Lettres
&
Langues et culture de l'Antiquité

  Accueil > Lycées > Archives > Objets d’étude : la poésie (1re) ; l’éloge et le blâme (...)

Objets d’étude : la poésie (1re) ; l’éloge et le blâme (2nde)

20 / 06 / 2007 | le GREID Lettres

| Retour lycées | Retour à l’accueil |

 

par Bernard Martial, professeur au lycée Langevin Wallon
de Champigny-sur-Marne (94)

Télécharger ce sujet au format texte

 

Textes

Corpus

Texte 1 : Blason de l’œil , Mellin de Saint-Gelais (1547)

Texte 2 : La courbe de tes yeux , Paul Eluard (1926)

Texte 3 : Les Yeux d’Elsa , Louis Aragon (1942)

Texte 4 : Elle a au fond des yeux , Julien Clerc.

Les textes 2, 3 et 4 sont toujours sous droit d’auteur, et ne peuvent être reproduits ici.

 

Blason de l’œil , Mellin de Saint-Gelais (1547)

Mellin de Saint-Gelais profite du blason pour reprendre une habituelle métaphore, celle du regard, astre, lumière et saisons de l’amant…

Œil attrayant, œil arrêté [1] ,
De qui la céleste clarté
Peut les plus clairs yeux éblouir,
Et les plus tristes éjouir :
Œil, le seul soleil de mon âme,
De qui la non visible flamme
En moi fait tous les changements
Qu’un soleil fait aux éléments,
Disposant le monde par eux
A temps froid ou chaleureux [2],
A temps pluvieux ou serein,
Selon qu’il est proche ou lointain .
Car, quand de vous loin je me treuve [3],
Bel œil, il est force qu’il pleuve
Des miens une obscure nuée,
Qui jamais n’est diminuée,
Ni ne s’éclaircit ou découvre,
Jusqu’à tant que je vous recouvre [4] ;
Et puis [5] nommer avec raison
Mon triste hiver cette saison
Mais quand il vous plaît qu’il advienne
Que mon soleil à moi revienne
Il n’est pas sitôt apparu,
Que tout mon froid est disparu
Et qu’il amène un beau printemps
Qui rend mes esprits tout contents ;
Et hors de l’humeur [6] de mes pleurs
Je sens renaître en lieu de fleurs
Dans mon cœur dix mille pensées
Si douces et si dispensées
Du sort commun de cette vie,
Qu’aux dieux ne porte nulle envie.

Mellin de Saint-Gelais (1491-1558), Oeuvres

[1] Equilibré, plein de retenue.
[2] Chaud.
[3] Trouve.
[4] Retrouve.
[5] Et je puis.
[6] Naissant de l’humidité de…

 

Ecriture

I. PREMIERE PARTIE : QUESTIONS COMMUNES (6 points)

En vous appuyant sur les quatre textes du corpus, vous répondrez d’abord aux questions suivantes :

- 1°) En quoi chacun de ces textes constitue-t-il un éloge à la femme aimée ?

- 2°) Quelles sont les fonctions symboliques des yeux dans ces textes ?

Ne vous contentez pas pour répondre de recopier les extraits du texte ou d’étudier les textes un par un. Chaque réponse doit être structurée et argumentée selon un plan thématique et non une étude linéaire.

 

II. DEUXIEME PARTIE : SUJET AU CHOIX (14 points)

Vous traiterez l’un de ces trois sujets (précisez le sujet choisi au début de votre copie)

Sujet I : COMMENTAIRE DU TEXTE 2 (Eluard)

Vous commenterez le texte de Paul Eluard (La courbe de tes yeux) en vous inspirant du parcours de lecture suivant :

- Les sentiments éprouvés par le poète

- Les images employées et leur signification

- Le surréalisme « mesuré » 

 

Sujet II : DISSERTATION

En vous appuyant sur votre connaissance et sur votre sensibilité, vous expliquerez et discuterez ce point de vue sur la poésie formulé par Claude Roy lors de sa réception du premier Goncourt de la poésie en septembre 1985 :

« Aussi vaine que les nuages, aussi nécessaire que le pain, la poésie n’est pas forcément une maîtresse d’illusions. Elle peut être aussi, elle doit être surtout la réalité profonde prise aux mots, une vérité qui se fait chant »

 

Sujet III : INVENTION

A la manière des textes du corpus, faites l’éloge (ou éventuellement la satire) des yeux et du regard d’une personne sous la forme d’un sonnet [1] en alexandrins. L’éloge ou la satire du regard doit représenter les éléments de la personnalité de la personne décrite.

[1] Sonnet : deux quatrains et deux tercets : rimes : ABBA ABBA CCD EED

 

| Haut de la page | Retour lycées | Retour à l’accueil |