie en STT, je retrouvais plus tard mes anciens ENA, et me trouvais souvent face à des difficultés de raisonnement, non pas dus à la Raison, mais aux acquis langagiers. La pratique pédagogique doit dès lors prendre en compte le raisonnement "direct" en français. Il faut donc aider l’élève à acquérir une compétence allant dans ce sens.


Pour illustrer cela , j’ai aussi rendu compte d’un projet de séquence philosophique en CLA, menée avec l’aide de la Fondation 93, mais aussi de petites pratiques qui permettaient aux élèves de développer le vocabulaire abstrait et l’adaptation de sa pensée dans une langue cible."


ENA*élèves nouvellement arrivés
FLA* français langue d’apprentissage


Présentation de l’ouvrage sur le site du CRDP de Créteil


 


 


La femelle du requin, revue littéraire animée par Sylvain NICOLINO, collège Le Parc, Aulnay-sous-bois, distribuée dans les meilleures librairies.
Chaque numéro comprend en particulier un long entretien (et un dossier critique) avec une grande figure littéraire contemporaine (Olivier ROLIN, Antonio TABUCCHI, Russell BANKS, Richard MILLET, Pierre MICHON.). Dernier numéro paru : n°24 - hiver 2004.


http://lafemelledurequin.free.fr/


 


Le français aujourd’hui n°146 "Oral : le rapport à l’autre"
Marie-France ROSSIGNOL, lycée Guillaume Apollinaire, Thiais, a produit un article, Le lycée dans tous ses débats. L’apport didactique du français dans l’apprentissage de la figure de l’autre.
Bénédicte ETIENNE, collège Jean Jaurès, Pantin, rend compte de son travail en UPI, Etre soi à plusieurs.


http://www.afef.org/publications.htm


 


Robinson Crusoé ou l’invention d’autrui, Klincksieck
Une étude savante sur le célèbre roman clairement présentée à partir de 50 questions : comment Robinson Crusoé devient-il un roman pour enfants ? (6) ; quel est le rôle de la mer dans Robinson Crusoé  ? (36) ; Jésus ? Jonas ? Judas ? (49).
Jean-Pascal LE GOFF, collège Debussy, Aulnay-sous-bois.


http://www.klincksieck.com/nouv/02-03/pagenouv02-03-3.html


 


Les cahiers pédagogiques n°426 : "L’autorité"
Article de Marielle BILLY, collège Christine de Pisan, Perthes, Travailler sa présence en classe.


http://www.cahiers-pedagogiques.com/numero.php3?id_article=993


 


Approches de la linguistique, Nathan université, collection 128.
Cet ouvrage fait le point avec une remarquable clarté sur les notions fondamentales de la linguistique, permettant d’aborder les principaux courants, tant passés qu’actuels. Illustré d’exemples, empruntés tant à la littérature qu’à la vie quotidienne, il s’adresse aux étudiants mais aussi à toute personne curieuse du fonctionnement de la langue.
Véronique SCHOTT-BOURGET est professeur au lycée Paul Doumer au Perreux.


http://www.cahiers-pedagogiques.com/numero.php3?id_article=993


 


Un adieu, mille adieux, recueil de nouvelles inédites d’André Dhôtel, La bibliothèque Gallimard, collection Textes et dossier.
La lecture de ces nouvelles, qui introduisent dans l’univers d’A. Dhôtel, le "Dhôtelland", est accompagnée d’éclairages pédagogiques sur la forme de la nouvelle, la présence du fantastique, la place de l’humain, la force des lieux.
Edition réalisée par Jean Bardet, professeur au lycée J. Ferry, à Coulommiers.


 


Pour lire aujourd’hui les textes de l’Antiquité, Argos démarches, 2003, Colette Briffard, Serge Goffard, Laurence Piccolin.
Des textes, des images, des parcours de lecture, des activités pédagogiques des fiches pédagogiques permettent de découvrir des textes anciens, gréco-romains surtout, mais aussi bibliques et mésopotamiens. Les enseignants de lettres, d’histoire, d’arts plastiques et de documentation trouveront matière à engager et à soutenir l’enquête des élèves sur ces univers culturels à la fois lointains et proches.
Laurence Piccolin est professeur dans l’académie.


Lire la fiche de présentation :
http://www.crdp.ac-creteil.fr/vignettescyber/pdf/941d9070.pdf


 


De surprises en découvertes : mathématiques et français, CRDP Créteil, SCEREN, 2002, Fabrice BAUDART, Marie-France FAURE, Virginie GALISSON et Laurence PICCOLIN.
Les professeurs de mathématiques et de français réunis ici mettent en oeuvre des ressources insoupçonnées pour faciliter l’acquisition des savoirs par les élèves. Ils présentent des parcours détaillés avec une analyse précise des obstacles et des trouvailles. Une plongée dans une approche pédagogique rigoureuse, passionnée et... passionnante, prêtant la plus grande attention à l’activité d’apprentissage.
Laurence Piccolin est professeur dans l’académie.


 


Emmanuelle Bayamack-Tam est professeur au lycée Léonard de Vinci, à Tremblay-en-France et publie chez P.O.L. : voir sa fiche chez l’éditeur.


Rai-de-coeur, P.O.L., 1996 : roman d’apprentissage sur fond d’Afrique australe.


Tout ce qui brille, P.O.L.,1997 : fable amère, qui voit le narrateur changer son nom pour celui de Dieu et quitter son île miséreuse pour une ville occidentale imaginaire.


Pauvres morts, P.O.L., 2000 : une octogénaire évoque son ultime projet matrimonial, sa hantise du pourrissement et sa foi en la taxidermie.


Hymen, P.O.L., 2003 : trois personnages se racontent, échangent des bouquets de fleurs au sens crypté, des lettres d’amour ou de menace. Un quatrième personnage, enquêteur ou thérapeute providentiel, rassemble les indices, remonte les pistes et soigne les maux.