Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

hypertexte et apprentissages

20 / 06 / 2007 | le GREID Lettres

 

Le lien hypertexte, un outil pédagogique pour l’apprentissage du commentaire


 

Qu’est-ce qu’un lien hypertexte ?

 L’hypertexte est un texte numérisé, qui, à partir de points d’ancrage matérialisés soit par un soulignement, soit par une modification du pointeur, souvent les deux, permet de passer d’un simple "clic" d’une information du document en lecture à d’autres informations situées dans d’autres documents.

 Qui pense hypertexte pense d’abord aux pages web où les informations sont liées entre elles en un gigantesque réseau. Ce réseau d’informations peut s’avérer à l’usage soit un fabuleux outil de recherche, soit le pire des pièges. Un piège si l’internaute "surfe" sans réflexion ou en se laissant guider par des liens qui peuvent l’entraîner très loin de son propos. Dans ce cas, il est probable qu’il n’apprendra guère ou se sentira frustré par son errance. Un outil fabuleux, s’il reste maître de sa "navigation" c’est à dire s’il est en situation de recherche active et sait utiliser les liens pour enrichir sa réflexion, s’il sait ne pas perdre de vue son projet de recherche. Cette maîtrise peut s’apprendre. Cet apprentissage est une des fonctions de l’enseignement.
 Mais on ne saurait limiter l’hypertexte aux seules pages web. Il convient de bien distinguer l’emploi du lien hypertexte au niveau mondial et collectif de l’emploi de cette technique au niveau individuel. L’esprit se perd vite quand les informations sont trop nombreuses et surtout quand des liens l’invitent à sortir de son parcours de recherche. Mais lorsqu’un individu assemble lui-même les connaissances qu’il acquiert, lorsqu’il sélectionne et réorganise les informations qui lui sont données, alors il construit son savoir. C’est dans cette perspective que la technique des liens hypertextes peut être pédagogiquement efficace.
 

Quel problème se pose à l’enseignant ?

 Son problème est de savoir comment aider l’élève à "naviguer" efficacement entre des informations nombreuses et variées sur le web mais aussi dans la vie, comment faire en sorte que sa navigation ne se limite pas à un simple vagabondage, à une simple juxtaposition de connaissances, autrement dit, comment lui apprendre à structurer son savoir.

 Le lien hypertexte dont la fonction première est de lier des connaissances peut devenir un outil pédagogique efficace pour apprendre à structurer son savoir. Il se situe bien dans l’axe des instructions officielles, notamment de l’esprit des nouveaux programmes de seconde et des TPE qui mettent l’accent sur la mise en perspective des savoirs, sur la contextualisation des connaissances, sur l’organisation des informations.
 La recherche d’informations n’est qu’une petite étape dans la démarche de construction du savoir. Accumuler des documents sur un sujet donné peut s’avérer très stérile si on n’exploite pas les documents trouvés, c’est à dire, si on ne les met pas en relation entre eux et avec l’objet de la recherche. Et c’est dans cette structuration des connaissances que le professeur a un rôle primordial à jouer et que les liens hypertextes trouvent leur place.
  De nombreux collègues ont déjà exploité les ressources pédagogiques des liens hypertextes . On en trouve la présentation aussi bien dans le rapport de l’Inspection Générale de l’Education Nationale que dans l’analyse des outils à utiliser présentée sur le site "Educnet" pour mettre en oeuvre les nouveaux programmes de français.
 Le site de l’IUFM de Grenoble propose également une réflexion sur les différents types de liens avec renvoi à des exemples de mise en oeuvre pédagogique.


Le lien hypertexte, reflet de la démarche intellectuelle du "commentateur".

 Pour bien comprendre l’intérêt pédagogique des liens hypertextes, analysons d’abord l’attitude du bon lecteur de texte papier, plus particulièrement quand il se trouve en situation de commenter un texte.
 La lecture du texte provoque chez lui des émotions, suscite des idées ou des images. Ces idées, ces images se rattachent souvent à des connaissances antérieurement acquises : elles évoquent d’autres textes, d’autres documents appartenant à sa culture générale. On peut donc représenter ainsi l’activité intellectuelle du commentateur :
 

texte ===> commentaire ===> culture

 On voit bien qu’il se tisse des liens entre texte / lecteur / arrière plan culturel du lecteur. Ces liens se tissent aussi dans l’autre sens. L’arrière plan culturel enrichit le commentaire qui a son tour éclaire le sens du texte.
 

texte <=== commentaire <=== culture


 

Les atouts du texte numérisé dans cette démarche de commentaire

 Alors que le texte papier est un texte clos dans lequel le lecteur ne peut intervenir sauf à écrire en marge quelques notes nécessairement brèves, très vite illisibles (voir les gloses dans les manuscrits), dans un texte numérisé le lecteur peut intervenir sans détruire la cohérence et la clarté du texte. D’un simple clic sur un mot ou une expression, le document que l’esprit a lié au texte apparaît aussitôt. Tout aussi rapidement, on peut revenir au texte de départ. La parenthèse est fermée et l’on retrouve le fil de la lecture.

 Le problème du professeur est que cette activité intellectuelle qu’il maîtrise bien reste invisible pour l’élève ou du moins peu probante. Cette démarche n’est pas nécessairement naturelle ni familière à l’élève. Sa culture générale - en construction - comporte encore bien des lacunes ou se construit sur des repères culturels différents de ceux utilisés par le professeur.

 L’hypertexte peut intervenir efficacement dans l’acquisition de ce processus de réflexion dans la mesure où il permet de visualiser la démarche.

  •  L’élève voit les trois pages de l’activité : la page "texte" / la page "commentaire" / la page ou les pages "culture"
  •  Il voit les points d’ancrage : le commentaire s’articule sur le texte mais ne modifie pas le texte. Le commentaire se construit sur plusieurs points d’ancrage.
  • De même les documents qui permettent de contextualiser le texte lui apparaissent comme des documents objectifs, consultables et non plus comme des références culturelles abstraites et subjectives.