10 oct. 2014

Faire écrire en S.T.S. : la syntaxe



PRESENTATION DE LA JOURNEE DE FORMATION
DU 19 FEVRIER 2013 



« Faire écrire en S.T.S. »



Au lycée Langevin-Wallon de Champigny-sur-Marne (94).



Animation :



Carine LUCCIONI (lycée Georges Brassens, Villeneuve-le-Roi, 94)


Béatrice TOUITOU (lycée Langevin-Wallon, Champigny-sur-Marne, 94).



Parmi les difficultés de rédaction que rencontrent les étudiants de S.T.S. se trouve la maîtrise de la phrase, et ce constat est particulièrement frappant en ce qui concerne les exercices de l’épreuve de C.G.E. C’est pourquoi l’objectif de la journée de formation du 19 février 2013 était de cerner ces difficultés récurrentes, puis de proposer des activités d’entraînement et de remédiation que les professeurs pourraient utiliser dans leurs classes de 1ère et 2nde années de B.T.S., en les adaptant aux besoins de leurs étudiants.



S’appuyant sur des exemples de phrases erronées tirées de copies, les formatrices ont invité les stagiaires à identifier les principales difficultés syntaxiques des étudiants. Les stagiaires ont ensuite travaillé en groupes afin de proposer, à partir d’une banque d’énoncés d’étudiants, des idées d’activités ayant pour but d’aider ceux-ci à mieux rédiger leurs travaux. Le compte rendu oral de ces activités a permis un échange fructueux ; ce dernier s’est prolongé lors de la présentation par les formatrices de deux séries d’exercices : l’une était consacrée à la syntaxe en général ; l’autre concernait plus précisément l’introduction de la synthèse de documents.



Les exercices visant l’amélioration de la syntaxe sont au nombre de dix :

  • L’exercice 1 a pour objectif de comprendre la fonction sémantique de la ponctuation, à partir d’extraits de textes lacunaires.
  • L’exercice 2 a pour but de savoir utiliser les outils syntaxiques, en complétant de courts textes au moyen d’une liste de conjonctions de subordination et de pronoms relatifs.
  • L’exercice 3 vise à utiliser des connecteurs logiques, selon le principe de l’exercice 2 (textes à trous et liste de connecteurs).
  • L’exercice 4 est conçu pour l’utilisation d’outils grammaticaux adaptés dans des constructions variées (travail sur des phrases lacunaires, en demandant de faire le plus de propositions possible).
  • L’exercice 5 est centré sur la formulation de la problématique (de SD ou d’EP) ; il s’agit de passer de l’interrogation directe à l’interrogation indirecte à partir d’un embrayeur fourni.
  • L’exercice 6 concerne également la problématique : en l’occurrence, on soumet aux étudiants des formulations erronées (tirées de copies) qu’il s’agit de corriger.
  • L’exercice 7 consiste à rédiger des annonces de plan à partir des titres de parties fournis, en veillant à la variété des verbes introducteurs et à la pertinence de la ponctuation.
  • L’exercice 8 demande que l’on corrige les maladresses d’expression dans des annonces de plan tirées de copies.
  • L’exercice 9 vise à faire travailler l’insertion d’une référence éditoriale dans une phrase de développement, avec un soin particulier pour la typographie.
  • L’exercice 10 est consacré à la notion de progression logique dans un paragraphe de synthèse ; il s’agit de replacer dans un texte lacunaire une liste de connecteurs logiques.



Les exercices visant à travailler l’introduction de synthèse de documents sont au nombre de six :

  • L’exercice 1 a pour but de gagner en concision, par le biais de la comparaison de deux introductions (« à l’ancienne » et « nouvelle manière »).
  • L’exercice 2 doit permettre de comprendre la progression d’une introduction en identifiant les quatre éléments qui la composent.
  • L’exercice 3 est également centré sur la notion de progression, à partir d’une introduction lacunaire dans laquelle il faut replacer une série de connecteurs logiques.
  • L’exercice 4 demande de repérer et d’identifier les erreurs d’organisation présentes dans des introductions tirées de copies.
  • L’exercice 5 répond au même principe.
  • L’exercice 6 offre les informations nécessaires à la construction d’une introduction, l’objectif étant de rédiger un texte concis et organisé à partir de ces matériaux bruts.
 
Document(s) joint(s) :