Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > En classe > Oral > Les Fourberies de Scapin : entrer dans la lecture d’une œuvre complexe par (...)

Les Fourberies de Scapin : entrer dans la lecture d’une œuvre complexe par des activités orales numériques

10 / 06 / 2021 | le GREID Lettres
Par Sarah Pépin-Villar, professeure au Collège Jean-Jacques Rousseau du Pré Saint-Gervais

Niveau(x) : 5e

Objectifs :
- Aborder et s’approprier un texte de théâtre
- Multiplier les occasions de travailler l’oral en production

Contexte :

Dans le cadre d’une séquence sur Les Fourberies de Scapin, le travail a porté essentiellement sur la représentation, avec pour support des mises en scènes comparées et autres ressources de la plateforme Théâtre en acte via Eduthèque. Plusieurs activités orales sont proposées pour que les élèves s’approprient cette œuvre dans sa complexité.

Supports :
- Les Fourberies de Scapin de Molière, édition Folios
- Les Fourberies de Scapin, ressource Théâtre en acte via la plateforme Eduthèque
- ENT

Durée : Plusieurs séances pendant la séquence

Profération de répliques et hypothèses de lecture pour aborder l’œuvre.

Cette activité est inspirée par la proposition de Chantal Dubiline et Bernard Grosjean dans leur ouvrage Coup de théâtre en classe entière (Scérén-CRDP académie de Créteil, 2004). Il s’agit d’entrer dans la lecture d’une pièce de théâtre par la découverte de répliques tirées de l’œuvre étudiée, de manière décontextualisée. L’objectif est de créer un horizon d’attente et de piquer la curiosité des élèves : savoir quel type d’œuvre va être objet de travail, entrevoir les thèmes qui seront abordés, faire des hypothèses sur les personnages et leurs relations.
Les répliques sont choisies dans l’ensemble de la pièce, en essayant de ne pas trop en dévoiler, mais en abordant les sujets principaux. 
 
Répliques choisies des Fourberies de Scapin

Cette première activité qui se déroule en classe, en demi-groupe, est aussi l’occasion de montrer aux élèves le fonctionnement de l’enregistrement sur la tablette numérique, et le rendu de travail en pièce jointe via l’ENT (ici Webcollege).
 
Les élèves sont équipés d’une tablette et ont apporté leurs écouteurs. Une réplique unique, sans aucun contexte, est distribuée à chaque élève avec la consigne suivante :
« Lis la phrase qui t’a été distribuée. Enregistre une lecture expressive de cette phrase, en te mettant dans la peau de celui ou celle qui pourrait la prononcer. »
 
Les élèves enregistrent leur réplique, en faisant parfois plusieurs essais, et l’envoient au professeur qui publie l’ensemble des enregistrements dans le blog de la classe sur l’ENT, afin de rendre tous les enregistrements accessibles.

 

A partir de l’écoute de l’ensemble des répliques, les élèves, qui travaillent en binôme pour cette deuxième étape, font des hypothèses de lecture, par écrit, dans les commentaires du blog. Tous les élèves peuvent ainsi exprimer leur point de vue. Cette phase de travail peut se dérouler en classe, ou à distance.  

Dans un troisième temps, ces hypothèses sont reprises et discutées en classe. Elles permettent de créer une attente chez les lecteurs, qui voudront confirmer ou infirmer les hypothèses. C’est aussi l’occasion d’interroger les représentations des élèves sur les genres littéraires (poésie, conte, théâtre) et les époques, de faire le point sur leurs connaissances. On remarque que le fait de travailler sur la brièveté de la réplique les pousse à être attentifs au vocabulaire. C’est une première entrée vers la complexité lexicale d’une œuvre du XVIIe siècle.

Une piste pour la fin de la séquence : est-ce que vous diriez votre réplique de la même manière ? Eventuellement proposer une nouvelle lecture.


Dans la peau d’un décorateur scénographe : décrire et argumenter à l’oral

Cette deuxième activité est proposée au cours de la lecture des premières scènes d’exposition des Fourberies de Scapin, et après un travail de recherche sur la Commedia dell’arte. Il s’agit de s’approprier le vocabulaire du théâtre, de prendre conscience de la dimension scénique et d’en découvrir le monde professionnel. L’objectif est de travailler l’expression orale à travers un exercice de description et d’argumentation.
 
Dans un premier temps, on propose aux élèves de visionner cette courte vidéo qui présente le métier de décorateur-scénographe.
Cette partie du travail peut se faire en classe, ou à distance, en amont de la séance.
 
Puis des images de décors (dessin, maquette, photographie) de différentes mises en scènes des Fourberies sont déposées dans un espace de travail de l’ENT, afin de permettre aux élèves de les visualiser sur la tablette. Les documents sont issus des ressources proposées dans le site Théâtre en acte, sur Eduthèque et de la base La Grange de La Comédie française. La tablette permet aux élèves de zoomer sur les images afin d’en étudier les détails.
 
Exemple de décors proposés :
 
decor_podalydes_2017 decor_charon_1956 decor_echantillon_1973
Le travail se fait en binômes avec la consigne suivante :

« Tu as conçu un décor pour une nouvelle mise en scène des Fourberies de Scapin de Molière et tu dois le présenter au metteur en scène et à la troupe.
En t’aidant de mots-clés, décris à l’oral ce qu’il représente et explique comment il a été imaginé : inspiration, couleurs, matériaux, avantages scéniques… Utilise le vocabulaire de la scène (voir plan et mots dans ton cahier).
Enregistre ta présentation et tes arguments pour être celui ou celle qui va être choisi pour cette nouvelle mise en scène ! »

 
Les travaux sont déposés par les élèves dans le blog de classe de l’ENT afin d’être partagés.
Au fur et à mesure du travail, des écoutes en classe permettent de commenter les travaux et de proposer des améliorations : la description est-elle suffisamment précise et permet-elle de reconnaitre le décor ?
Les binômes peuvent faire plusieurs enregistrements et écoutes de leur travail : l’objectif est que les élèves utilisent l’enregistrement avec la tablette comme un outil leur permettant de progresser en ayant un regard réflexif sur leur prestation.



S’approprier du lexique et improviser sur les grands thèmes de la pièce

Cette activité a pour objectif l’appropriation lexicale et le réinvestissement des connaissances sur l’intrigue et les relations entre les personnages des Fourberies de Scapin. Elle se situe après la lecture intégrale de la pièce. On explique aux élèves qu’ils vont improviser un échange oral en tirant au hasard des personnages et une réplique. Ils devront respecter le caractère et les relations entre les personnages. En amont, une séance est consacrée à la préparation de cette activité : préparation de cartes personnages et constitution d’une banque de mots et dexpressions dans laquelle ils pourront piocher.
 
Préparation des cartes personnages.
Chacun des huit personnages est pris en charge par un groupe de trois ou quatre élèves qui doit récapituler l’essentiel : rôle, relation, caractère. Le professeur, ou les élèves, constituent ensuite un jeu de cartes des personnages qui permettra le tirage au sort pour la partie d’improvisation (ici avec les images issues du livret pédagogique de la Comédie Française).

Constitution de la banque de mots.
On détermine avec les élèves les thèmes principaux de la pièce. On peut proposer de s’appuyer sur l’activité 1 (profération de répliques). Puis la classe est divisée en groupes, chaque groupe prenant en charge un thème afin de constituer le « coffre de mots des Fourberies de Scapin ».
Selon le niveau de la classe, ou pour aider certains élèves plus en difficulté, on peut guider la recherche en indiquant la pagination.
 
Le résultat de la recherche est compilé sur un mur collaboratif.

Dans un deuxième temps, par groupes de trois ou quatre, les élèves tirent au sort des cartes personnages et une ou deux répliques à intégrer dans leur improvisation. Un temps est laissé pour imaginer le canevas de l’échange, mais il ne doit pas être écrit. Le dialogue improvisé est enregistré avec la tablette, puis est remis au professeur via l’ENT.

L’enregistrement permet aux élèves de faire plusieurs essais d’improvisation, et en une heure de cours, tous les groupes ont rendu un travail.

Comme pour les autres activités, les enregistrements sont ensuite exploités en classe entière : on les écoute afin de les critiquer collectivement, c’est à dire en dégager les points forts et les points faibles.

 

 

 

Ma réplique préférée : retour sur la réplique en fin de la séquence

 

 

On demande aux élèves de choisir leur réplique préférée dans les Fourberies de Scapin et d’en expliquer le choix. Ce travail est individuel et fait à distance. Il peut être rendu dans l’espace de travail de l’ENT. Il peut également être proposé avec Balado qui permet aux élèves d’utiliser l’outil d’enregistrement intégré (application disponible pour les établissements de l’académie de Créteil). Les problèmes de format ou de transfert de fichiers sont ainsi évités.

L’activité permet de revenir à l’exercice de la lecture de réplique de début de séquence, mais avec leur connaissance de l’œuvre, les élèves vont pouvoir faire une lecture bien plus expressive.